Paris
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 2 mars 2012 à 13h17

Le patrimoine immobilier de Bongo et Sassou-Nguesso à la loupe


L'entrée de l'hôtel particulier du 51 rue de l'Université, valorisé 100M€
L'entrée de l'hôtel particulier du 51 rue de l'Université, valorisé 100M€
L'entrée de l'hôtel particulier du 51 rue de l'Université, valorisé 100M€ (©dr)

La justice pourrait s’intéresser au patrimoine des deux chefs d’Etat et de leur famille, qui ont multiplié les acquisitions immobilières au cours des dernières années, notamment dans les beaux quartiers parisiens. Plusieurs dizaines de millions d'euros sont en jeu.

(LaVieImmo.com) - L’enquête sur les « biens mal acquis » progresse. Quinze jours environ après la perquisition du « pied-à-terre » parisien de Téodorin Obiang, l’un des fils du président de la Guinée équatoriale (un hôtel particulier de 5 000 m² avenue Foch), Le Parisien révèle vendredi que les familles d’Ali Bongo et Denis Sassou-Nguesso, présidents, respectivement, du Gabon et de la République du Congo, pourraient « prochainement » être « inquiétées par la justice ». En cause, notamment, le pharamineux patrimoine immobilier accumulé par les deux dirigeants, et l’origine des fonds qui ont permis leur acquisition.

63 biens immobiliers en France

Une enquête de police réalisée fin 2007 avait établi que la famille d’Omar Bongo possédait notamment trente-neuf biens immobiliers en France, d’une valeur, à l’époque, de 21,8 millions d’euros. Le patrimoine immobilier des Sassou-Nguesso, lui, se composait de vingt-quatre biens, évalués à un peu moins de 8,3 millions d’euros à fin 2007. « Depuis ce patrimoine a évolué, écrit Le Parisien. Des biens ont été vendus, d’autres achetés ». Le quotidien évoque l’existence de biens somptueux en province mais se concentre sur Paris et sa proche banlieue. Il dresse la liste des appartements et hôtels particuliers « les plus spectaculaires » détenus par les deux chefs d’Etat, « principalement concentrés dans l’Ouest parisien et le fameux Triangle d’or des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements » - sans surprise les plus chers de la capitale. (Retrouvez les prix de l'immobilier dans les vingt arrondissements de Paris dans nos pages villes).

100 millions d’euros rue de l’Université

Pour la famille Bongo, on recense dix biens, dont le plus spectaculaire est certainement cet hôtel particulier du 51 rue de l’Université, dans le 7ème, évalué à 100 millions d’euros à lui tout seul. Non loin de là, aux 15 et 19 de l’avenue Rapp, deux appartements de 284 et 342 m² sont estimés à 2,6 et 3,1 millions d’euros respectivement. Un peu plus au nord, au 4 rue de Baume, dans le 8ème arrondissement, un autre hôtel particulier est listé au prix de 18,9 millions d’euros. La valeur cumulée des dix biens cités par le quotidien dépasse les 130 millions d’euros. Le palmarès un peu moins spectaculaire pour le clan Sassou-Nguesso, qui comprend tout de même six biens valorisés 9,45 millions d’euros en tout. Dans le lot, un hôtel particulier de 7 pièces et piscine intérieure boulevard du général Kœnig, à Neuilly sur Seine (3,15 millions d’euros), et un appartement de 9 pièces au 63 avenue Niel, dans le 17ème arrondissement (2,47 millions d’euros).

La plainte pourrait être étendue

Interrogé par Le Parisien, William Bourdon, président de l’association Sherpa et avocat de Transparency International (l’ONG à l’origine de la plainte qui a abouti à l’ouverture de l’enquête en cours), il ne fait pas de doute que ces biens ont été « acquis dans une absolue tranquillité juridique, avec de l’argent qui ne peut évidemment pas être le fruit du labeur de ces chefs d’Etat et de leur famille. [...] Cela correspond à l’évaporation des deniers publics ».

La plainte pourrait être élargie à d’autres dirigeants, dont Abdoulaye Wade, le président du Sénégal, et son fils Karim, « qui possèderait un appartement estimé à plusieurs millions d’euros à l’angle de la rue Emile-Meunier et de la rue des Belles-Feuilles », dans le 16ème arrondissement de Paris, poursuit l’article.

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 03/03/2012 à 09:14 par Le charismatique

    Mrs Daniel je conviens avec vous que c'est la liberté de la presse et qu'il est plus qu'important qu'elle éclaire, tant soit peu, les peuples. Seulement il y a ce qu'on appelle les affaires internes qui ne concernent, de ce point de vue, que les seuls peuples pour qui les deniers publics de leurs pays sont pillés comme le dit si bien le Parisien. Alors, il serait plus que judicieux que ce soit ces différents peuples qui introduisent les plaintes au niveau de la juridiction qu'ils jugeraient compétente à connaitre de cette affaire.
    Je ne suis pas tout à fait d'accord avec Mrs OGANDANGA, mais s'agissant de la souveraineté; il a largement raison.
    Je vous signale également que je suis congolais de Brazzaville et donc, par conséquent, concerné par cette affaire. Nous savons pertinemment que le président SASSOU et l'ensemble de sa famille sont entrain de dilapider à leur gré les biens publics, mais croyait moi justice sera rendue un jour.
    Tiens, constater seulement ce que sa fille Claudia,Ninelle et son époux incompétent maire de Brazzaville ont comme Bien, vous vous rendrez compte ce pays est devenu leur.

  • 1 Reco 02/03/2012 à 14:51 par Daniel

    PS : Mr Ogandaga : n'avez vous jamais entendu parler des affaires Pasque et Mitterrand ? c'est du flan ? La porte est bien balayée, merci.

  • 0 Reco 02/03/2012 à 14:44 par echinoderme

    Michel Ogandaga est le défenseur des pilleurs de l'Afrique à commencer par son soutien total à Ali Bongo.
    FG

  • 0 Reco 02/03/2012 à 14:37 par Daniel

    de personnes pour le moins douteuses vous m'excuserez.

  • 1 Reco 02/03/2012 à 14:33 par Daniel

    Ca s'appelle la liberté de la presse. Si y en a que ca dérange, eh bien ma foi c'est tant mieux. Moi je dis merci à la presse pour nous éclairer, parfois peut être embrouiller certes (mais qui a la science infuse ? ) sur les malversations DES UNS ET DES AUTRES DE QUELQUE PAYS QUE CE SOIT. pas d 'ordre à recevoir.

  • 1 Reco 02/03/2012 à 14:28 par MICHEL OGANDAGA

    - Vous parlez de quelle justice ? De celle qui gonfle maladroitement ses muscles quand il s'agit de biens présumés mal acquis par des Chefs d'Etat Africain et qui s'écrase de trouille quand il s'agit de mettre en cause les même biens mal acquis des Russes et des pays du Golfe .
    - William Bourdon ferait bien de balayer devant sa porte au lieu de s'occuper des problèmes supposés des africains , il n'est pas africain à ce que je crois , de quoi se mêle-t-il . Ce William Bourdon a lui-même été mis en cause dans des financements occultes de son association , de quelle leçon veut-il donner aux africains .
    - On parle maintenant du Président Sénégalais , c'est nouveau ça , demain ça va être qui alors , le togolais, le malien , etc etc , prenez tous les Présidents africains pendant que vous y êtes et surtout n'oubliez pas d'y inclure les Russes , les arabes du golfes voir les chinois maintenant ... C'est vraiment du n'importe quoi !
    - Ah j'oubliais , vous n'avez qu'a inclure dans cette enquête tous les hommes politiques français qui ont pillés l'Afrique depuis plus de 60 ans , financement occulte de campagne électorale et plein d'autres choses encore qui ne sont pour l'instant rendu public.
    Nous africains , en avons mare des donneurs de leçons qui ne sont eux-mêmes irréprochables .
    Laissez l’Afrique tranquille , occupez-vous des chômeurs et des sans-abris qui augmentent chaque année chez vous et dont vous semblez incapable de venir en aide.

    Message modéré 02/03/2012 à 14:59


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...