Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 4Paru le jeudi 1 février 2007 à 00h00

Grand choix de neuf à Lille


Dynamisme économique oblige, l'agglomération lilloise ne cesse de grossir et d'accueillir de nouveaux habitants. D'où un marché immobilier bien orienté, notamment dans le neuf.

Qu'il est loin, le temps où grisaille et ennui lui collaient à la peau. Aujourd'hui, Lille est sous le feu des projecteurs. Ce succès, la ville le doit en grande partie à sa situation stratégique. Proche de Bruxelles, de Londres et de Paris, elle a su prendre en marche le train de l'Europe et attirer de nombreuses entreprises d'envergure nationale et internationale. Euralille I, quartier d'affaires et commercial construit de toutes pièces au débouché de la gare, y est pour beaucoup, même s'il a eu du mal à prendre son envol. Aujourd'hui, c'est au tour d'Euralille II de faire l'objet de toutes les attentions. Là, dans le prolongement d'Euralille I, commerces, bureaux et hôtel de région prennent place petit à petit.

Au sud de ce périmètre, ce sont 600 logements, pour partie collectifs et pour partie maisons de ville, qui devraient être construits dans un îlot verdoyant baptisé le Bois habité. Autres quartiers en mutation, les Romarins, Saint-Maurice et Chaude-Rivière, où bureaux, logements et pôle de loisirs seront également édifiés. Bref, les projets, ce n'est pas ce qui manque à Lille et dans l'agglomération tout entière, notamment à Loos, Orchies, Fache-Thumesnil, Bondues...

Il est vrai que le PLH (programme local de l'habitat), adopté en décembre 2005, est très clair : il s'agit de construire 5 000 logements par an pour relancer le bâtiment et pallier l'insuffisance de l'offre. « En 2005, sur l'ensemble de l'agglomération, 2 000 logements ont été vendus en promotion privée, mais seulement 1 500 devraient l'être en 2006 », explique Gilda Robic, le patron de Bouwfonds Marignan à l'échelon régional. Et cela en raison de la pénurie de stock. Pour autant, quand on dispose d'un budget de 250 000 à 500 000 euros, le choix reste ouvert. Car, même dans Lille intra-muros, le prix moyen du mètre carré avoisine 3 000 euros. « Il y a des pointes de 3 000 à 3 300 euros dans les quartiers résidentiels, mais ailleurs la moyenne se situe entre 2 500 et 2 600 euros », ajoute Gilda Robic. Dans le quartier du Bois-Habité, un trois-pièces de 62 à 75 m2 vaut entre 202 000 et 260 000 euros, tandis qu'un quatre-pièces de 114 m2 se négocie 335 000 euros (programme Icade Capri-Loger Habitat).

Si vous optez pour l'achat d'une maison, un tel budget vous autorise à investir dans une commune résidentielle, comme Roncq, à quelques encablures de Lille. « Ici, tout est à portée de main, les commerces et les transports, précise Jean-Philippe François, directeur commercial chez Bouwfonds Marignan Lille. Des petites maisons de ville de 90 m2 en briques, enduit et bois - comme il se doit dans cette région - sont proposées à 245 000 euros »

Colette Sabarly

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...