Nîmes
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierjeudi 7 juin 2012 à 08h57

Inquiétude autour du marché immobilier nîmois


La place d'assas à Nîmes
La place d'assas à Nîmes
La place d'assas à Nîmes (©Wikimédia)

Les professionnels de l’immobilier à Nîmes ne cachent pas leur pessimisme face à la morosité du marché. Ils mettent en cause la rigidité des banques qui n’octroient plus beaucoup de crédits.

(LaVieImmo.com) - Les professionnels de l’immobilier nîmois sont unanimes : le marché est au point mort. La faute, selon eux, aux banques, qui ne prêtent plus. « La confiance n’existe presque plus entre banquiers et investisseurs solvables », explique Gilles Gazeies, gérant de l’agence Grand Nîmes, qui voit dans cette mésentente l’un des motifs principaux du quasi-blocage des ventes à l’œuvre depuis plusieurs mois. « Les banques deviennent affreuses », renchérit Marie-Hélène Lubrano, gérante de l’agence ERA JMH Immobilier. La crise a « violemment impacté le volume des ventes, divisées par deux par rapport à il y a trois ou quatre ans ».

Des petits investisseurs pour des petits prix

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Gilles Gazeies, explique que pour « ceux qui se lancent toujours dans l’achat, les prix et les taux restent attractifs avec quelquefois des occasions qui vont jusqu’à 5 % de taux d’intérêt ». Ces investisseurs se tournent plutôt vers des biens de moins de 200 000 euros. Impression confirmée par Marie-Hélène Lubrano qui constate que « depuis quelques temps, seuls les petits biens sont vendus, avec quelques rares biens de prestiges ». Elle nous explique ne plus avoir fait de vente de plus de 300 000 euros depuis le début de l’année. Alors qu'avant, « j’ai vendu il y a quelques mois, une grande maison pour 900 000 euros à un particulier qui n’a pas eu besoin de prendre un crédit ».

Edwige Dhiser, gérante de l’agence Era Gip immobilier dresse un constat similaire. La professionnelle ne vend « quasiment qu’à des petits investisseurs qui souhaitent placer des sommes entre 80 et 100 000 euros dans la pierre et revendre après avoir effectué des travaux ». Les quartiers plébiscités de la ville restent les mêmes : les Jardins de la Fontaine, la Cigale, ou l’avenue Jean Jaurès, bien desservis par les transports et loin des travaux du centre-ville.

Des prix attractifs à Nîmes

Les petits investisseurs, peu nombreux selon les professionnels, profitent cependant d’un contexte favorable au placement. En effet, les prix, variables en fonction des quartiers, restent généralement peu élevés, autour de 1 500 euros le mètre carré dans le centre. L’agence Grand Nîmes a récemment vendu un appartement de 50 m² avec terrasse et garage pour 150 000 euros, soit 3 000 euros du mètre. Mais le bien « est en parfait état et ne nécessite pas de travaux », précise Gilles Gazeies

Badr Lebnioury - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 13/06/2012 à 14:29 par Bankster30

    Je travaille dans la banque et les consignes que nous avons sont très claires : AUCUNE PRISE DE RISQUE DANS L'IMMOBILIER. Nous avons eu droit à une petite réunion d'explication ou l'un des cadres exécutifs nous expliquait que le service ''études et perspectives'' de la boite anticipait une baisse des prix ayant tendance à s’accélérer à partir de cet été et sans aucune perspective de rebond dans les 10 ans. Pour eux, il faut capter un max les clients aisés avec forts apports sur des projets raisonnables càd à des prix qui ne sont pas ''bulleux'' (c'est leur terme) et dissuader un max les autres.

  • 0 Reco 11/06/2012 à 08:37 par Charles@nimes

    Petit exemple de la dégringolade des prix :
    Maison Terres de Rouvières 140 m ² année 2006 DPE C, bien agencée et moderne avec terrain dominant de 3500 m², exposée plein sud avec piscine et clim. Prix d'annonce 420 000 €. Elle est finalement partie à 310 000 € soit - 21 %.

  • 0 Reco 10/06/2012 à 18:05 par KPUT

    Il vaut mieux accepter une baisse de 25 % maintenant que l'on part de niveaux de prix élevés plutôt que d'être contraint d'être à près de -50 % dans 2 ou 3 ans.

  • 0 Reco 10/06/2012 à 17:41 par Emily.M

    Les produits type colline Nord (planète, terres de Rouvières, Engance, Ancienne route d'Uzès..etc...) sont devenus invendables sauf à accepter une baisse importante.

  • 0 Reco 10/06/2012 à 01:32 par mon pseudo

    Et bah, bonne et rapide déscente!!!

    Cela nous fera beaucoup de bien à tous!

  • 0 Reco 09/06/2012 à 18:13 par Cyril

    Sur Nîmes, le marché est effectivement bloqué et certains prix notamment pour les maison de plus de 300 000 euros sont sur la pente descendante.

  • 0 Reco 09/06/2012 à 18:11 par J.P morgan

    La réalité ce sont des vendeurs trop gourmands qui se basent sur des prix de présentation qui ne correspondent pas du tout à la valeur intrinsèque des produits. J'en rencontre régulièrement, ils sont perdus. Pourtant, certains d'entre eux commencent à comprendre et accepte de baisser leurs prétentions de 25 ou 30 % mais malheureusement même avec de telles ''concessions'' ça ne se vend pas car les prix sont complètement surévalués. Même, nous AI avons du mal à leur faire accepter cette réalité. Et ce n'est qu'un début....

  • 0 Reco 08/06/2012 à 16:03 par luce2

    Affeu, Ho! Là Là! c'est affeu! Mon Dieu.

    C'est surtout affreusement cher...

    Lucien

  • 0 Reco 07/06/2012 à 23:46 par mon pseudo

    Et si les Banques se sont rendu compte que la surévaluation des prix devient insoutenable, même pour ceux qui ont des gros apports et qui présentent des bonnes garaties???

  • 0 Reco 07/06/2012 à 10:15 par birgorno

    +1

  • 0 Reco 07/06/2012 à 09:34 par olivier

    baissez de 30% et ca se vendra:!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...