Paris 2
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 24 octobre 2013 à 09h05

"Les prix des logements avec défauts vont continuer de baisser"


Nathalie Naccache, directrice de Century 21 Fortis Immo
Nathalie Naccache, directrice de Century 21 Fortis Immo
Nathalie Naccache, directrice de Century 21 Fortis Immo (©dr)

Entretien avec Nathalie Naccache, directrice de Century 21 Fortis Immo. Si les biens de petite taille se négocient toujours très cher, les « appartements mal situés, mal agencés ou présentant des défauts majeurs » baissent et continueront de baisser. Ce constat, dressé pour qualifier le marché du 2e arrondissement parisien, peut-être élargi à l'ensemble de la capitale.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte le marché du 2e arrondissement ?

Nathalie Naccache : Je crois qu’on ne peut plus raisonner en termes d’arrondissements. Il y a, bien sûr, des quartiers différents, avec des typologies de biens et des niveaux de prix plus ou moins élevés. Montorgueil, par exemple, n’est pas le Sentier. Mais aujourd’hui, la localisation seule ne suffit plus. Ce qui compte, ce qui fait qu’un produit pourra se vendre facilement ou non, c’est avant tout ses qualités propres : sa taille, son état général, ou sa situation dans l’immeuble. Pour pouvoir répondre à votre question, il faut au préalable dire que le marché du 2e arrondissement n’existe pas en tant que tel – pas plus d’ailleurs que celui du 3è ou du 4e, dans lesquels nos agences sont implantées. Ce que je constate en revanche, c’est que les biens de petite taille, studios et petits T2, se vendent facilement et rapidement, où qu’ils se trouvent. Le marché des plus grandes surfaces, disons au-delà d’une centaine de mètres carrés, en revanche, est plus difficile : seuls trouvent preneurs les biens en bon état et correctement situés.

Et les surfaces intermédiaires ?

Nathalie Naccache : Elles sont plutôt rares dans l’arrondissement. Mais le constat est le même. A l’heure actuelle, il est très difficile pour ne pas dire impossible de vendre un appartement de 60 mètres carrés et plus s’il ne comprend que deux pièces. Les mêmes difficultés de vente se produiront dans le cadre d’ un appartement familial qui se situerait au premier étage d’une rue sombre du centre de Paris .…

Quel que soit son prix ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Nathalie Naccache : Là encore, difficile de répondre… Il y a trois mois environ, nous avons mis en vente un duplex d’environ 100 m² dans le quartier Montorgueil, pour un peu plus de 900 000 €. Un bien très beau, bien agencé, mais très sombre, car situé aux 1er et 2e étage d’une petite rue piétonnière. Malgré un nombre important de visites, aucun acheteur potentiel n’a déposé d’offre, même après plusieurs baisses de prix. A 8 000 €/m², les vendeurs ont fini par renoncer à la vente. Ils auraient vraisemblablement fini par le vendre autour de 7 000 €/m², mais cela aurait remis en question leur projet de déménagement. Un grand nombre de propriétaires sont aujourd’hui dans ce cas, qui repoussent leur projet plutôt que vendre leur résidence principale à un prix trop faible, qui ne leur permettra pas d’acheter un nouveau bien.

Pourquoi ne pas avoir mis directement le bien en vente moins cher ?

Nathalie Naccache : Nous avions mal évalué le côté rédhibitoire du manque de clarté. Il y a encore quelques mois, ce bien se serait vendu à 8 500 ou 9 000 €/m²…

Est-ce un signe d’un début de baisse des prix ?

Nathalie Naccache : On ne peut pas se permettre de raisonner de manière globale. Les petits appartements bien placés et avec de belles prestations ne baissent pas. Nous sommes par exemple en train de vendre un lot de petits appartements refaits à neuf, à proximité des Grands Boulevards, pour près de 10 000 €/m², soit 1 000 à 2 000 € de plus que la moyenne du quartier. Ce qui baisse, et continuera selon toute vraisemblance de baisser, ce sont les appartements mal situés, mal agencés ou présentant des défauts majeurs.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 03/11/2013 à 09:11 par tron

    et les souplex?

  • 0 Reco 29/10/2013 à 14:01 par Immondice Immo

    AHAHAHA : "Malgré un nombre important de visites, aucun acheteur potentiel n’a déposé d’offre, même après plusieurs baisses de prix. A 8 000 €/m², les vendeurs ont fini par renoncer à la vente."

    Erreur stratégique ! Déjà le fait de l'avoir clairement surévalué à retarder la vente potentielle, mais désormais en le retirant, les vendeurs sont contraint d'y rester et pire, il le vendront finalement moins cher dans quelques mois voire pire, quelques années....

  • 0 Reco 26/10/2013 à 09:40 par Ca baisse

    Mais faut pas que ça apparaisse dans les stats pour ne pas effrayer les pigeons

  • 0 Reco 25/10/2013 à 15:13 par michel

    non, non, non, il ne faut jamais dire ça, l'immobilier ça ne peut que monter.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...