Paris 2
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 1 décembre 2011 à 08h51

"Les acquéreurs reprennent la main dans le 2ème"


Jean-Claude Maulavé, responsable d'ERA Afimmo75
Jean-Claude Maulavé, responsable d'ERA Afimmo75
Jean-Claude Maulavé, responsable d'ERA Afimmo75 (©dr)

Jean-Claude Maulavé, responsable de l’agence ERA Afimmo75 Paris 2ème, revient sur le marché immobilier de cet arrondissement, dans lequel « la tendance est globalement baissière ». L’arrivée prochaine de la réforme de la fiscalité des plus-values immobilières a permis l’arrivée sur le marché de nombreux biens devant être vendus rapidement, incitant les vendeurs, selon le professionnel, à « corriger leurs prix ».

(LaVieImmo.com) - Quelle est la conjoncture immobilière dans le 2ème arrondissement de Paris ?

Jean-Claude Maulavé : Globalement, la tendance est baissière. La réforme des plus-values immobilières a conduit de nombreux vendeurs à hâter la mise de leur bien sur le marché. La nouvelle fiscalité entrant en vigueur prochainement (au 1er février 2012, NDLR), et afin de trouver acquéreur facilement, certains n’ont pas hésité à corriger leurs prix. Le résultat : nous avons noté une décote pouvant aller de 3 à 10 % sur certains biens. En résumé, les acquéreurs reprennent la main.

Quels prix moyens observez-vous en ce moment ?

Jean-Claude Maulavé : L'arondissement obtient une moyenne d’environ 8 100 euros par mètre carré, mais il convient de distinguer les biens par surface. Par exemple, nous avons vendu récemment un appartement de 158 mètres carrés à l’Opéra, pour 9 600 euros le mètre carré. Un autre bien de 44 mètres carrés, est parti au prix de 11 300 euros le mètre carré. Les petites surfaces, au ration prix/m² le plus élevé, ont peu subi une décote. Et tournent le plus souvent autour des 11 000 euros le mètre.

Quel est le profil des acquéreurs ?

Jean-Claude Maulavé : Les investisseurs sont très présents, de même que les non-résidents. Les étrangers représentent environ 40 % des recherches de biens dans l’arrondissement. Mais il y a également nombre de primo-accédants fortunés, capables de débourser pour un bien 500 000 euros. Enfin, les conditions de crédit peuvent s’avérer très attractives pour certains acquéreurs. Une cliente a ainsi pu bénéficier récemment - grâce à un bon dossier -, à des taux de 3,75 %.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...