Fiscalité
LaVieImmo.com
FiscalitéFiscalitémercredi 27 mai 2015 à 09h38

Réduisez vos frais de notaires, rachetez le logement de votre ex !


Rachetez votre ancien logement conjugal à moindre frais
Rachetez votre ancien logement conjugal à moindre frais
Rachetez votre ancien logement conjugal à moindre frais (©Fotolia)

A l'occasion d’un divorce ou de la dissolution d’un Pacs, le contribuable qui rachète à son ex-partenaire sa demi-part du logement, afin de pouvoir garder le domicile familial, peut bénéficier de « frais de notaires » réduits : il ne devra s'acquitter que de la part de 2,5 % due à l'Etat. Explications.

(LaVieImmo.com) - La question a été posée début mars par André Chassaigne, président du groupe Gauche démocrate et républicaine à l'Assemblée. L'élu s'est penché sur les divorces, ou ruptures de Pacs, à l'issue desquels l'un des deux ex-conjoints rachète souvent la demi-part du logement afin de garder le domicile familial. Une situation qui peut avoir « un aspect sécurisant et stabilisant pour les enfants, selon le député. Cependant, lors de cette opération immobilière, l'ex-épouse ou l'ex-époux se voit contraint(e) de s'acquitter, une seconde fois, des droits de mutation », s'est-il interrogé.

Double imposition de 5,8 %

Les droits de mutation, communément appelés « frais de notaires », comprennent la taxe communale (1,2 % du prix de vente du bien immobilier), la taxe départementale (4,5 % dans la majorité des départements) et la taxe pour l’État égale à 2,5 % du montant du droit départemental. Au total, ces droits de mutation payés deux fois, qui représentent en tout 5,8 % du montant du prix, « pénalisant fortement les foyers les plus démunis », a fait valoir M. Chassaigne.

Le ministère de l'Economie a donc clarifié les choses, dans sa réponse publiée le 7 avril au JO : dans certaines conditions, « le rachat de la demi-part du logement par l'un des deux ex-époux ne supporte qu'une imposition de 2,5 %, perçue au profit de l'État », et non pas 5,8 %. C'est ce que permet la licitation, ou la mise aux enchères d'un bien détenu en indivision qu'il est impossible matériellement de partager, très souvent dans le cadre d'une succession. En vertu de ce mécanisme juridique, mais uniquement dans ce cas, semble dire la réponse ministérielle, les contribuables peuvent bénéficier de cette taxation forfaitaire réduite de 2,5 %...

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 28/05/2015 à 08:35 par RG17540

    Que le monde est compliqué ... Pourquoi une réponse ministérielle quand depuis la nuit des temps ... il est clair qu'il s'agit de l'application pure et simple du "droit de partage"... qui était jadis de 1 % et que nos chers élus ont augmenté à 2,5 %... il y a 2 ans...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...