Haute-Corse
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierlundi 12 août 2013 à 09h22

Un Français sur deux contre la propriété limitée en Corse


La propriété limitée en Corse fait débat
La propriété limitée en Corse fait débat
La propriété limitée en Corse fait débat (©Wikimédia Commons / Jean-Pol Grandmont)

Selon un sondage Ifop réalisé pour le JDD, 53 % des Français se disent « plutôt opposés » à la réforme Giaccobi, qui prévoit de restreindre la propriété en Corse.

(LaVieImmo.com) - Le débat est bel et bien posé. D’après l’enquête publiée ce week-end par le Journal du Dimanche, 53 % des Français trouvent la proposition du député PRG de Haute-Corse Paul Giacobbi « contraire au principe d'égalité de tous devant la loi et au droit européen sur la propriété ».

Mais plus d’un Français sur trois (36 %) se dit favorable à cette mesure, qui prévoit d’accorder la possibilité d’acquérir sur l’Ile de Beauté après cinq années de résidence ou pour ceux qui y ont déjà des attaches familiales et personnelles. Selon eux, cela « favoriserait l'accès à la propriété pour les habitants de l'île qui éprouvent des difficultés à se loger en raison de la spéculation foncière et immobilière », lit-on sur le JDD.

Chaudes réactions

Prix Immobilier

Les prix au m2 de votre ville

Le député corse avait déclaré la semaine dernière : « Si on peut acheter un terrain en Corse aussi aisément qu'une tablette de chocolat sur le rayon d'un supermarché, on court à la catastrophe. Il faut donc limiter l'accès à la propriété foncière pour les non-résidents ». Camille de Rocca Serra, député UMP de la Corse-du-Sud, avait vivement réagi dans la foulée : « On ne peut pas lutter contre le grand banditisme en empêchant les gens d'investir dans des résidences secondaires, souvent décriées, car cela détruira la loi de l'offre et la demande et aura des effets pires ».

Le maire de Bastia, Emile Zuccarelli, avait à son tour jugé dans les colonnes du Parisien que la mesure « n’a aucune chance d’aboutir. Ce qu’il faut, c’est trouver des réserves foncières pour loger les 320 000 habitants de l’île ». Roger Karoutchi, ex-secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, avait pour sa part jugé la proposition « destinée à attirer l’attention, pouvant ouvrir un débat ».

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 14/08/2013 à 10:49 par pongolo

    De Rocca Serra est le premier bandit en chef ... copinages, copinages

  • 0 Reco 14/08/2013 à 10:46 par @hé-hé

    Remplaces les mot "terrain" et "foncier" par nourriture et tu verras que ton texte prend un autre sens.

  • 0 Reco 13/08/2013 à 14:09 par Dede

    L'hopital qui se fout de charite, c'est bande de mafieux veulent vendre cher aux etranger a condition des les raquetter ou faire exploser leur villa, mais eux veulent acheter pas cher looool.
    C'est comme a paris, si il sont pas content ils se cassent ou prennent leur independance...ha on me dit dans l'oreillette que ce n'est pas possible car plus subvention lol

  • 0 Reco 13/08/2013 à 11:19 par hé-hé

    les voient pas la poutre dans leur propre oeuil !!!

    Si on veut s'acheter des terrains comme au rayon de supermarché il y a bien quelqu'un (Corse !!!) qui en vend un et au prix élevé pour s'enrichir. Donc eux-mêmes sont pourri pour brader leur foncier alors c'est aucunement la faute des acheteurs !

  • 0 Reco 13/08/2013 à 09:24 par Estenza

    En Asie le principe c'est que les étrangers ne peuvent pas accéder à la propriété foncière afin d'éviter la flambée des prix et l'expropriation des résidents à cause du pouvoir d'achat supérieur que peuvent avoir les étrangers. Par contre un étranger peut acheter en copropriété dans des résidences.
    Ce n'est bien sur pas adaptable en corse, mais le principe pourrait être en tout cas une base de départ vers une étude adaptée à un territoire bien sur français, donc accessible à tous, mais aussi condamné à plus ou moyen terme à ne plus voir les habitants,(corses ou pas), pouvoir se permettre de devenir propriétaires.
    Il y a très longtemps les corses fuyaient l'agresseur en se réfugiant dans les montagnes pour ne pas se voir résoudre à l'esclavage et la déportation.
    Aujourd'hui les gens travaillant en corse vont devoir se retirer de plus en plus afin de trouver des prix en rapport avec leurs revenus.
    La faute n'est pas au propriétaire qui vend cher son terrain.
    J'aimerais en faire partie, bien que je ne vendrais pas mais mettrais en valeur ces biens.
    La faute est aux financiers qui refusent systématiquement d'aider les habitants de corse à s'émanciper. Il ne faut pas généraliser. Il y a énormément d'habitants qui ont des projets viables, mais les crédits sont trop difficiles à avoir lorsque vous vivez et travaillez en corse comparativement à quelqu'un qui possède un patrimoine sur le continent.
    Aidez nous a financer nos projets, et vous verrez que plutôt que de vendre, les gens construiront, loueront, et ne verront plus d'un sale œil les résidences secondaires.

  • 2 Reco 12/08/2013 à 12:00 par JCDelarue

    Même problème à Paris, où de riches étrangers et Français achètent des appartements pour en faire leur pied-à-terre où ils passent 15 jours par an. Ne pas oublier non plus les 20 000 logements loués meublés à la semaine, le plus souvent illégalement. Ni les immeubles inoccupés, pour des raisons spéculatives.
    Les prix de l'immobilier flambent, et les loyers aussi. La classe moyenne est progressivement chassée de la capitale.
    On en reparlera pendant la campagne des municipales. Que vont proposer Anne Hidalgo et NKM?

  • 0 Reco 12/08/2013 à 10:32 par super spéculateur

    Deuxième solution taxer lourdement la résidence secondaire. ils le font bien en Espagne.

  • 1 Reco 12/08/2013 à 10:29 par super spéculateur

    ils ont complètement raisons les Corses, comment voulez vous que le salarier moyen Corse devienne un jour propriétaire face à la concurrence de tout ces riches à la recherche d'une résidence secondaire.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...