Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 5Paru le jeudi 1 mars 2007 à 00h00

Immeuble mille-feuille


Commerces, bureaux et logements se superposent dans le projet conçu par Dominique Perrault qui renoue avec la mixité urbaine traditionnelle des villes européennes.

Au rez-de-chaussée, des commerces, au-dessus, des bureaux, et, si l'on monte encore, des logements. La sous-couche abrite les parkings. Au même endroit, habiter, travailler, consommer... Quoi de plus banal que ce mélange de fonctions à l'intérieur d'un même immeuble ? Dans les villes anciennes, c'est du grand classique. Sur le marché des constructions neuves, le concept est quasi avant-gardiste, réclamé par tous, construit par personne. Peu de promoteurs se risquent à cette mixité, qui maille pourtant tous les discours actuels sur la ville et l'architecture. La ville de Lille, via son aménageur Euralille, a imposé ce modèle dans le quartier du Bois-Habité. Le projet Hybride de l'équipe Icade/Capri-Dominique Perrault a convaincu.

La vision d'ensemble évoque les anciennes fortifications. A partir du socle commun comprenant le double volume des commerces et les deux étages de bureaux se dressent trois tourettes détachées les unes des autres et élevées sur six niveaux de logements. L'architecte n'a pas mis l'accent sur l'innovation à tout prix dans les plans ; toutefois, du studio au cinq-pièces, tous les appartements sont agrandis par des espaces extérieurs, bénéficient d'une double orientation et n'ouvrent pas au nord. En réponse au programme complexe qui imposait aussi une construction durable, l'architecte a joué sur le matériau, le verre, transparent et de grandes dimensions pour les vitrines des commerces, opacifié, presque jusqu'au noir ou au vert bouteille pour les bureaux, ou bien sérigraphié et émaillé d'empreintes botaniques pour les logements autour desquels il semble fleurir. Sur ce fond de paysage artificiel se développera une nature bien vivante, enracinée dans les jardinières des balcons et jusque sur les toits-terrasses plantés. En vue d'ensemble, les alignements d'arbres du boulevard créent un premier plan, le Bois-Habité dessine un horizon planté, illusion d'une curieuse fusion entre la nature artificielle et la nature véritable, entre l'architecture et le paysage.

A l'intérieur, il a fallu imaginer les flux des uns et des autres, clients, salariés et habitants, s'arranger pour qu'ils ne se croisent pas, que les étages de bureaux soient fermés le week-end... « Ce n'est pas si compliqué, concède l'architecte de la Très Grande Bibliothèque, qui a connu d'autres casse-tête fonctionnels. Les entrées sont séparées, l'immeuble est répertorié à plusieurs adresses et les cages d'escaliers sont distinctes. » Dominique Perrault défend une architecture contemporaine, à l'image de la culture de notre époque, mélangeant abstraction et figuration, confort et technologie, commerce, travail et communication, sociabilité du lieu et des hommes. « Une architecture émouvante et vivante qui pourrait nous faire croire définitivement qu'il n'est pas interdit de vivre heureux en ville », sourit-il

Catherine Sabbah

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...