Paris 1
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 6 octobre 2011 à 08h57

"Le 1er arrondissement a ses fidèles"


Nathalie Naccache, directrice de Fortis Immo
Nathalie Naccache, directrice de Fortis Immo
Nathalie Naccache, directrice de Fortis Immo (©dr)

Nathalie Naccache est directrice de quatre agences Century 21 Fortis Immo dans le centre de Paris, dont une rue Molière, dans le 1er arrondissement. Pour laVieImmo.com, elle décrit un marché tendu, où les biens, rares, se vendent rapidement.

(LaVieImmo.com) - Trouve-t-on encore des biens à acheter dans le premier arrondissement ?

Nathalie Naccache : Oui, heureusement ! Même si le premier, marché très petit, est également l’un des plus tendus de Paris, avec une offre de logements disponibles structurellement et très significativement inférieure à la demande. Pour chaque bien que nous prenons en mandat, nous recevons au minimum trois ou quatre offres, le plus souvent dans la journée…

Les délais de transaction sont donc très courts ?

Nathalie Naccache : Les appartements trouvent généralement preneur dans la semaine, souvent sans négociation. Bien sûr quand les biens sont surévalués, les délais s’allongent et les propriétaires finissent par être obligés de revoir leurs prétentions à la baisse, mais ce genre de situation est finalement plutôt rare.

Quel est le profil de l’acheteur ?

Nathalie Naccache : On ne s’installe pas dans le 1er arrondissement par hasard. Souvent, nos clients connaissent le quartier, parce qu’ils l’habitent déjà, ou y ont habité par le passé. Il nous arrive même de suivre certains au long de leur parcours immobilier : locataires dans le secteur, ils y réalisent une première acquisition, puis revendent pour acheter plus grand… Plus encore peut-être que les autres, le 1er est un arrondissement auquel on reste fidèle.

Et cela a un prix…

Nathalie Naccache : En moyenne, les biens se négocient entre 10 000 et 12 000 euros du mètre carré. Parfois un peu moins pour les grandes surfaces, mais elles sont relativement rares… Les prix sont tirés par le manque de biens disponibles. Cela dit, le 1er reste 20 à 30 % moins cher que certains coins de la rive gauche, qui offrent des prestations comparables.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...