Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 17Paru le jeudi 1 mai 2008 à 00h00

Face au livreur


Les gros costauds sont de grands sensibles. A traiter avec égards surtout si le livreur est aussi l'installateur.

Bonjour, votre livraison est prévue pour jeudi, entre 9 heures et... 15 heures. » Impossible d'avoir un rendez-vous plus précis, on vous téléphonera... Arrive le jeudi. Arrive aussi l'appel téléphonique mais à 14 heures, évidemment. La société de consommation, ça se mérite. Vous paierez donc votre canapé en euros lourds et en RTT. A crédit car vous avez un bon tempérament et une grande patience. De la malchance aussi, car l'objet encombrant ne peut franchir la porte. Pas de problème, il suffit d'enlever l'emballage. Sort alors du carton un meuble qui n'est pas celui que vous aviez commandé ! Remballage, retour à l'expéditeur, et relivraison le jeudi suivant, toujours prévue entre 9 et 15 heures et toujours pas effectuée à 14 heures ! La faute aux embouteillages. Néanmoins, je compatis bien volontiers avec les livreurs.

Le métier n'est pas facile, impossible de se garer, et fatigant, trop de derniers étages sans ascenseur. Et dangereux : du côté de Saint-Nazaire, début mars, rapporte Ouest-France, quatre garçons âgés de 13 à 18 ans organisaient des guets-apens pour voler les pizzas des livreurs de pizzas ! Le job est en outre mal payé, en tout cas pas assez. Pourtant, le secteur, lui, est en plein boom. D'Allo sashimis aux Déménageurs auvergnats, la filière, qui gagne des lettres de noblesse, à tel point qu'elle se fait appeler logistique - plus chic -, prospère avec le développement de l'e-commerce. Aujourd'hui, vous pouvez faire toutes vos courses sur Internet sans sortir de chez vous. Dans le virtuel, pas de vendeur, pas de vendeuse, pas de chefs de rayon, pas de caissières... le livreur risque de devenir le dernier humain des circuits de distributions de l'e-planète. Pour les produits frais ou les colis lourds. Pour le paquet moyen à durée de vie moyenne, il risque d'être supplanté par le postier. Les collègues d'Olivier Besancenot sont aussi des êtres humains, ce sont aussi des livreurs mais des livreurs que les classes laborieuses rencontrent rarement. Leur boulot consiste à déposer délicatement dans les boîtes aux lettres les avis de réception des paquets recommandés qu'il vous faudra aller chercher dans une des files du bureau ex-PTT le plus proche.

Alors votre livreur, quand vous le voyez surgir en vrai sur votre palier, il faut le cajoler, même s'il est d'un naturel grognon. Surtout s'il est le dépositaire de compétences techniques. L'installateur de lave-vaisselle ou le technicien de l'écran plat doivent être traités avec les plus grands égards. Il sera toujours temps de maudire ces experts quand ils auront quitté les lieux et que vous serez incapable de vous faire obéir par des machines à la technologie récalcitrante. Pour vous calmer, il vous reste à appeler le service clients. Si vous êtes dans un bon jour, le numéro ne sera que modérément surtaxé et le temps d'attente inférieur au quart d'heure d'impolitesse. Quand il n'y a pas d'installateur, c'est encore pire, comme pour les box, Wifi, adsl et autres merveilles communicantes. Pas de livreur, pas d'installateur... c'est censé marcher tout seul sauf quand ça ne marche pas ! Dans ce dernier cas, si vous n'arrivez pas à joindre Alice de chez Alice ou Bill de chez Gates, rappelez Gaston pour le lave-linge, au moins vous pourrez faire la lessive !

Françoise Rey

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...