Lille
LaVieImmo.com
InterviewInterviewvendredi 26 février 2010 à 18h15

"On manque de visibilité…"


Benoît Lambelin, président du GIE Orpi de Lille
Benoît Lambelin, président du GIE Orpi de Lille
Benoît Lambelin, président du GIE Orpi de Lille (©dr)

Benoît Lambelin, président du groupement d'intérêt économique (GIE) Orpi de Lille, répond aux questions de LaVieImmo.com sur l’état de santé du marché immobilier lillois.

(LaVieImmo.com) - Le marché lillois est-il sorti de la crise ?

Benoît Lambelin : Difficile à dire… La demande est là, les conditions de crédit sont intéressantes, l’ajustement des prix a rendu les biens plus abordables…. Sur le papier, les indicateurs sont favorables et tout semble réuni pour que le marché reparte. Pourtant la reprise n’est pas vraiment au rendez-vous. Le marché va mieux qu’il y a un an, c’est indéniable, mais le volume d’activité peut varier du simple au double d’un mois sur l’autre, sans qu’on puisse ni le prévoir ni expliquer pourquoi. On manque totalement de visibilité, et c’est psychologiquement assez difficile…

Si « la demande est là », les vendeurs sont-ils au rendez-vous ?

Benoît Lambelin : Les propriétaires qui suivent les prix de marché vendent rapidement. Les autres refusent souvent de voir la réalité en face, soit qu’ils ne prennent pas en compte le nouveau contexte de marché, ou parce qu’ils tiennent pour acquise une reprise qui tarde à se matérialiser… Cet attentisme a entraîné une nette diminution du stock de logements à vendre, de 30 % environ sur les dix-huit derniers mois.

Quelle est la situation en termes de prix ?

Benoît Lambelin : Lille intra-muros a plutôt bien résisté. Si on exclut les biens trop vieux ou dégradés, ceux qui ne correspondent pas aux attentes des acheteurs, la baisse des prix ne doit pas dépasser les 5 %. La métropole lilloise dans sa globalité, en revanche, est plus touchée. Je pense par exemple à Roubaix ou Tourcoing, où les prix, qui avaient beaucoup progressé avant la crise, ont perdu une quinzaine de pour cents depuis l’automne 2008. C’est également le cas dans les quartiers moins favorisés, tel Lille Sud ou Fives.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...