Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitélundi 15 juin 2015 à 11h48

Comment les impôts locaux plombent votre capacité d'emprunt


Quel est le poids des impôts locaux sur l'acquisition d'un bien immobilier ?
Quel est le poids des impôts locaux sur l'acquisition d'un bien immobilier ?
Quel est le poids des impôts locaux sur l'acquisition d'un bien immobilier ? (©Fotolia)

Le courtier en crédit Meilleurtaux a analysé le poids de la fiscalité locale sur un prêt immobilier. Les résultats sont « édifiants »...

Dans quelle mesure la fiscalité locale pèse-t-elle dans le financement d’un bien immobilier type, de 70m², en France ? Meilleurtaux a étudié la question, et livre ses conclusions à la fois en nombre de mensualités supplémentaires, mais aussi en « équivalent de taux d’intérêt ».

Le constat : les résultats sont « édifiants » pour Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole chez Meilleurtaux.com. Selon le courtier, les emprunteurs déboursent, dans certaines villes de France, « jusqu’à près de 3 mensualités en plus sur une année pour payer leurs impôts locaux ».

Ainsi, c'est à Marseille et à Montpellier que la taxe foncière et la taxe d'habitation pèsent le plus lourdement sur le budget des acquéreurs, selon l'étude, où il faut compter l'équivalent de 3 mensualités de de plus. A Toulouse, Nantes et Bordeaux, les impôts locaux se montent à un peu plus de 2 mensualités supplémentaires. En revanche, les villes de Lille et Nice s'en tirent avec 1,5 mensualités en plus, tout comme Lyon à 1,2 mois. Quant à Paris, où les mensualités sont nettement plus élevées pour la même surface de référence, la fiscalité locale y est particulièrement basse. Résultat : les emprunteurs s'acquittent de moins d’une demi-mensualité supplémentaire.

4,5% à Marseille, contre 2,45% à Paris

Quel poids sur les taux ? Meilleurtaux a calculé, après lissage sur un an des différentes taxes, le taux d’intérêt réel pour un emprunteur, correspondant à des mensualités « fiscalité comprise ».

Verdict : si le marché du crédit reste exceptionnellement attractif, avec des taux encore autour de 2% en dépit des dernières remontées de barèmes par une quinzaine de banques, les impôts locaux alourdissent sévèrement la facture : à Marseille et à Montpellier, c'est comme si les emprunteurs négociaient des taux « nets » de 4,50%, à Toulouse 4,10%, et à Nantes 4,05%. A Lyon, le taux réel passe à 3,25% et à Paris seulement 2,45%.

Acheteurs, vous êtes donc prévenus : « la fiscalité locale fait grimper le taux de peu ou prou 2 points de pourcentage dans la moitié des grandes villes de France », conclut Maël Bernier.



Comparez gratuitement les offres de crédit de plus de 100 banques


Léo Monégier
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...