Lyon 5
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 20 juin 2013 à 09h22

"Les primo-accédants reviennent"


Jean-Christophe Chabret, directeur de Laforêt 5è à Lyon
Jean-Christophe Chabret, directeur de Laforêt 5è à Lyon
Jean-Christophe Chabret, directeur de Laforêt 5è à Lyon (©dr)

Trois questions à Jean-Christophe Chabret, directeur d’agence Laforêt dans le 5è arrondissement de Lyon.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte le marché actuellement dans le 5è arrondissement de Lyon ?

Jean-Christophe Chabret : En agence, l’offre proposée est stable par rapport à l’an dernier. Nous enregistrons également un peu plus de transactions. Notons que les primo-accédants reviennent sur le marché, alors qu'ils l'avaient déserté en 2012. Ils représentent aujourd’hui jusqu’à deux tiers des acquéreurs, portés par des taux favorables et des prix qui restent accessibles.

Quels sont les prix pratiqués dans le 5è ?

Jean-Christophe Chabret : Dans notre secteur, Point-du-Jour, les prix varient entre 2 500 et 3 000€/m². Le bas de l’arrondissement, le Vieux Lyon, est plus cher. Compter 3 500€/m², voire plus. Mais le Point-du-Jour reste particulièrement demandé.

Quel est le profil de la clientèle ?

Jean-Christophe Chabret : Si les primo-accédants sont plus nombreux, les investisseurs se raréfient. Ils restent en attente par rapport aux mesures fiscales. De manière générale, la clientèle familiale est très présente dans l’arrondissement, profitant des nombreuses écoles, des espaces verts et plus généralement de la qualité de vie du 5è.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 08/07/2013 à 22:41 par Super Spéculator

    Les investisseurs ont quitté le marcher alors forcement il ne reste plus que des primos (qui ont cédé aux recommandations de la belle-mère) et quelques NEUNEUS qui n'ont pas compris que le marcher s'était retourné.

  • 1 Reco 22/06/2013 à 16:02 par qu'ils repartent

    les primo-accédants sont les moutons qui se font tondre naïvement. Ils démarrent souvent dans la vie, n'ont pas de recul, pas de connaissance historique de ce marché et n'ont donc aucune idée de ce que peut être un "bon" prix, et se font avoir. Il transmettent leur richesse futur aux anciens qui ont leur vie derrière eux et continue d'empocher le pactole additionné à une retraite qui ne sera plus pour les jeunes. La génération 68 continue à se faire une place au soleil sur le dos du reste des générations. Leur ego porté au niveau du sacré, leur égoïsme est d'une puanteur qui fait vomir. Les caciques du pouvoir sont les bambins élevés au biberon idéologique de cette génération sans foi ni loi autre que leur bon plaisir. Leur révolution n'a été qu'un beau poteau rose le consumérisme effréné et la vie facile sans contrepartie, la destruction de la nature au profit du plastique et de la télé grand écran, de la culture qu'il pense pourtant posséder tout participe d'une vaste entreprise de dénaturation de déchéance de destruction. Le fameux métissage est un sous produit de l'idéologie du village planétaire qui est le terminus de la société et de la régulation sociale.
    En immobilier c'est la même chose cette génération pense, vote, ressent dans un unique but qui est leur intérêt personnel, ils soutiennent à bras tendu une injustice effrayante prêt à dilapider les impôts d'une classe moyenne qui dévisse pour protéger ce qu'il leur reste du mirage d'assisté concocté par leur parents, un sovietisme soft à la française où plus rien ne bouge et gare à vous si vous réagissez vous êtes un dangereux fasciste et au mieux un imbécile d’extrême droite. C'est un conflit de classe et de génération, la génération 68 utilise la communication comme une arme à détruire les idées concurrentes incapables qu'ils sont àun quelconque sacrifice au profit d'un futur qui de toute façon s'arrête avec eux. L'horizon du rien, l'instantanéité absolue, l'individu nu, un point mathématique dans le vide

  • 1 Reco 21/06/2013 à 23:23 par Misterhadley

    Attention, il ne faut pas parler de "primo-accédant", dans le milieu, on parle de "pigeons"


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...