Clermont-Ferrand
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 12 mars 2010 à 17h32

"Les petites surfaces sont les plus recherchées"


Après deux années difficiles, le téléphone recommence à sonner
Après deux années difficiles, le téléphone recommence à sonner
Après deux années difficiles, le téléphone recommence à sonner (©dr)

Il n’y a pas que Paris ! LaVieImmo.com poursuit son tour de France de l’immobilier et vous présente, chaque semaine, l’interview d’un professionnel ou spécialiste du marché d’une grande ville de province. Après Strasbourg, Lille ou Toulouse, direction Clermont Ferrand, où Isabelle Mazellier, qui dirige l’agence ERA Fontgiève, dans le centre de la ville, répond à nos questions.

(LaVieImmo.com) - L’immobilier clermontois a-t-il été durement touché par la crise ?

Isabelle Mazellier : Il serait inutile de le nier, nous venons de traverser deux années très difficiles. Le marché s’est grippé dès l’été 2008, et les choses sont ensuite allées de mal en pis... Sur l’année 2009, le nombre de transactions a chuté assez nettement dans l’ensemble de l’agglomération, pour des baisses de prix atteignant jusqu’à 20 % sur les biens les moins bien situés ou nécessitant d’importants travaux de rénovation. Aucun agent immobilier clermontois n’a été épargné, même si la crise a été ressentie plus ou moins durement selon les quartiers et les spécialisations de chacun. La bonne nouvelle, c’est que les affaires reprennent petit à petit...

C’est-à-dire ?

Isabelle Mazellier : La situation a commencé à s’assainir au début du second semestre. Les acheteurs, qui avaient littéralement déserté le marché depuis plusieurs mois, ont commencé à réapparaître, à vouloir visiter des biens… Tout se fait très progressivement, mais je pense qu’on peut affirmer que le pire est derrière nous.

Quels types de biens sont les plus recherchés ?

Isabelle Mazellier : Principalement les petites surfaces - des studios aux petits T3. Les acheteurs les plus actifs sont incontestablement les primo-accédants, qui profitent de la baisse des prix et du niveau favorable des taux d’intérêts, tout en bénéficiant des mesures d’aide spécifiques mises en place dans le cadre du plan de relance. Sur le même segment, les petits investisseurs locatifs sont également de retour : Clermont Ferrand compte pas moins de 30 000 étudiants, il est facile de trouver des locataires, notamment dans le quartier de l’université. Depuis quelques temps, on constate aussi un regain d’intérêt pour les grandes surfaces et les biens d’exception. Nous venons de signer la vente d’un duplex de 130 m², dans le centre, pour 320 000 euros. Un appartement neuf, avec terrasse et double exposition. On ne réalise pas ce type d’opérations tous les jours, mais la demande est à nouveau là, ce qui est bon signe. Pour les prestations intermédiaires, les surfaces moyennes ou les biens mal situés, la situation reste plus difficile - soit parce que les acheteurs sont plus exigeants, soit parce qu’ils n’ont pas les fonds nécessaires pour aller jusqu’au bout de la transaction.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...