Paris 17
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 22 novembre 2012 à 09h29

"Les délais de vente s'allongent considérablement"


L'agence ERA Paris Ouest
L'agence ERA Paris Ouest
L'agence ERA Paris Ouest (©dr)

Quelques questions à Yvon Chapelle, gérant de la société ERA Paris-Ouest. Selon le professionnel, le marché n’est pas sans rappeler la précédente crise immobilière de 2008-2009. Les ventes baissent, mais pas les prix.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte l’immobilier actuellement dans le 17ème ?

Yvon Chapelle : La conjoncture rappelle l’année 2009, tant le marché s’est réduit. Il y a une grande frilosité ambiante : côté vendeurs, les perspectives de hausse de la fiscalité refroidissent, tandis que côté acheteurs, on trouve que tout est trop cher. Et à notre niveau, en agence, nous constatons que les délais de vente s’allongent sensiblement. Il faut parfois 3 mois pour vendre un bien qui pouvait partir en un mois en 2010.

Cela s’en ressent-il sur les prix ?

Yvon Chapelle : Curieusement, nous ne notons pas de baisse de prix. Je dirais que l’on vend mieux et au juste prix. Les acquéreurs sont plus sélectifs, et font la différence entre le beau et le moins beau produit. Dans le 17ème nord, notre secteur, les prix sont toujours de l’ordre de 8 000 à 9 000 euros le mètre carré, avec des pointes à 10 000 euros le mètre.

Quels sont les quartiers qui ont la cote en ce moment ?

Yvon Chapelle : Les quartiers populaires. Mais le resteront-ils ? Les Epinettes - le triangle entre La Fourche, Porte de Clichy et Saint-Ouen -, est un secteur en plein développement, où les prix sont raisonnables. Et qui est appelé à bénéficier des effets du futur Tribunal de grande instance, aux Batignolles.

Quelques transactions récentes ?

Yvon Chapelle : Nous avons vendu un studio de 22,54 m² rue Lemercier, dans le quartier des Batignolles. Il s’agissait d’un bien en étages avec ascenseur, dans une belle propriété pierre de taille. Un appartement de 77,5 m² au 4ème étage s’est négocié 695 000 euros, situé à la limite de Batignolles. Enfin, les ventes de grands appartements n’ont pas cessé : nous avons vendu un appartement de 118 m² pour 1 030 000 euros dans le même quartier. A rénover, il était dans un très bel immeuble.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 26/11/2012 à 19:36 par non non pas de bulle...

    Il n'y a pas de bulle en France ! Mais bizarrement, nous en sommes en plein dans l'effet de cliquet, phase caratéristique de résistance à la baisse...

    ht-tp://fr.wikipedia.org/ wiki/Bulle_immobiliere

  • 0 Reco 23/11/2012 à 20:03 par Tony de kohlanta 2

    L'offre et la demande : toujours le meme argument... Si c'etait si simple ça se saurait, enfin vs ns faites bien rire qd même ! ;))

  • 1 Reco 23/11/2012 à 10:48 par antoine

    "'Les prix continuent à augmenter. La structure du marché parisien fait que la demande restera toujours plus forte que l'offre. Il n'y a pas de baisse de prix à espérer, juste un repis avant que la hausse s'accélère."

    la méthode Couet a ses limites! Continuez de vivre sur votre petit nuage! J'espere pour vous que vous etes un AI qui fait de la propagande. car si vous etes un vendeur voire pire un acheteur, vous en tenez une sacrée couche..:))

  • 3 Reco 23/11/2012 à 09:18 par Leif

    @ Pas de baisse.

    Bien sûr...!
    Mais si, vous ne jurez que par la loi de l'Offre et de la Demande, considérez aussi le facteur prix. La Demande n'est pas solvable (faute de pouvoir d'achat), et l'Offre est inaccessible (faute de prix). Conclusion, même avec une demande forte, les primo-accédants ne peuvent plus entrer sur le marché, et ceux qui voudraient vendre pour acheter plus grand (votre cas, à moins que vous ne soyez AI ?), continuent à s'accrocher à l'illusion de ces prix bullesques, jusqu'à ce que la réalité s'insinue dans leur esprit.
    Avez-vous consulté les statistiques nationale de capacité d'endettement ? C'est fini, on a atteint la limite, l'asymptote ! Et comme c'était cet endettement toujours croissant qui gonflait la bulle, quand on ne souffle plus de milliards de crédits comme dans le passé, la bulle se dégonfle.
    Ceux qui l'ont compris ont consenti les remises nécessaires et sont sortis du marché à temps. Les autres plus obstinés et cupides, paieront leur avidité et entêtement. A vouloir trop gagner, on se hasarde à tout perdre ...!
    De toutes façons, il faut bien des perdants, et il vaut mieux que ce ne soit pas les jeunes. Gardez donc votre bien encore quelques années ...

  • 0 Reco 22/11/2012 à 21:17 par Boulet

    Toujours! Comme en 1991 et en 2009 c'est bien cela? Je pense que votre structure risque bien de s’effondrer comme un château de carte, l'attentisme ne pourra durer 5ans en espérant un retour à une politique incitatrice à l'achat...

  • 0 Reco 22/11/2012 à 20:29 par Pas de baisse ...

    Les prix continuent à augmenter. La structure du marché parisien fait que la demande restera toujours plus forte que l'offre. Il n'y a pas de baisse de prix à espérer, juste un repis avant que la hausse s'accélère.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...