Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitélundi 8 juin 2015 à 12h44

Quand les propriétaires disent leurs 4 vérités à la ministre du logement


Les propriétaires face à la ministre du Logement
Les propriétaires face à la ministre du Logement
Les propriétaires face à la ministre du Logement (©dr)

La ministre du Logement, Sylvia Pinel, a assisté au congrès de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI). Elle a rappelé les objectifs du gouvernement, puis écouté « les doléances des propriétaires immobiliers », qui se disent toujours victimes de charges trop importantes.

(LaVieImmo.com) - Lors du traditionnel congrès de l'UNPI, qui s'est tenu samedi à Agen, la ministre a défendu l'action du gouvernement. Selon La Dépêche, Sylvia Pinel a d'abord plaidé en faveur d' un réseau de copropriétaires « responsable, fluide et pacifié », tandis que l'État doit selon elle rester dans le rôle de « garant d'un bon équilibre entre les propriétaires et les locataires ». Avant d'écouter les doléances des bailleurs, la ministre a également rappelé le besoin de mettre en place des logements intermédiaires pour les foyers modestes, tout en tentant de rassurer les propriétaires afin de leur « redonner confiance dans l'investissement sur le locatif ». Une tâche qui s'annonce difficile… Ainsi, pour Jean Perrin, président de l'UNPI, « le propriétaire reste le mal-aimé. Il faut rebattre les cartes et combattre les idées reçues : non les propriétaires ne sont pas des rapaces », a martelé le responsable.

« N'est-ce pas mieux de rester locataire ? »

L'UNPI n'a pas, en outre, caché sa méfiance à l'égard de certaines mesures à venir ou annoncées par le gouvernement. Ainsi, le nouveau contrat-type de location, qui devrait voir le jour à la fin de l'année, peine-t-il à séduire le groupement de propriétaires-bailleurs : « il comptera vingt et une pages ! » Quant aux normes plus générales sur le développement durable : « oui nous voulons y aller, mais laissez-nous un peu plus de temps », rapporte le quotidien.

Mais sans surprise, c'est le poids de la fiscalité qui a sans doute laissé le goût le plus amer aux propriétaires : «  Ceux qui occuperont leur propre logement hésitent à investir quand ils imaginent la taxe sur les plus-values, les droits de succession, la taxe foncière, la taxe d'habitation, la taxe sur l'enlèvement des ordures ménagères, etc. N'est-ce pas mieux de rester locataire ? », a déploré Jean Perrin, qui a toutefois assuré vouloir « travailler » avec la ministre.

André Figeard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 10/06/2015 à 21:52 par David

    Si les proprietaires se plaignent c'est qu'ils gagnent de l'argent a rien faire et en plus c'est non efficasse economiquement.
    On peut donc augmenter les taxes sur le locatif

  • 1 Reco 09/06/2015 à 19:11 par ROGER

    ça fait longtemps que le locatif ne séduit plus, il y a déjà plus d'un logement pour 2 personnes dans ce pays.

  • 0 Reco 08/06/2015 à 20:31 par jeje

    le gouvernement se bougera pour les bailleurs quand il y aura un vrai probème, dans quelques années le locatif ne séduira vraiment plus, la sociologie du pays est amené à changer c'est déja visible.

  • 0 Reco 08/06/2015 à 19:38 par Gaston

    "N'est-ce pas mieux de rester locataire"

    seule phrase censée de tout l'article, il y a une lueur d'espoir!

  • 1 Reco 08/06/2015 à 16:47 par Consomacteur

    Le gros problème de l'investissement immobilier est la lenteur de la justice quand un locataire ne s'acquitte pas de son loyer et de ses charges. Plutôt que de dépenser des fortunes dans des dispositifs divers pour rendre attractif l'investissement immobilier, notre Etat devrait investir dans la justice pour qu'en cas d'impayés, le préjudice subi par le bailleur, soit le plus limité possible.

  • 0 Reco 08/06/2015 à 13:50 par logique

    Quelle mauvaise foi au sujet de la fiscalité ! Les droits de succession ne sont pas spécifiques à l'investissement immobilier, la taxe d'habitation et d'ordures ménagères sont payées par l'occupant, qu'il soit propriétaire ou locataire, et les taxes sur les plus-values sont très faibles au regard des mêmes taxes sur les plus-values d'investissements financiers.
    Je dirais que l'immobilier (surtout à titre de résidence principale) est plutôt une vaste niche fiscale...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...