Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 9Paru le dimanche 1 juillet 2007 à 00h00

Haut de gamme sur la presqu'île de Lyon


Entre immeubles du xviiie et programmes neufs à Confluence, le centre lyonnais offre de belles prestations à des prix encore raisonnables.

Malgré des prix très élevés, l'activité de l'hypercentre de Lyon ne se dément pas. Délimitée par le Rhône d'un côté et la Saône de l'autre, la presqu'île de Lyon, qui recouvre le 2e arrondissement, plaît pour son côté commerçant, la qualité de ses immeubles anciens, la majesté de la rue de la République, le charme de ses places et sa desserte en transports en commun. Ici, entre la place des Terreaux et la place Carnot, le prix du mètre carré continue de grimper (+ 15 % en un an), pour atteindre en moyenne 3 500 euros. « C'est normal, le haut de gamme a toujours eu sa clientèle », analyse Pierre Bazaille, président de l'Observatoire national du marché immobilier des notaires. Les prix sont également soutenus par l'opération de vente à la découpe menée depuis deux ans dans le quartier Grolée par le fonds de pension américain Cargill, qui veut en faire un secteur de luxe.

3 000 euros dans l'ancien

Les ventes se déroulent moins facilement que prévu, mais celles déjà réalisées affichent des niveaux records pouvant atteindre 4 900 euros le mètre carré. « Indéniablement, la vente du quartier Grolée repositionne le marché vers le haut. Mais ça ne fait en réalité qu'accélérer le mouvement », relativise Me Bazaille. Avec un budget de 250 000 euros, on peut encore toutefois s'offrir un trois-pièces de 75 à 85 m2 dans du bel ancien xviiie ou xixe, selon la situation et l'état général du bien. Tout près de l'abbaye d'Ainay, dans un immeuble bourgeois des années 1850, un T3 de 86 m2 est proposé à 260 000 euros, soit 3 000 euros le mètre carré, mais son acquéreur devra entièrement le rénover. Près de là, place Ampère, un petit loft de 77 m2 aménagé avec goût, dans une construction xviiie, vient de partir à 305 000 euros. Plus classique, dans la rue Auguste-Comte, qui rassemble les antiquaires, un appartement de 103 m2 vient d'être vendu 400 000 euros. Et avec un budget avoisinant 500 000 euros, on peut acquérir un appartement avec une vue imprenable sur les méandres de la Saône. Sur le quai Saint-Antoine, un spacieux trois-pièces de 120 m2, situé dans un bâtiment Renaissance, vient de s'échanger à 480 000 euros, soit 4 000 euros le mètre carré.

Du neuf à 5 000 euros le mètre carré

Côté neuf, dans le nouveau quartier du Confluent, à l'extrémité sud de la presqu'île, des programmes sont vendus sur plans. Là, les prix affichés varient entre 4 000 et 5 000 euros le mètre carré pour des appartements de luxe situés en bord de Saône, dans des immeubles à l'architecture ultracontemporaine. Il faut ainsi compter 446 000 euros pour un quatre-pièces de 98 m2 agrémenté d'un beau balcon dans le programme Saône Park, commercialisé par Nexity Appolonia

Catherine Lagrange

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...