Lacanau
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 19 juillet 2012 à 09h53

"C'est mal parti pour que le marché se redresse d'ici fin 2012"


Agence Bru & Fils, Lacanau
Agence Bru & Fils, Lacanau
Agence Bru & Fils, Lacanau (©Agence Bru & Fils)

Michel Bru, directeur de l’Agence Bru et Fils, nous a parlé du marché de Lacanau, au sujet duquel il se montre relativement pessimiste. Il appelle les professionnels à respecter leurs clients, mais surtout les vendeurs à tenir davantage compte des estimations faites par les agences, afin de relancer au mieux le marché.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte le marché à Lacanau ?

Michel Bru : Il est très calme, surtout depuis les élections. On a eu une année record en 2011, avec une activité très forte toute l’année. Là, c’est très calme, je pense que c’est mal parti pour que le marché se redresse d’ici la fin de l’année, ça va probablement être difficile durant les deux prochaines années. A quoi cela est-il dû ? Au budget général des ménages, moins élevé qu’avant, qu’ils allouent moins facilement à l’achat d’une habitation secondaire.

Votre activité ne porte que sur les résidences secondaires ?

Michel Bru : Oui, quasiment ! Le calcul est rapide : nous sommes entre 3 000 et 4 000 l’hiver à Lacanau, et l’été, on passe à 80 000 habitants… Donc oui, en immense majorité, ce sont des résidences secondaires, et non principales, d’où le fait que notre marché est un peu particulier.

Pouvez-vous définir le profil type de l’acheteur à Lacanau ?

Michel Bru : L’acheteur type a entre 40 et 60 ans, il est déjà propriétaire et aisé, et souhaite s’établir un patrimoine. On assiste même à un vieillissement notable des acquéreurs, nombreux sont ceux qui ont environ 70 ans ! Ils souhaitent s'offrir une grande maison dans le coin, pour pouvoir accueillir leur famille pendant les vacances. Certains cherchent aussi à investir en louant les biens qu'ils ont acquis. Mais l’acquéreur type est surtout devenu désormais Français. Dans les années 1970, on voyait beaucoup d’Allemands, mais ces derniers ont déserté la France pour se diriger vers la Croatie. Là-bas, ils sont sûrs d’avoir du soleil pour bien moins cher…

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de transactions récentes ?

Michel Bru : J’ai vendu une maison à des retraités parisiens d’environ 70 ans il y a peu. Ils ont acheté une grande maison de 160 m², dans laquelle pas mal de travaux et de rénovations étaient nécessaires, avec un beau terrain de 800 m². Elle a coûté 360 000 €. Sinon, des biens comme un T2 en front de mer, autour de 40 m² par exemple, se vendent généralement autour de 150 000 €. Ce sont souvent des fonctionnaires qui acquièrent ce genre d’appartements, pour se créer un patrimoine, le louer, ou tout simplement venir y passer les weekends. Nous vendons aussi quelques très belles demeures, des villas avec piscine, qui vont coûter dans les 550 000 – 700 000 € selon la qualité de la maison. Ce qui représente cinq ou six transactions par an, mais ce type de biens est assez rare !

Que faudrait-il faire pour relancer le marché à Lacanau ?

Michel Bru : Je pense que le marché se relancera lorsque les prix se stabiliseront. Les clients sont là, on en a toujours, mais ils réfléchissent plus qu’avant, et ont tendance à vouloir voir de plus en plus de biens avant de se lancer et d’acheter. Il faut absolument éviter la loterie, et respecter davantage les acheteurs ! A Lacanau, lorsque on effectue une estimation, les vendeurs décident d’un prix généralement supérieur de 50 000 € à ce que l’on leur a proposé ! Du coup, c’est bien normal que le marché comporte des bugs ! Les maisons pourraient se vendre facilement, aucun doute là-dessus, mais puisque les prix sont anormalement chers, il y a davantage de négociation. Il faut que les professionnels respectent leurs clients, et que les vendeurs se tiennent à la fourchette de prix de l’estimation !

Propos recueillis par Laura Makary - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 19/07/2012 à 11:28 par bulle

    Les allemands ont bien raison de ne pas accepter de surpayer leurs biens immobiliers. L'immobilier est globalement 2 fois moins cher en allemagne... la bulle doit et va se dégonfler en France.

  • 0 Reco 19/07/2012 à 10:58 par exchanger

    qui achete? Des vieux boomers en fin de vie et des fonctionnaires! Les forces vives de la nation! quel pays de parasites!!!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...