Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitémercredi 2 juillet 2014 à 16h01

Les taxes d'habitation les moins chères sont dans les villes riches


Des inégalités criantes aussi dans le montant de la taxe d'habitation
Des inégalités criantes aussi dans le montant de la taxe d'habitation
Des inégalités criantes aussi dans le montant de la taxe d'habitation (©Fotolia)

Les communes les plus modestes ont une forte taxe d’habitation, et à l’inverse les villes les plus aisées ont une fiscalité locale allégée, selon une étude de la Confédération générale du logement (CGL).

(LaVieImmo.com) - Les inégalités territoriales s’observent aussi sur le front de la taxation. « Le constat est édifiant: il existe des écarts importants entre les taux pratiqués en France » dans la taxe d’habitation, révèle une étude de la Confédération générale du logement citée par l’AFP.

Après avoir passé au crible plus de 36 000 taux de taxe d’habitation sur l'année 2012, la CGL constate en effet que « les collectivités territoriales qui ont un faible pourcentage de ménages imposés sur le revenu, un faible PIB par habitant, un faible produit des entreprises et un fort pourcentage de logements sociaux ont un taux de taxe d'habitation plutôt élevé », peut-on lire sur La Tribune. D’un autre côté, les villes les plus riches, « disposant de ressources abondantes peuvent se permettre de (le) modérer », d’après la CGL.

Remplacer la taxe d'habitation par une taxe sur les revenus

Sur le territoire, les taux sont fort variables varient « de 12,70 % (Lozère, le minimum) à 28,71 % (Côtes-d'Armor, le maximum), avec 43 départements appliquant un taux supérieur à la moyenne calculée par la CGL, qui est de 20,67 % », rapporte La Tribune.

Simulation LMNP Censi Bouvard
Simulation loi Censi Bouvard

Calculez votre économie d'impôt en quelques clics !

Comment y remédier ? Pour la CGL, il s’agirait de remplacer la taxe d’habitation « par une taxe reposant sur les revenus » et d’actualiser les valeurs locatives, la référence pour le calcul de l’impôt. Autre souhait du groupement : instaurer une obligation légale d’informer tout futur acquéreur ou locataire sur le montant de la taxe d’habitation, car « à l’heure actuelle, les ménages qui achètent des biens éloignés des centres villes peu chers ne tiennent pas compte de facteurs tels que le coût des transports, et les disparités des prix de l'eau, des impôts locaux... qui bien souvent dilapident les économies réalisées sur le prix du bien », a déclaré à l’agence de presse Michel Fréchet, président de la CGL.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 30/10/2014 à 17:49 par ne plus rien donner

    Ma solution (celibataire) je vais revendre mon appartement vendre ma voiture et vivre dans un camping car ... plus de taxe (habitation et fonciere) et de frais d'entretien , moins de carburant et entretien vehicule selon mon calcule 35000€ gagné sur 15 ans une paille non ?
    35000 placé à 12% =156575€ de gagné pour ma gueule non ???

  • 0 Reco 15/07/2014 à 00:33 par tolka

    C'est vrai que la Lozère est un département riche !!!

  • 3 Reco 11/07/2014 à 12:48 par Gabin

    Pas besoin de faire une étude pour arriver à ce constat !
    C'est évident que les villes où il y a des entreprises ont des taxes d'habitation plus faible vu que la ville a d'autres sources de revenus. Ils sont payés à faire des études comme ça les gens ??? Qu'ils m'appelle je leur expliquerais comment ça marche et ils perdront moins de temps....

    Par contre encore taxer les gens qui travaillent pour faire baisser les impôts de ceux qui ne travaillent pas ça commence à avoir des limites cette logique !

    Franchement en France tout est fait pour qu'on ait pas envie de travailler ni de réussir...
    Vive l'assistanat !!!

  • 3 Reco 04/07/2014 à 13:29 par el manici

    les bobos qui votent PS et planquent leur fric en Suisse en hâte de voir cette mesure de justice sociale s'appliquer ... aux autres

  • 0 Reco 03/07/2014 à 08:45 par Nico

    Forcément, puisque:
    1) plus de monde la paie, donc pas besoin de plumer à fond une minorité payante comme dans les communes pauvres.
    2) moins d'aides à redistribuer


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...