International
LaVieImmo.com
InternationalInternationallundi 1 août 2011 à 10h27

Israël : De la crise du logement à la crise sociale


Manifestation samedi à Tel-Aviv
Manifestation samedi à Tel-Aviv
Manifestation samedi à Tel-Aviv (©Wikimedia)

Le mouvement de contestation qui embrase Israël, né de la flambée des prix de l'immobilier, ne tend pas à s’essouffler. En effet, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé dans tout le pays ce week-end. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, tente de calmer la population. Sans succès.

(LaVieImmo.com) - La crise sociale qui ébranle l’Etat hébreux gagne en ampleur. Débuté, il y a une quinzaine de jours sur le boulevard Rothschild - artère majeur de Tel-Aviv -, le mouvement des « indignés » israéliens s’est propagé dans tout le pays. Samedi, ils étaient près de 150 000 à manifester dans les rues de plusieurs grandes villes, comme la capitale ou Jérusalem. Ils se sont regroupés sous la bannière de « la justice sociale », qui, selon eux, doit façonner la future société israélienne. Face à cette agitation inédite depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, le gouvernement de Benjamin Netanyahou mise sur un essoufflement du mouvement. A l’inverse de cet attentisme, le directeur général du ministère des Finances, Haïm Shani, a démissionné hier, témoignant d’une certaine nervosité gouvernementale. Et pour cause, les indignés ont été rejoints par la première centrale syndicale, la Histadrout, ainsi que par des maires et des élus locaux, rapporte René Backmann, envoyé spécial au Nouvel Observateur.

Le mouvement grandit et s’enracine

Ces renforts majeurs empêchent l’essoufflement du mouvement, et tend même à le densifier. A l’origine, cette vague de protestation est partie d’une flambée des prix de l’immobilier, qui ont connu une augmentation de plus de 60 % en quatre ans. La classe moyenne et la jeunesse israélienne, principaux acteurs de l’agitation sociale, en ont été les premières victimes. Ils sont en effet près de 70 % à ne pouvoir accéder à la propriété. La réponse de Benjamin Netanyahou – la construction de 50 000 logements – a été jugée « insuffisante » par la rue. Le Premier ministre est assis entre deux chaises : celle de la rue, et celle, tout aussi délicate à appréhender, des tycoons, ces groupes de financiers détenant les clés économiques du pays. De cette tension sur l’immobilier est né un plus vaste mouvement social axé sur le coût de la vie onéreux en Israël.

Retrouvez les prix de l'immobilier ville par ville !

Maxime Laurent - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 01/08/2011 à 11:01 par midève

    60% en 4 ans et on parle de bulle immobilière à Paris avec hausse déraisonnable de 20% en entre 2008 et 2011.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...