Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitélundi 13 juillet 2015 à 09h55

L'effet secondaire de la surtaxe sur les résidences secondaires


Vue de Biarritz, où la surtaxe devrait générer 1 million d'euros
Vue de Biarritz, où la surtaxe devrait générer 1 million d'euros
Vue de Biarritz, où la surtaxe devrait générer 1 million d'euros (©Carobo/Pixabay)

La surtaxe sur les résidences secondaires, entrée en vigueur fin 2014, augmente plus les recettes des mairies qu'elle n'incite les propriétaires à louer ou vendre leur bien.

(LaVieImmo.com) - Elle devait fluidifier le marché. Mais dans bien des cas, elle renfloue surtout les caisses des mairies. La surtaxe des résidences secondaires, qui porte le taux de taxation à 20% pour inciter les propriétaires à vendre ou à louer leur maison de vacances dans les municipalités qui le souhaitent, s'avère juteuse dans des communes où le besoin en logement n'est pas toujours criant.

Ainsi, selon Europe 1, la mesure est beaucoup appliquée dans le Sud Ouest. « On pense à des stations balnéaires comme Biarritz, Saint-Jean-de-Luz ou encore Hendaye. Mais il y a aussi des villes qu'on attend moins, comme Bayonne ou Saint-Nazaire, des communes qui ont peu de résidences secondaires sur leur sol », explique la radio.

Construire du logement social ou susciter une « prise de conscience »

A Hendaye, on explique ainsi que les dotations de l'Etat étant en baisse – de 1,5 million d'euros sur trois ans – la taxe, qui rapportera 400.000 euros, est la bienvenue. Mais à Biarritz, où on en attend un million d'euros, les recettes serviront à financer des programmes de logements sociaux, tandis qu'à Nantes, « on espère une prise de conscience des propriétaires de résidences secondaires », explique à Europe 1 Pascal Bolo, le premier adjoint aux finances.

La liste des communes qui souhaitent appliquer la surtaxe devrait s'allonger. La ville de Lyon vient ainsi de décider de l'appliquer, mais elle ne prendra effet que l'année prochaine, conclut la radio.



Demandez votre étude gratuite pour réduire votre ISF >>

André Figeard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 14/07/2015 à 15:57 par sentury23

    Il ne faut surtout pas être propriétaire durant l'éclatement de la bulle immobilière.
    Même de résidences secondaires!

    Vous avez un doute sur l'éclatement de la bulle immobilière? Vous avez un doute sur le chomage? (600 chomeurs de plus par jour en france depuis plus de 3 ans)... Sur la précarisation des emplois? (CDD et interim ne sont pas solvables - ce ne sont pas des acheteurs)? Sur l'indice iTi en France (nombre d'acheteurs par vendeur. Il a chuté à 0,4 en France. Il y plus de 2 fois plus de vendeurs que d'acheteurs... c'était le contraire il y a 1 an et demi). A paris l'indice iTi est passé de 5 à 1 en l'espace de 2 ans! et avec le papy-boom, on s'attend à ce qu'il dégrade sous la barre du 0,1 pour les 20 prochaines années! La dépendance des francais explose (recherchez les courbes!). Vous doutez de la fuite des retraités (portugal, thailande...)? Vous doutez de la chute de la rentabilité locative? (baisse des loyers, hausse des taxes aux propriétaires - les investisseurs fuient le marché de l'immobilier - cela engorge d'autant plus le marché de biens à vendre...)

    Les spécialistes n'ont plus de doute sur l'éclatement de la bulle immobilière. L'Etat à été accusé de brader ses biens - il voulait juste vendre avant qu'il ne soit trop tard.

    On estime de plus en plus probable un retour aux prix des années 1998-2000, voir plus bas encore (car la conjoncture est pire aujourd'hui qu'en 1998).

    Il ne fera pas bon d'être propriétaire durant l'explosion de la bulle immobilière. Surtout qu'on peut louer pour de moins en moins cher en ce moment, en attendant que l'orage passe.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...