Paris 16
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 16 janvier 2014 à 09h10

"La moyenne des prix immobiliers va continuer à baisser"


Aymar d'Humières, gérant de l'agence Laforêt de la rue d'Auteuil
Aymar d'Humières, gérant de l'agence Laforêt de la rue d'Auteuil
Aymar d'Humières, gérant de l'agence Laforêt de la rue d'Auteuil (©dr)

Trois questions à Aymar d’Humières, gérant de l’agence Laforêt de la rue d’Auteuil, dans le 16e arrondissement.

(LaVieImmo.com) - Au printemps dernier, vous nous aviez confié que « seuls les produits sans défauts ou à petits défauts » se vendaient dans le 16e arrondissement. Le reste, ajoutiez-vous, n’était « même plus visité ». Qu’en est-il aujourd’hui ?

Aymar d’Humières : Rien n’a changé ! Cela fait maintenant un an et demi à deux ans que le 16e – et cela est vrai pour l’ensemble de l’ouest parisien – est un marché favorable aux acquéreurs. L’offre de logements y est globalement supérieure à la demande, et les acheteurs potentiels prennent leur temps, ne visitent que les biens qui leur semblent sortir du lot et n’hésitent pas à négocier. Cela nous oblige à bien expliquer aux vendeurs qu’ils ne doivent pas se tromper de stratégie : s’ils prennent le risque de surévaluer leur bien, il y a de grandes chances pour que la transaction traîne en longueur.

Quels sont les délais de vente ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Aymar d’Humières : Nous sommes à Paris, dans un arrondissement où la demande, certes en baisse, reste importante. Dès lors, n’importe quel bien devrait pouvoir se vendre dans un délai de trois mois – à la condition qu’il soit mis en vente au bon prix. Si un appartement tarde à se vendre, c’est que son propriétaire n’a pas été bien conseillé. Nous venons de reprendre le mandat d’un 5-pièces de 153 m², situé au rez-de-chaussée d’un immeuble de la rue des Perchamps. L’appartement, en vente depuis plus de deux ans dans une autre agence, avait été mis sur le marché au prix de 1,3 million d’euros. Nous l’avons récupéré à 1,1 million et venons d’abaisser le prix à un peu plus de 1 million… Cet exemple est intéressant parce qu’il montre bien que, contrairement à ce qui avait fini par prévaloir depuis le milieu 2000, le prix d’un logement ne dépend pas que de son seul emplacement. Au sein d’un même arrondissement, d’un même quartier, d’une même rue, d’un même immeuble, deux biens ne se négocient pas de la même manière selon leur étage, leur taille, leur niveau d’ensoleillement ou leur état général. Ce 5-pièces cumule deux handicaps : sa taille et le fait qu’il se situe au rez-de-chaussée. Pour un même niveau de prix, un acquéreur préfèrera un appartement un peu plus petit mais à un étage plus élevé.

Selon les statistiques du réseau Laforêt, les prix des logements dans le 16e arrondissement ont reculé de 6,4 % en 2013, contre une baisse moyenne de 2 % à l’échelle de la ville…

Aymar d’Humières : Cela tient au fait que le 16e arrondissement comporte beaucoup de grands appartements, les plus touchés par la baisse des prix. Il y a fort à parier que cette tendance baissière se confirmera dans les prochains mois, les appartements en stock promettant de se vendre avec une décote d’autant plus importante qu’ils sont en vente depuis longtemps. Cela dit, je tiens à préciser que tous les biens ne sont pas touchés de la même manière : les appartements bien situés, sans défaut ou qui présentent des caractéristiques rares (vue imprenable, terrasse, parking…) continuent de se vendre très rapidement, et à des prix toujours élevés.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...