Courbevoie
LaVieImmo.com
Constructionmardi 17 juillet 2012 à 10h11

La Défense : Les tours Hermitage verront-elles le jour ?


Les fameuses tours HermitageLes fameuses tours Hermitage (©DR)

On a beaucoup entendu parler des fameuses tours Hermitage, projet du promoteur russe du même nom, qui devaient voir le jour à l’origine en 2016. Celles qui devaient être les plus grandes tours d’Europe rencontrent de tels écueils que l'on en vient presque à douter de leur finalisation.

(LaVieImmo.com) - Retour en juin 2010, Nicolas Sarkozy, Dmitri Medvedev et le promoteur russe Hermitage signent un protocole d’accord, s’engageant à la construction à La Défense de deux immenses tours de 91 étages, pour un total de 323 mètres. Designées par l’architecte Norman Foster, ces deux « twin towers à la française » sont censées devenir les tours les plus élevées d’Europe. Elles sont de plus prévues « mixtes », puisque constituées de bureaux, de logements et de commerces, d’une résidence étudiante à un hôtel de luxe, en passant par des piscines et des restaurants. Un projet complet et complexe, qui devait voir le jour avant 2016, estimé à environ 2 milliards d’euros.

Des immeubles dont les propriétaires refusent la démolition

Si ces deux nouvelles tours à La Défense peuvent paraître une idée intéressante, il semble que leur édification ne rencontre de nombreuses oppositions, à commencer par les immeubles situés à l’endroit où la construction doit avoir lieu. Le permis de construire a beau avoir été délivré en mars dernier, il n’empêche qu' « en octobre 2011, l'association des copropriétaires des bâtiments jouxtant le projet a obtenu devant la justice l'interdiction de démolir », d'après LeFigaro.fr. Pas sûr que le promoteur réussisse à faire retirer la plainte à coup de billets de banque, bien que ce dernier demeure confiant à ce sujet.

De nombreux recours

Outre ces logements, qui pourraient empêcher le chantier des tours Hermitage, un autre problème se pose : celui des bureaux voisins. Comme le rapporte LeFigaro.fr, les propriétaires des immeubles voisins ont posé des recours, jugeant que la construction lui est défavorable. Le PDG de Hermitage, Emin Iskenderov, interrogé par LeFigaro.fr, ne semble pas inquiet, et estime qu’il est possible de « trouver une solution pour qu’ils retirent leur plainte ». Il faudra faire vite pour les gérants du projet Hermitage, car en cas de recours, les banques ne peuvent accorder de crédit immobilier. Et il faut encore des centaines de millions d’euros pour financer la construction.

Le gouvernement, opposé à la construction ?

Notons enfin que les tours Hermitage ne font pas forcément l’unanimité au sein du gouvernement comme elles ont pu le faire par le passé. Nicolas Sarkozy avait signé sans réserve lorsque l’on lui avait présenté le projet. Or, ce n’est pas le cas de Jean-Marc Ayrault, qui aurait demandé à Cécile Duflot, d’après LeFigaro.fr, de « réfléchir à l’avenir de La Défense et à ses très grandes tours », pour reprendre les mots du conseiller PS de Courbevoie, Jean-André Lasserre, interviewé par le quotidien. La ministre du Logement s’opposera-t-elle aux tours Hermitage ? M. Iskenderov considère qu’il n’y aura pas de problèmes et que les travaux auront lieu de mars 2013 à fin 2018. Affaire à suivre...

LaVieImmo.com - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 16/08/2012 à 22:59 par mits

    Je tiens à préciser que les locataires ont reçus des propositions très avantageuses de relogement avec un dédommagement d'environ 5000€. Pas mal quand même.

    Après je trouve ça pitoyable de vouloir arrêter un projet d'une telle envergure que donnera un vrai coup de frais à la Défense.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 22:06 par Josette

    Bah, avec un président "normal" il faudra s'attendre à des tours "normales", des barres quoi...

  • 0 Reco 20/07/2012 à 19:33 par Boris

    OldNick : Franchement je lole mais alors, à un point...
    Parce que tomber dans des accusation aussi grotesques pour justifier son opinion de chieur municipal c'est vraiment faire preuve de bassesse et de peu de foi.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 17:30 par OldNick

    J'ai voulu dire "enfouir", pardon.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 17:28 par OldNick

    Merci aux journalistes qui disent des choses que certains aimeraient enfouri sous le pétrole, n'en déplaise a JOSETTE.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 17:28 par OldNick

    Le projet Hermitage ? Une gigantesque opération de blancvjiment d'argent sale, copieusement entériné par la Fra&nce. Y a qu'a lire les commentaires odieux de certain(e)s qui doivent avoir des mains de naufragés de l'Erika.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 10:25 par Oliver

    A Josette :
    Non, non. Allez donc demander ce qu'il en est au Conseil général des Hauts de Seine... Par résolution, ils ont validé cet hiver la prise en charge financière totale de l'epadesa pour les travaux de couverture de la RD7, de la reconstruction de l'auto-pont et de la maintenance future.
    Ou, si on suit votre raisonnement, ce serait : Hermitage-le-privé donne l'argent du coût des travaux à l'epadesa-le-public, avec l'annonce officielle que c'est "l'epadesa-le-public qui finance entièrement" ce projet public... Ouh lala ! Ce serait pire que tout !...

  • 0 Reco 20/07/2012 à 09:57 par Josette

    ""Ce projet privé ne peut se faire que si le projet public « couverture RD » se fait - cette couverture formant la place au pied des tours.""
    Pour info c'est bien le groupe Hermitage qui financera la couverture de la RD, il suffit de s'intéresser un minimum au dossier pour le savoir (c'est dire le niveau de certains ici).
    Effectivement il s'agit d'une exception (l'EPADESA se chargeant d'aménager les terrains en amont en général).
    Ca ne coûte pas grand-chose de se renseigner, c'est toujours mieux que de faire de la désinformation.

  • 0 Reco 20/07/2012 à 09:35 par Josette

    Tiens, Ambition zéro pour Courbevoie a encore frappé...
    Depuis quand on s'assoit sur 2 milliards d'investissement et 5000 emplois pour permettre à des locataires (donc par définition non propriétaires) de rester dans un lieu dans lequel ils n'ont jamais eu la vocation de rester toute leur vie (vu qu'ils sont locataires).
    A ceux que ça scandalise, il faudrait qu'ils sortent un peu le dimanche. Des locataires obligés de partir parce-qu'ils ne sont que locataires, ça arrive tous les jours.
    Mais ici c'est la Défense, c'est de l'idéologie de gauche de base (bouh le vilain russe qui veut investir des millions pour des riches) et ça outre des gens qui n'ont que faire de la situation des locataires mais qui s'emparent de l'idéologie qui va avec à des fins de carrière politique.
    Bienvenue en France, à ce rythme là et avec cet état d'esprit, la Grèce demain c'est nous...

  • 1 Reco 20/07/2012 à 04:40 par Hubert

    Je lis avec surprise plusieurs inepties dans les commentaires :
    - « Les copropriétaires qui ont obtenu le gel (pas l'interdiction) de la démolition » Brisavoine.
    L’« interdiction » a été prononcée par le Président du TGI de Nanterre et est inscrit dans le jugement. Le mot « gel » est une invention.
    - « Si le projet viole toutes les lois, je me demande pourquoi le TGI de Nanterre à validé plusieurs fois et plusieurs autres fois le projet... » Boris.
    Le TGI de Nanterre n’a jamais validé le projet. Il a juste donné raison une fois au promoteur pour une histoire de palissades. Confirmé par la cour d’Appel (Versailles).
    - « il paraît difficile à l'Etat de s'opposer à un projet auquel (par l'autorisation du PC) il a donné antérieurement son accord (peu importe que ce soit avec un autre gouvernement, il n'y a pas ici d'argent public en jeu). » Josette.
    Ce projet privé ne peut se faire que si le projet public « couverture RD » se fait - cette couverture formant la place au pied des tours. Il n’y a aucune enquête publique de prévu pour ce projet qui reste donc à l’état d’idée. L’Epadesa, Etablissement public, s’est engagé a entièrement financé ce projet.
    Quand un projet brise plusieurs milliers de vie et viole les lois : c’est un mauvais projet.
    - « le gouvernement actuel serait à n'en pas douter fortement lynché... » Bernadette.
    Quelque soit le gouvernement, celui-ci ne sera pas « lynché » s’il s’oppose au projet. Il répondra simplement à l’éthique et aux lois de l’Etat. Là est la démocratie. Le gouvernement est « public ». Ce projet est « privé ».
    - « La moindre des choses serait d'aller vérifier les faits et de faire une réelle enquête... » Bernadette.
    La journaliste a peut-être « pompé » mais elle ne s’est pas trompée. Ce qu’elle rapporte dans son article est tout à fait exact. Vos diatribes ne changeront rien à la réalité des faits. Une véritable enquête enfoncerait encore le clou.

  • 1 Reco 19/07/2012 à 23:38 par Ludo

    Il est grand temps que Paris ait des supertalls. Ces tours, non seulement apporteront de nombreux emplois, mais seront le symbole du renouveau, de la puissance de notre capitale. D'ailleurs je les trouve tres belles!

  • 1 Reco 19/07/2012 à 23:34 par Josette

    C'est quand même incroyable qu'un site aussi spécialisé soit autant dans l'approximation.
    Sans compter que l'anecdote dont se galvaude actuellement Lasserre reste très anecdotique.
    De toute façon, il paraît difficile à l'Etat de s'opposer à un projet auquel (par l'autorisation du PC) il a donné antérieurement son accord (peu importe que ce soit avec un autre gouvernement, il n'y a pas ici d'argent public en jeu).
    Nous sommes encore dans un démocratie ici (du moins je l'espère).
    Depuis le temps que Monsieur Iskenderov se bat pour ce projet, avec l''argent qu'il a déjà investit, il paraît difficile de reculer aujourd'hui (à moins que l'Etat soit capable de se tirer une balle dans le pied en dédommageant grassement pour l'argent et le temps investit, un promoteur qui s'apprétait à faire bâtir un projet de 2 milliards d'euros avec plusieurs milliers d'emplois à la clef).

  • 1 Reco 19/07/2012 à 23:04 par Boris

    Si le projet viole toutes les lois, je me demande pourquoi le TGI de Nanterre à validé plusieurs fois et plusieurs autres fois le projet...

    Je dis ça hein...

  • 0 Reco 19/07/2012 à 20:28 par Chris

    Non, la journaliste ne s'est pas trompée et a rapporté l'exacte vérité :
    Ce sont bien les copropriétaires qui en octobre 2011 ont obtenu l'interdiction de démolir ces deux groupes d'immeubles de la Résidence des Damiers. Et c'est bien le TGI de Nanterre qui a "interdit de démolir ou de faire démolir tout bien immobilier situé dans le périmètre de l'ASL (Association des copros)". Les deux groupes d'immeubles sont situés dans le périmètre de l'ASL.
    En voulant détruire, Logis-Transports et Hermitage, membres de l'ASL, ont violé les statuts de ladite ASL.
    D'autre part, on n'achète pas tout le monde avec du pognon. Propriétaires ou locataires, il y a encore des gens intègres dans ce pays.
    Quant à démarrer ses travaux en 2013... Sans commentaire.
    Quant aux tours en général, pourquoi pas? Mais pas quand elles détruisent le patrimoine et la vie des gens, et pas quand le projet et ses bases violent toutes les lois en la matière.

  • 1 Reco 19/07/2012 à 19:43 par Brisavoine

    Les habitants des immeubles à détruire sont des LOCATAIRES, et non pas des propriétaires comme il est faussement dit dans cet article. Voir une telle erreur dans cet article fait sérieusement douter de la crédibilité des informations contenues dans La Vie Immo.

  • 0 Reco 18/07/2012 à 22:39 par jupiterius

    Paris accuse du retard par rapport à Londres. Cette dernière n'a pas hésité avec des capitaux quataris à ériger la tour la plus haute d'Europe près de la City. Il serait très dangereux pour la Capitale de ne pas combler ce retard. Les tours sont un symbole de modernisme et de puissance.