Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitéjeudi 12 mai 2011 à 11h39

L'avantage Scellier encore raboté ?


Le gouvernement réfléchit à un nouvelle réduction de l'avantage fiscal
Le gouvernement réfléchit à un nouvelle réduction de l'avantage fiscal
Le gouvernement réfléchit à un nouvelle réduction de l'avantage fiscal (©dr)

Le coup de rabot sur le dispositif Scellier qui a eu lieu l’année dernière pourrait bien sévir à nouveau. Le gouvernement réfléchit à une réduction de l’avantage fiscal, déjà diminué pour les logements non-BBC au début de l'année.

(LaVieImmo.com) - L’élaboration du projet de loi de finances pour 2012 pourrait conduire à une nouvelle diminution de l’avantage Scellier, apprend-on dans Les Echos. En effet, « dans un contexte de marché immobilier en surchauffe, aux prix stratosphériques, l’avantage fiscal du Scellier, onéreux, est en ligne de mire ». Ce qui ne vas pas sans provoquer un certain agacement chez les promoteurs, alors que les derniers chiffres publiés par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) font la grise mine (baisse des ventes de logements neufs de 24 % sur un an).

La Fédération fait valoir des alternatives à ces mesures d’austérité, qui pourraient bien enterrer définitivement l’attrait - déjà en perte de vitesse - de ce dispositif d’investissement locatif. Ils suggèrent par exemple « un arbitrage entre les deux régimes, Scellier libre ou intermédiaire (location plus sociale) en faveur du second », rapporte le journal économique. Autre solution évoquée : agrandir la zone C, non éligible au Scellier (sauf agrément préfectoral), « par déclassement de certains secteurs de la zone B2 ».

Plafond de prix au m²

Le gouvernement étudie par ailleurs un plafonnement de prix au mètre carré, qui viendrait s’ajouter à la limite de prix d’acquisition du bien, 300 000 euros actuellement, de même qu'aux loyers pratiqués. Une mesure qui aurait pour objectif de limiter les effets inflationnistes imputés au Scellier. Les prix moyens au mètre carré utilisés pour le plafond du PTZ+ pourraient ainsi servir de référence, soit 4 500€/m² en zone A, 3 800€/m² en zone B1, et 2 800€/m² pour les zones moins tendues, relève le quotidien.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 17/05/2011 à 15:58 par Etienne

    "n'oublions pas que les "aides au logement" PTZ Scellier etc, profitent aux vendeurs et professionnels, lesquels continuent d'afficher des prix prohibitifs; mais pas aux pauvres
    "bénéficiaires" qui paient un prix surévalué ne compensant pas la soit-disant "aide" ni aux
    contribuables qui la financent."
    Oui enfin c'est une facon de voir, sans ces aides les bailleurs proposeraient des logements moins chers ce qui réduirait encore la rentabilité locative et découragerait les derniers bailleurs immos à investir ce qui ne fera qu'accroitre la pénurie de biens en location.
    De plus les locataires francais sont parmis les plus mauvais au monde en termes d'impayés et de dégradation, si les bailleurs n'avaient pas ces aides il n'y aurait plus aucun bien sur le marché de la location.

  • 6 Reco 16/05/2011 à 13:36 par Ibra

    c'est une honte tous ces aides qui profitent quelques margoulins il faut plafonner ou supprimer tous ces aides comme dit plus bas, pour que l'immo soit accessible à tous et il faut casser sans la speculation, c'est desolant que le travail rapporte moins que les magouilles:

    - Plafonner les loyer si non pas d'aide APL
    - Plafonner les prix vente si non pas 0% ni exonération fiscale etc..
    - Taxe sur les logements vides mais une vrai taxe qui dissuade laisser un logement vide
    - Taxes sur les plus values du style +40%

  • 6 Reco 14/05/2011 à 23:53 par Anne40

    oublié et 100% d'accord pour plafonner les aides de toute sorte c'est inadmissible que ce le contribuable qui enrichisse les promoteurs et vendeurs oui à la solidarité mais pas sans contrôle c'est notre argent qui part dans les poches des certains profiteurs, promoteurs, constructeurs etc... Mr. les politiciens réveillé vous et faites quelque chose de concret....

  • 6 Reco 14/05/2011 à 23:48 par Anne40

    Investir sur du scellier actuellement c'est du suicide économique les prix sont majores de +30% par rapport au prix du marché, donc attentions au retour de bâton.

  • 5 Reco 14/05/2011 à 23:45 par carnot

    oui c'est vrai les prix sur Lyon sont vraiment burlesque et marre des ces constructeurs qui nous prennent pour des pigeons, il faut plafonner tous les aides même les APL comme dit plus bas.

  • 5 Reco 13/05/2011 à 18:24 par phounet

    n'oublions pas que les "aides au logement" PTZ Scellier etc, profitent aux vendeurs et professionnels, lesquels continuent d'afficher des prix prohibitifs; mais pas aux pauvres
    "bénéficiaires" qui paient un prix surévalué ne compensant pas la soit-disant "aide" ni aux
    contribuables qui la financent.

  • 9 Reco 12/05/2011 à 22:06 par Alex

    *****S'ils pouvaient dégager le PTZ ****

    Non pas trop d'accord mais oui les limiter avec un plafond en corrélation avec les salaires exemple une ville comme Lyon achat prix vente maxi 1900 euros si au départ tous ces aides avait été accompagné avec des plafond nous ne aurions pas eu cette bulle, pour le scellier les prix sont majores de 30% par rapport au prix du marché, l'enfumage.

  • 9 Reco 12/05/2011 à 21:59 par Caparros

    3800 en zone B c'est trop il faut maxi 2400 le salaire moyen en France est de 1500 euros encore un changement qui n'aura aucun effet ou très limité la poudre aux yeux .

    mare de laisser une grosse partie du salaire pour pouvoir nous loger lyon dans notre cas, un loyer important c'est la consommation en moins.

    les années prochaines vont être très dures pour les tous

  • 9 Reco 12/05/2011 à 17:26 par Bouba

    Ils ne fait plus de doute que ces dispositifs n'aident en rien les acheteurs qui se retrouvent face à des vendeurs tout heureux de pouvoir écouler à des "prix stratosphériques".

    S'ils pouvaient dégager le PTZ aussi...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...