Fiscalité
LaVieImmo.com
Fiscalitévendredi 30 novembre 2012 à 13h25

Les associations de professionnels de l'immobilier font front commun pour le logement


L'objectif de 500 000 constructions par an remis en questionL'objectif de 500 000 constructions par an remis en question (©dr)

Baisse de la TVA, réforme du PTZ+... : les représentants des promoteurs, constructeurs et autres agents immobiliers s'unissent pour soumettre au gouvernement quatre pistes pour redonner « un nouveau souffle » au logement.

(LaVieImmo.com) - Le gouvernement ne remplira pas ses objectifs en matière de logement sans repenser en profondeur son système d’aides, notamment à l’accession. Tel est le message que veulent faire passer les représentants et syndicats des différents métiers du secteur, promoteurs, constructeurs et agents immobiliers, notamment.

« L’accélération de la construction sociale aux niveaux constatés depuis deux ans, soit aux environs de 100 000 mises en chantier par an, n’a pu se faire que grâce à une très forte mobilisation des fonds propres des organismes, peut-on lire dans un communiqué commun. La hausse annoncée de la TVA à taux réduit [de 5,5 à 7 %, ndlr], don l’augmentation des prix à la construction rend l’effort difficilement soutenable dans le temps ». Dans ce contexte, « sauf redéploiement d’autres aides au secteur », l’objectif de 150 000 construction de logements sociaux que s’est fixé le gouvernement, et auquel les professionnels disent souscrire, s’avère « hors de portée », poursuit le communiqué. Idem pour l’objectif global de 500 000 constructions neuves par an, qualifié lui, d’« encore plus virtuel ». Sans oublier que la hausse de la TVA compromet également le projet de rénovation thermique de 500 000 logements anciens chaque année, également au programme.

Quatre propositions

Les organismes signataires demandent :

  • de baisser de 7 à 5% le taux réduit de TVA applicable aux travaux de bâtiment, afin de soutenir l’activité et l’emploi, d’éviter le développement du travail illégal et de donner notamment de la réalité à l’objectif de 150.000 logements sociaux par an ;
  • de réformer profondément l’éco-prêt à taux zéro, afin d’en faire l’outil principal de la transition énergétique dans le logement ;
  • de redonner au PTZ+ ses vertus originelles, afin de relancer la primo-accession à la propriété, en particulier des ménages les plus modestes ;
  • de lutter plus efficacement contre la concurrence déloyale et d’exclure le Bâtiment du régime de l’auto-entrepreneur afin notamment d’éviter une délocalisation larvée de l’emploi.
  • François Alexandre - ©2014 LaVieImmo
    Donnez votre avis
    (il vous reste 2000 caractères)

    • 0 Reco 02/12/2012 à 16:50 par Dada

      Toute cette petite equipe n'a qu'a aller voir les maire / politique de leur region pour debloquer le foncier qui est maintenu eleva grace aux magouille des PLU.
      Lorsque les politiques arreteront de tricher, le foncier baissera l'immo pourra alors baisser et le marcher repartira

    • 1 Reco 30/11/2012 à 22:20 par les neuneus

      recapitulons es demandes de ces profiteurs :

      en 1 : des pepetes...
      en 2: ils veulent du flouze
      en 3: argent siiiiil vouuuuus plaiiiit !
      en 4 : tuez la concurence....qui veut nous prendre nos pepetes !

      les assistes de la republique ne sont pas ceux que le FN denonce....

    • 0 Reco 30/11/2012 à 18:39 par soucis

      Soucis de titre, ce ne sont pas de professionnels de l'immobilier mais de parasites de l'immobilier dont il faut parler ici. Le plus urgent est :
      - si le marché est un "vrai" marché de le laisser se réguler en supprimant toute aide financière qui au final ne sert qu'à gonfler les prix de ventes donc les commissions, marges, de toute cette clique
      - un soutien de l'état est nécessaire, l'état doit alors réguler le marché en intervenant de façon coercitive si nécessaire et au besoin en fixant les prix.
      On ne peut pas vouloir en permanence tous les avantages et aucun inconvénient. On a fait croire aux gens qu'ils étaient riches en achetant quatre murs car demain ils pourraient le revendre plus cher... ce n'est qu'un mirage et surtout cela a détourné au profit de quelques uns (peu mais visiblement ayant les bonnes entrées) des moyens financiers que les gens ne peuvent plus consacrer à autre chose.
      PRIX SURÉVALUÉS - BAISSE IMPÉRATIVE ET URGENTE
      Mais dans ce beau pays qu'est la France, une exception culturelle (de plus) persiste, celle de favoriser la rente au travail et donc d'inciter tout le monde à devenir rentier.... il suffit de regarder le niveau d'imposition réel qui est inversement proportionnel aux revenus (merci les niches, bouclier, etc...). Les revenus du capital doivent être au moins aussi taxés que ceux du travail et idéalement plus.

      Wait and see... ou no future... on verra dans les mois, années à venir. Vivement que la bulle immobilière française éclate comme cela s'est passé dans beaucoup d'autres pays.

    • 0 Reco 30/11/2012 à 15:43 par antoine

      proposition 5: baissez les prix..

      hi hi hi