Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 18Paru le dimanche 1 juin 2008 à 00h00

Evry renaît au centre


Quarante ans après sa création, la commune va boucler son centre-ville par un programme de 450 logements. Au milieu, une tour.

Une dizaine de réservations en une matinée alors que la conjoncture est dite maussade : le promoteur ING ne boude pas son plaisir. L'entreprise hollandaise vient de lancer avec Crédit Agricole Immobilier un programme de 450 logements, Horizons, en plein coeur d'Evry, dans l'Essonne. Une première tranche de 4 immeubles et de 258 appartements comprendra une tour de 16 étages sur 55 m de haut, dessinée par l'architecte espagnol Carlos Jimenez, qui dominera largement la ville, plutôt étalée, basse et très verdoyante. Le Hollandais Claus En Kaan signe un long immeuble de six niveaux à la façade étonnamment lisse, trouée de très grandes fenêtres et bordée de coursives qui mènent aux logements. L'équipe française Beckmann-N'Thépé ferme l'îlot avec deux « totems », immeubles comme scindés en leur milieu par un grand duplex agrémenté d'une terrasse de 44 m2 exposée plein sud.

Le cahier des charges était le même pour tous : logements bénéficiant de la lumière naturelle dans toutes les pièces (à l'exception des salles de bains), extension par un balcon, une loggia ou une terrasse, murs non porteurs à l'intérieur pour adapter les surfaces : « Nous avons pensé à un grand nombre de typologies, explique Frédérique Montjanel, architecte et directrice du développement de ING Real Estate. Dans un petit appartement, par exemple, les pièces peuvent être adaptées à une vie de couple, avec un enfant, avec une personne âgée... et correspondre à différentes périodes de la vie. » Le passage de la rue au chez-soi est soigné : parties communes éclairées naturellement, ascenseurs spacieux... La tour est coupée en deux par une « rue » verticale qui enlumine les façades intérieures et évite les longs couloirs aveugles.

Les immeubles s'organisent dans le concept, compréhensible des seuls urbanistes, « d'îlot ouvert clos » : les vues et les passages vers la ville sont préservés entre les bâtiments, les immeubles sont accessibles par l'intérieur du jardin. Pour des raisons de sécurité, l'ensemble sera tout de même ceint d'une clôture aussi peu visible que possible. Au centre, le parking, creusé sur un niveau et demi, n'est pas totalement recouvert, « de manière à l'éclairer et à l'autosécuriser par la convivialité », poursuit Frédérique Montjanel. Les rez-de-chaussée - espèrent les promoteurs - accueilleront des boutiques, des cafés avec terrasses... Sur le sujet de la construction durable, les concepteurs sont moins diserts. Alors que tous les nouveaux programmes se vendent sur cet argument, celui-ci respecte les normes thermiques et utilise le chauffage urbain. C'est tout.

Les premiers appartements sont partis à un prix d'appel à 2 790 euros le mètre carré. Les autres, du studio au six-pièces avec terrasse ou duplex au sommet de la tour, seront proposés entre 3 200 et 4 800 euros. Le revenu moyen n'étant pas très élevé dans cette commune du sud de Paris, la ville a longtemps été boudée par les promoteurs d'immobilier neuf. ING et Crédit Agricole Immobilier comptent sur une demande insatisfaite pour écouler leur programme

Catherine Sabbah

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...