Paris 19
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermardi 17 avril 2012 à 11h15

Polémique autour de la vente à la découpe de 200 logements


Le 25-31, rue Pradier en vente à la découpe
Le 25-31, rue Pradier en vente à la découpe
Le 25-31, rue Pradier en vente à la découpe (©gecina.fr)

Les locataires d’un immeuble du 19ème arrondissement de Paris, appartenant au groupe Gecina, sont contraints d’acheter leur logement ou de quitter les lieux au terme de leur bail. Si la vente à la découpe est légale, la pilule passe mal pour les habitants…

(LaVieImmo.com) - La rumeur autour de cette vente à la découpe courait depuis septembre dans les couloirs de la résidence du 25-31, rue Pradier. Elle a été confirmée plus tard par une lettre du bailleur, adressée aux locataires, selon Libération. «Nous vous informons de notre décision de mettre en vente par lots l’immeuble dans lequel vous résidez», leur a écrit début janvier, Gecina. Une information qui somme implicitement les occupants de l’immeuble d’acheter leur logement ou de vider les lieux.

Gecina regrette les « dégradations »

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Alors que les prix de l’immobilier ont atteint des sommets mi-juillet, à 8390 euros le m², Gecina a décidé de vendre les 203 appartements de l’immeuble. « Les prix de l’immobilier ont triplé en quinze ans à Paris. Ils sont au plus haut. C’est le moment d’encaisser la plus-value. Cette société foncière réinvestit dans des bureaux, des cliniques ou des résidences médicalisées qui rapportent plus », souligne le quotidien. La société qui souhaite s’exposer davantage sur le plan du logement étudiant, défend cette vente : « Gecina ne met personne à la rue », a rappelé Bernard Michel, PDG de la foncière, cité par Businessimmo.com. Il regrette par ailleurs les « dégradations » dans l’immeuble.

Des habitants dans l'incapacité d’acheter

Si certains habitants âgés sont protégés par la loi, d’autres, dont la majorité se revendique de la « classe moyenne parisienne », ne disposent pas des moyens nécessaires pour se payer leurs logements qui coutent entre 300 000 et 600 000 euros. Pour contrer cette décision, les locataires ont prévu de manifester aujourd’hui devant le palais Brongniart, où doit se tenir l’assemblée générale des actionnaires de la société. Ils seront accompagnés, de l’association Jeudi noir, qui vient leur prêter main forte et accessoirement présenter une proposition « d’abolition des congés pour vente », indique le site d’information immobilière.

Badr Lebnioury - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 17/04/2012 à 21:10 par Friand

    Vous êtes tout à fait dans le vrai, mais vous n'imaginez pas encore à quel point...

  • 0 Reco 17/04/2012 à 15:38 par Fredb

    Ce sont malheureusement les règles de la location que l'on accepte tous quand on signe un bail...

    Au delà de ca, c'est un très bon signe si les "gros" commencent à encaisser leur PVs, ca va dégraisser sévèrement...

  • 1 Reco 17/04/2012 à 12:12 par sinclar75

    et à quand la reforme des HLM pour virer les locataires qui excèdent les plafonds de rémunération. Oups ! Sujet sensible plein de politiques et de journalistes y sont logés ...
    Donc bouches closes


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...