Brest
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 9 août 2012 à 09h04

"Le centre-ville est fédérateur en temps de crise"


Jean-François Cadiou de l'Agence centrale immobilière de Brest
Jean-François Cadiou de l'Agence centrale immobilière de Brest
Jean-François Cadiou de l'Agence centrale immobilière de Brest (©dr)

Trois questions à Jean-François Cadiou, négociateur chez l’Agence centrale immobilière de Brest. Il observe une baisse des ventes et une faille entre les différents quartiers de la ville.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte le marché immobilier à Brest ?

Jean-François Cadiou : Le marché stagne depuis quelques temps. Nous observons une légère baisse générale des ventes. Et même si certains quartiers marchent mieux que d’autres, une tendance baissière est de plus en plus perceptible. Cependant, la vue sur mer est en effet partout un « plus » important, qui, par exception, peut faire s'envoler les prix au delà des limites indiquées. Toutefois, nous avons eu des transactions qui nous ont affirmé le contraire.

Quel type de transactions ?

Jean-François Cadiou : Nous avons vendu par exemple un T4 de 85 m² à Quatre moulin, avec vue sur l’océan pour 110 000 euros, soit un rapport surface/prix inférieur à ce que l’on peut trouver en centre-ville. Il faut dire aussi que l’appartement en question se situe dans un immeuble de type HLM, et dont l’architecture externe n’est pas très attirante.

Quels sont les prix pratiqués à Brest ?

Jean-François Cadiou : Les prix sont très contrastés. Ici, nous ne résonnons pas en termes de mètre carré. Chaque quartier est différent de l’autre. Vers Jaurès ou la rue du Siam, qui représente l’hyper centre, les prix atteignent les 2 000 euros le m² pour des biens en bon état. En périphérie, il existe beaucoup d’immeubles des années 1970 et dont le prix atteint rarement les 1 000 euros le m². C’est pour vous dire à quel point le centre est fédérateur en temps de crise à Brest.

Des exemples de transactions ?

Jean-François Cadiou : En centre ville, nous avons vendu récemment un T4 de 85 m² en bon état à 140 000 euros net vendeur. Puis un studio de 29 m² à Pillier Rouge a été cédé à 30 500 euros, soit 1 050 euros le mètre. Toutes des maisons vendues à des fonctionnaires, de la marine notamment, ou à des investisseurs, qui souhaitent placer leur argent. Des primo-accédant sont également présents sur le marché avec des sommes allant de 100 000 à 120 000 euros.

Propos recueillis par Badr Lebnioury - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 09/08/2012 à 14:19 par polimmo

    A Lyon c'est pareil, deux appartements identiques peuvent être affichés avec des différences de prix de 25% !!
    Inutile de préciser lesquels partent et lesquels restent.
    Les vendeurs qui restent fermes sur des prix surévalués vendront de moins en moins chers.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...