Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 9Paru le dimanche 1 juillet 2007 à 00h00

Face au plombier


Compétents et honnêtes... ou pas, beaux mecs... ou pas, les bons professionnels sont rares.

Dans le genre sexy, il y a Mike Delfino, alias l'acteur James Denson, le séduisant plombier de Desperate Housewives et aussi Piotr, le top-model des plombiers polonais*. Dans le genre marrant, il y a Mario, le plombier à casquette rouge de Nintendo. Dans les mondes virtuels, le métier a la cote au sens strict et figuré. Dans le pire des mondes réels - ma fuite d'eau n'a rien d'un mirage, - je ne recherche pas un héros mais un professionnel compétent qui officie rapidement et à des tarifs abordables. Une requête bien banale qui a de faibles chances d'aboutir. Selon la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), le secteur de la « couverture, plomberie, chauffage » compte 53 321 entreprises avec un effectif salarié de 122 977 personnes.

Il existe également de grandes entreprises, mais, en tant que particulier, mon interlocuteur sera vraisemblablement une de ces TPE, l'artisanat représentant 64 % de la profession. Avec un plombier pour grosso modo 500 habitants, le professionnel est rare, c'est pourquoi il est très demandé, quitte à l'importer de Varsovie ou d'ailleurs. C'est pourquoi aussi ses prestations sont chères, avec des tarifs qui varient souvent à la tête du client, d'autant que l'urgence ne permet pas de mettre les entreprises en concurrence. Difficile de savoir, quand vous avez les pieds dans l'eau, combien va vous coûter la remise à sec. Même si le plombier est tenu de remettre à son arrivée un document vous informant de ses tarifs (normal, de nuit, les jours fériés) et des modalités de décompte de son temps de travail. Après avoir diagnostiqué la panne, il doit également vous faire signer un « bon de commande » précisant la nature exacte de l'intervention proposée. Ainsi, il ne pourra pas exiger un prix dépassant les forfaits prévus, ni facturer une durée d'intervention fantaisiste. Lorsque rien ne presse, il est préférable de réclamer un ou plusieurs devis. Si certaines entreprises le font payer, elles déduisent souvent son coût de celui de l'intervention.

La situation est grave, mais pas désespérée si ce métier lucratif qui ne connaît pas le chômage suscite de nombreuses vocations. Commencent à émerger des premiers de la classe, car les plombiers eux aussi participent au concours du meilleur ouvrier de France. C'est ainsi qu'une « composition de tubes d'acier galvanisé et tubes de cuivre, cintrés, avec retour, ou contre-cintrés » vient d'être récompensée dans le Morbihan. Mais il subsiste des brebis galeuses, comme cet entrepreneur parisien condamné en 2002 à une peine de quatre mois ferme pour avoir envoyé un incompétent dépanner le chauffe-eau d'une vieille dame pour la modique somme de 2 592 euros ! Entre escrocs et artistes de l'acier galvanisé, la cliente ordinaire et désespérée ne peut que prier : Envoyez-moi mon Dieu quelqu'un capable de transmettre des devis par mail, d'arriver à l'heure aux rendez-vous, de faire correctement le boulot sans extorsion de fonds et en évitant de salir irrémédiablement toutes les pièces de la maison ! Peu importe qu'il soit craquant ou pas, mais tant qu'à faire...

* Celui de l'affiche publiée par l'office du tourisme de Pologne en France lors de la polémique née à l'occasion du référendum sur la Constitution européenne.

Françoise Rey

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...