International
LaVieImmo.com
Internationallundi 5 novembre 2012 à 14h50

Risque de bulle immobilière en Suisse


Davos enregistre la plus forte hausse de prix en 3ème trimestreDavos enregistre la plus forte hausse de prix en 3ème trimestre (©Wikimedia)

L’indice de la banque UBS, qui mesure le risque de formation d’une bulle immobilière en Suisse, entre en « zone de risque » au 3ème trimestre 2012. « Pour la première fois depuis la bulle immobilière des années 1990 », selon UBS…

(LaVieImmo.com) - L’immobilier Suisse est entré dans l’orange au troisième trimestre. L’indice Swiss Real Estate Bubble Index, spécialement affecté à l’observation de lévolution des prix des logements, atteint désormais 1,02 point. Celui-ci a été créé en juin 2011, pour tenter de prévenir la formation d’une bulle dans le pays, dans la mesure où « l’identification précoce de bulles immobilières est généralement difficile » selon UBS.

Classé en fonction du degré de risque : « Baisse », « Balance », « Boom », « Risque » et « Bulle », l’indice franchit donc de 0,20 point le niveau 1, la « zone de risque », pour la première fois depuis plus de vingt ans. L'état de bulle étant caractérisé une fois atteint le niveau 2.

En dépit de la correction observée le trimestre précédent, les prix se sont à nouveau envolés. Le niveau des prix demeure élevé et est « de plus en plus porté par la demande d'immeubles en tant qu'objets d'investissement et par le bas niveau des taux », estime la banque.

De nouvelles zones à risque

Alors que l’Arc lémanique fait traditionnellement l’objet d’une particulière vigilance, ce sont les villes de Davos et Zoug qui enregistrent les plus fortes hausses trimestrielles, avec respectivement +7,6 % et +5,1 %. Zurich et Lausanne affichent une progression de 3,8 %, tandis que « la situation s'est légèrement apaisée » à Genève, où la hausse n’est « que » de 1,8%. « Le nombre de région à risque et sous surveillance a augmenté au 3e trimestre 2012, souligne UBS. La partie inférieure de Bâle-Campagne et le Haut-Simmental-Saanen se retrouvent à nouveau dans les régions à risque. Les régions de Nidwald et de Schwytz intérieur comptent désormais parmi les régions sous surveillance ».

André Figeard - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 07/11/2012 à 13:57 par dévin

    on est bien à l'abri de tout ça dans nos multiples appartements, nous gentils propriétaires qui nous faisons le strict minimum de blé en revendant et en louant à bas prix. Ouf.

  • 0 Reco 07/11/2012 à 13:45 par Onaniste

    ouf, ça ne risque pas d'arriver en france

  • 0 Reco 06/11/2012 à 09:20 par Igloo

    Bigle : quand j'ai lu "Pour qu'il y ait bulle il aurait fallu spéculation basée sur le crédit facile, comme au début des années 1990" j'ai pensé que votre post était fait sur le mode du second degré. Rassurez-moi, c'est ben ça, non?

  • 1 Reco 05/11/2012 à 21:44 par antoine

    laisse le parler , bigle , Ai de pacotille, na pas encore compris que les Ais vivaient des ventes et non pas des prix élevés..:)))

  • 0 Reco 05/11/2012 à 20:06 par Immondice Immo

    Bigle, t'es bigleux ou t'y crois vraiment à ton histoire!
    Pas de crédit facile, certes, mais crédit plsu facile....pas de bulle car les logements sont correlés aux revenus moyens? ah bon, revois tes tables de multiplications.

  • 0 Reco 05/11/2012 à 19:05 par Bigle

    Parce que, techniquement, il n'y a pas de bulle en France.
    Ce qui ne signifie pas que les prix ne soient pas trop élevés par rapport aux revenus moyens.
    Pour qu'il y ait bulle il aurait fallu spéculation basée sur le crédit facile, comme au début des années 1990.
    Or nous ne sommes pas dans cette situation et il y a peu de risques de voir s'enclencher des défauts qui entraînent des ventes massives et une baisse imprtante.
    Bref, stagnation, baisse, tout cela restera modéré.

  • 1 Reco 05/11/2012 à 18:42 par les pauvres

    vite envoyons leur les professionnels de l'immobilier français qui pourront leur expliquer que c'est normal et que l'immobilier ne peu que monter.....
    SNIF, une pensée pour nos "pauvres expatriés pour raisons financières"

  • 0 Reco 05/11/2012 à 15:35 par antoine

    cest bizarre, parler de bulle en France cest un blasphème: la fameuse exception Française..

    :))