Paris 15
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 14 avril 2011 à 09h00

"Le 15ème arrondissement de Paris a beaucoup rajeuni"


Patrick Bonvallet, co-directeur du Cabinet Bonvallet, dans le 15ème arrondissement
Patrick Bonvallet, co-directeur du Cabinet Bonvallet, dans le 15ème arrondissement
Patrick Bonvallet, co-directeur du Cabinet Bonvallet, dans le 15ème arrondissement (©dr)

Ouvert en 1974 avenue Félix Faure, le Cabinet Bonvallet est l’une des plus anciennes agences immobilières du 15ème arrondissement. Patrick Bonvallet, fils du fondateur et co-directeur de cette agence familiale, dresse pour LaVieImmo.com le portrait d’un marché dynamique et de plus en plus prisé par les jeunes.

(LaVieImmo.com) - Qu’est-ce qui a le plus changé, selon vous, depuis 37 ans, dans l'arrondissement ?

Patrick Bonvallet : Le niveau des prix ! Quand j’ai débuté dans le métier, les biens se négociaient autour de 5 000 francs le mètre carré, soit un peu moins de 800 euros. Aujourd’hui, il peut nous arriver de vendre des biens à 10 000 euros du mètre. Plus généralement, je dirais que le 15ème, s’il reste fidèle à sa réputation d’arrondissement résidentiel et familial, a beaucoup rajeuni. Les jeunes couples, avec ou sans enfants, représentent aujourd’hui une part importante de notre clientèle. Cette tendance a accompagné l’évolution du quartier, depuis la construction du parc Georges Brassens en lieu et place des anciens abattoirs de Vaugirard, au milieu des années 1970, jusqu’aux importants programmes de rénovation, entrepris notamment dans le secteur Beaugrenelle.

Vous parlez d’une clientèle jeune. Les primo-accédants peuvent-ils se loger dans le 15ème ?

Patrick Bonvallet : Certains, oui. Il s’agit généralement de jeunes cadres, doté d’un apport personnel important, et qui bénéficient la plupart du temps d’un soutien familial. Nous avons récemment vendu un appartement de 44 mètres carrés à proximité de la station de métro Félix Faure à un jeune couple, pour 385 000 euros.

Les acquéreurs parviennent-ils à négocier les prix de mise en vente ?

Patrick Bonvallet : Pas vraiment… Cela fait environ un an et demi que le nombre de biens à la vente est très faible. Les propriétaires qui veulent déménager attendent généralement d’avoir trouvé un nouveau logement avant de mettre le leur en vente, ce qui limite d’autant le stocks de biens disponibles. Comme la demande, elle, reste très forte, les biens peuvent partir très rapidement… parfois le jour même de leur mise en vente. Dans ce contexte, les marges de négociation sont très limitées, voire inexistantes.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...