Paris 3
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 28 juillet 2011 à 08h50

"Attention à ne pas surpayer dans le 3ème arrondissement"


Christine Pelosse, fondatrice de Homelike Home
Christine Pelosse, fondatrice de Homelike Home
Christine Pelosse, fondatrice de Homelike Home (©Lou Ignatova)

Christine Pelosse est la fondatrice de Homelike Home, société de chasseurs d’appartements à Paris et dans la région parisienne. Pour LaVieImmo.com, elle décrit un troisième arrondissement en pénurie de biens, et où les prix montent haut… parfois un peu trop.

(LaVieImmo.com) - Trouve-t-on encore des biens à acheter dans le troisième arrondissement ?

Christine Pelosse : Comme les autres arrondissements centraux, le troisième est un marché de pénurie, où la demande reste très largement supérieure à l’offre. Cela dit, si on sait s’armer de patience et qu’on en a l’habitude, on trouve toujours des biens disponibles !

Quel est le profil de l’acheteur ?

Christine Pelosse : Disons que le troisième fait honneur à sa réputation d’arrondissement « bourgeois bohème » ! Cela va de pair avec les ouvertures de boutiques et de restaurants… Le troisième arrondissement est beaucoup moins familial que le quatrième et le onzième, par exemple. Compte tenu de la typologie des biens disponibles dans le quartier (petites surfaces, pas d’ascenseurs…), les gens qui cherchent à y faire une acquisition sont souvent jeunes, où à la recherche d’un pied à terre dans le centre de Paris.

Beaucoup d’étrangers ?

Christine Pelosse : On en rencontre toujours, notamment des Américains et des Italiens, mais beaucoup moins qu’il y a deux ou trois ans. Paris a longtemps eu la réputation d’être une capitale européenne abordable, mais avec la forte hausse des prix que l’on connaît depuis plusieurs mois, ce n’est plus le cas. On note également l’émergence d’une nouvelle clientèle venant de pays tels que le Brésil, la Russie ou la Chine.

Vous parliez du niveau des prix. Combien faut-il compter pour un achat dans le troisième ?

Christine Pelosse : Il n’y a pas de réponse simple à cette question ! Comme partout ailleurs, tout dépend de la prestation… Les acquéreurs doivent faire attention à ne pas surpayer leur bien. Nous avons récemment vendu un beau trois pièces de 75 mètres carrés au quatrième étage d’un immeuble de la rue Michel le Comte, à deux pas du métro Rambuteau, pour 850 000 euros. Soit plus de 11 000 euros du mètre carré… Ce type de transaction existe, mais il reste finalement assez rare. On rencontre beaucoup de biens mis en vente au même prix, alors qu’ils valent difficilement 9 000 euros du mètre… Ce n’est pas parce qu’on est au centre de Paris qu’on peut acheter à n’importe quel prix. Attention, tout particulièrement aux appartements situés au-dessus de bars ou de restaurants qui ferment tard : les chances de plus-values en cas de revente peuvent être très faibles à cause de la pollution sonore.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...