Paris 16
LaVieImmo.com
InternationalInternationallundi 1 juillet 2013 à 17h12

Ce terrain du clan Assad qui irrite le 16è arrondissement


le terain situé à l'angle de la rie Jasmin et Henri-Heine (16è)
le terain situé à l'angle de la rie Jasmin et Henri-Heine (16è)
le terain situé à l'angle de la rie Jasmin et Henri-Heine (16è) (©Google Street View)

Un terrain vague lié à la famille de Bachar el-Assad, situé dans le 16è arrondissement de Paris, agace les riverains. Selon l’AFP, cette friche est laissée à l’abandon depuis 10 ans.

Le bout de terrain de l'angle des rues Jasmin et Henri-Heine, dans le 16è, n’a a priori rien d’exceptionnel. Or, selon l’AFP, cette friche appartenant à Riffat el-Assad, l’oncle du chef d’Etat syrien, entraîne son lot de désagréments aux riverains. Il a même fallu dératiser les lieux il y a quelques mois. Et selon l’agence de presse, l’endroit envahi par les mauvaises herbes n’est qu’un morceau du patrimoine que détient dans l’arrondissement l’ancien chef des Brigades de défense du régime, condamné à l'exil par son frère Hafez el-Assad. Ses autres biens ? « Avenue de Lamballe, au 100, avenue du Président-Kennedy (…) et, dit-on, avenue Foch », liste l’AFP. Sans oublier un permis de construire pour... une résidence hôtelière.

Expropriation pour abandon manifeste

L’élu UMP dissident David Alphand avait demandé en 2012 à Nicolas Sarkozy et à Alain Juppé, son ancien ministre des Affaires étrangères, « de geler les avoirs de la famille Assad dans l'arrondissement ». Tout comme l’avait fait auparavant l’Union européenne pour plus d'une centaine de personnes liées à la répression actuelle en Syrie.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Or, selon l’AFP, le maire du 16è, Claude Goasguen a expliqué que « Rifaat n'a rien à voir avec le conflit actuel. C'est pourquoi nous avons choisi une autre procédure, en demandant en mai 2012 au Conseil de Paris l'expropriation du propriétaire pour abandon manifeste, en vue de construire par exemple des logements sociaux avec des équipements collectifs ».

Ce qui, au vu de la situation internationale, n’est pas la priorité de l’Etat. L’épine risque de durer quelque temps encore dans le pied du 16è arrondissement...

André Figeard
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 12/07/2013 à 10:15 par Robindestoits

    A t'on, diligenté une enquête, pour chercher à savoir si du gaz Sarin y était enterré ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...