Paris
LaVieImmo.com
Prix immobiliermercredi 30 janvier 2013 à 15h43

(Légère) baisse des prix de l'immobilier à Paris


Le prix au m² devrait se maintenir en deçà des 8 300 €Le prix au m² devrait se maintenir en deçà des 8 300 € (©dr)

La dernière note de conjoncture des notaires franciliens montre qu’« après une phase assez longue de résistance », les prix des logements parisiens sont désormais orientés en légère baisse.

(LaVieImmo.com) - Paris flanche-t-il ? En moyenne, les appartements vendus entre le 1er septembre et 30 novembre 2012 dans la capitale se sont négociés à 8 300 €/m², contre 8 460 €/m² au cours des trois mois précédents. Soit une différence de 160 €, ou 1,8 %. Pour la première fois depuis le mois de janvier 2010, la variation est également négative en comparaison annuelle, à hauteur de 0,9 %.

La tendance devrait se poursuivre dans les prochains mois. Sur la base des avant-contrats de vente, les notaires estiment que les prix « passeront progressivement en dessous de la barre de 8 300 €/m² au printemps » 2013.

Cette baisse fait écho à un repli toujours net des volumes de transactions : 30 000 logements anciens ont changé de mains à Paris à la période considérée, en baisse de 11 % en comparaison annuelle et 22 % sur deux ans. Les notaires notent un léger tassement du rythme de baisse par rapport au printemps dernier, mais rappellent que « la comparaison se fait par rapport à une dernière partie d’année 2011 où l’activité marquait déjà sensiblement le pas ».

Evolution des volumes et prix des logements en Île-de-France à fin novembre 2012*

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Tous types de logements (ventes / prix)

  • Paris : 6 400 ventes (-13 %) / prix en baisse de 0,9 % en comparaison annuelle
  • Hauts-de-Seine : 4 700 ventes (-6 %) / prix en baisse de 0,4 %
  • Seine-Saint-Denis : 2 900 ventes (-16 %) / prix en baisse de 1,4%
  • Val-de-Marne : 3 500 ventes (-9 %) / prix en baisse de 0,6 %
  • Seine-et-Marne : 3 500 ventes (-11 %) / prix stables
  • Yvelines : 3 300 ventes (-11 %) / prix en baisse de 0,8 %
  • Essonne : 3 000 ventes (-7 %) / prix en baisse de 0,8 %
  • Val-d’Oise : 2 700 ventes (-16 %) / prix en baisse de 0,1 %
  • Appartements anciens

  • Paris : 6 300 ventes (-13 %) / 8 300 €/m² (-0,9% en comparaison annuelle)
  • Hauts-de-Seine : 4 100 ventes (-6 %) / 5 390 €/m² (stable)
  • Seine-Saint-Denis : 1 900 ventes (-16 %) / 3 290 €/m² (-0,4 %)
  • Val-de-Marne : 2 600 ventes (-9 %) / 4 300 €/m² (+0,1 %)
  • Seine-et-Marne : 1 200 ventes (-15 %) / 2 760 €/m² (+0,4 %)
  • Yvelines : 1 700 ventes (-13 %) / 3 920 €/m² (stable)
  • Essonne : 1 400 ventes (-9 %) / 2 780 €/m² (stable)
  • Val-d’Oise : 1 300 ventes (-15 %) / 2 840 €/m² (stable)
  • Maisons anciennes

  • Paris : ns / ns
  • Hauts-de-Seine : 600 ventes (-2 %) / 581 300 € (-2 % en comparaison annuelle)
  • Seine-Saint-Denis : 1 000 ventes (-17 %) / 276 000 € (-2,7 %)
  • Val-de-Marne : 9000 ventes (-6 %) / 357 200 € (-1,9 %)
  • Seine-et-Marne : 2 300 ventes (-9 %) / 242 700 € (-0,1 %)
  • Yvelines : 1 600 ventes (-8 %) / 373 900 € (-1,5 %)
  • Essonne : 1 500 ventes (-6 %) / 290 800 € (-1,3 %)
  • Val-d’Oise : 1 400 ventes (-16 %) / 280 000 € (-0,2 %)
  • *à fin novembre, soit sur la période septembre-novembre

    François Alexandre - ©2014 LaVieImmo
    Donnez votre avis
    (il vous reste 2000 caractères)

    • 0 Reco 08/02/2013 à 12:51 par jonas

      La chute des prix encouragera les promoteurs immobiliers à se procurer des maisons de vacances pour espérer une rentabilité. Le Maroc, destination phare des vacanciers et touristes, offre des opportunités sur les achats de maisons de vacances par rapport à ses concurrents tels que l’Espagne et ailleurs.

    • 0 Reco 31/01/2013 à 22:47 par tripple x

      C'est vrai, investissement locatif sera plus rentable rapidement de son vivant dans un immobilier baissier. Car avec les prix actuelle, pendant que l'un reste sur les prix haussier de 2011 et surtout le temps de sa rentabilisé. Un autre investisseur plus judicieux pourrait déjà faire un autre investissement ailleurs ! C'est cela aussi la rentabilité dans le temps, profité donc un peu de votre vie.

    • 0 Reco 31/01/2013 à 19:22 par yemskam

      Comment certain peuvent-il encore vouloir acheter en pleine période de crise immobilière (BULLE) ?
      Maintenant, je réponds par sympathie a certain qui se disent jamais perdre de l’argent en placent leur bien en location au lieu de faire une revente à perte de 5 à 10 % par avarice.
      Dans l’éventualité d’une baisse qui serait prévu par beaucoup d’économistes allant de -40 à -50%, sachant que depuis 10 ans nous avons observé une augmentation de 110%. En 2011 cumuler sur chaque année, qui permet sur le fond d’amortir les taux intérêt à la recherche de plus-values sur une revente.
      Le problème qui se pose pour les acheteurs de bien acquis au plus fort de 2006-2011, les prix actuelle ne monte plus, bloquer voir baissier pour beaucoup. Donc vous ne pouvez plus amortir les taux d’intérêt pour un bien de 200 000 + frais notaire 14 000 + un taux 3.9 sur 20 ans intérêt donc à 110 000 = 324 000 avec foncier 15 000 euros en moyenne.
      Avec un loyer de 800 euros sur 20 ans = 192 000 euros payer par le locataire – 324 000 = 132 000 à votre charge. Je ne parle même pas des frais d’entretien et de la perte en cas de revente.
      Mais je vous rassure votre bien comme beaucoup pourront en dispenser le marché car pendant ce temps les personnes âgés, décès, mutation, divorce, endettement ne pourront pas rester bien longtemps dans leur logement avec une inflation qui tue les petites pensions.

    • 1 Reco 31/01/2013 à 17:49 par marcus

      c'est trés malin de faire des stats sur 12 mois glissants, cela permet de msquer la baisse des derniers mois et de la noyer dans la relative stabilité des mois qui la précédait...

      je suis cependant étonné que les lobbys immo ne soit pas passé en moyenne 15 mois glissants ce qui ferait apparaitre une relaltive stabilité... voir 24 mois glissants pour justifier une hausse..... et pouruqoi pas 60 mois glissants pour dire que les prix montent toujours jusqu'au ciel.

    • 0 Reco 31/01/2013 à 13:46 par Pigeons

      Avec tous les biais statistiques que nous ont peaufiné les lobbys immo durant ces dix dernières années, s'ils arrivent à nous sortir un chiffres à la baisse, dites vous que sur le terrain c'est dix fois pires....

    • 0 Reco 31/01/2013 à 09:47 par M.C.

      Les chiffres de baisse que l'on donne sont faussés car seuls les biens de très haute qualité se vendent (et c'est pareil de partout en France), en fait la baisse est bien plus forte que ça et c'est tant mieux car elle permet de relancer l'activité. Quand les collectivités et institutionnels seront contraints de mettre leurs nombreux logements vacants (plus de 3 millions en France) cette baisse de prix va encore s’accélérer.

    • 1 Reco 30/01/2013 à 22:27 par hollandissime

      Pas la peine de s'affoler. Tous les ans, c'est la même chose,: les prix à Paris baisse à la vilaine saison et remonte dès les premiers beaux jours.
      C'est pour cette raison que j'ai toujours acheté en hiver.
      Bon , admettons vraiment que cela soit la baisse. De toute manière, je ne souhaite pas vendre.
      Je loue et franchement ce ne sont pas les postulants locataires qui manquent à Paris.

    • 0 Reco 30/01/2013 à 21:49 par budgetsanssepriver.com

      Acheteurs, à la baisse le temps joue un peu pour vous.

      Attendez (encore un peu) que ça baisse un peu plus,
      vous serez un peu moins endetté et pour un peu moins longtemps,
      continuez d'économiser pour un apport un peu plus important et un montant de crédit un peu inférieur !

      Coluche : J’ai pris un crédit personnalisé à long terme.

      Bon alors j’ai pris un crédit personnalisé à long terme.
      Personnalisé, c’est chacun le sien.
      A long terme, ca veut dire que c’est un prêt, si vous voulez, mais de loin…
      A long terme, ça veut dire que moins tu peux payer, plus tu payes.

      Propriétaires, les charges fixes sont toujours là et mêmes amplifiées par rapport aux charges locatives.

      Même si la valeur d’un bien immobilier augmente généralement sur le long terme, les financiers considèrent la propriété d’une résidence principale comme un passif car elle coûte...

      Le loyer ? c’est l’arbre qui cache la forêt…

      http://budgetsanssepriver .com/blog/charges-locatai res-independance-financie re/

    • 1 Reco 30/01/2013 à 21:42 par antoine tonton flingueur

      cher viel homme sage, regarde qui cest qui sponsorise la vie immo: "seloger.com"..

      faut pas trop facher le boss, tu comprends?? :))

    • 0 Reco 30/01/2013 à 21:41 par antoine tonton flingueur

      "C drole lorsque la baisse est legere, on ne manque pas de le prefixer dans le titre mais lorsque ca monte peu, c'est la grande debauche de superlatif ! Merci les journaleux biaisés"

      ah mais je reve ou il deviendrait sage, ce viel homme..... :)))

    • 0 Reco 30/01/2013 à 20:25 par vieil homme sage...

      C drole lorsque la baisse est legere, on ne manque pas de le prefixer dans le titre mais lorsque ca monte peu, c'est la grande debauche de superlatif ! Merci les journaleux biaisés

    • 0 Reco 30/01/2013 à 18:40 par c1234567

      l'immo n'est plus une valeur à suivre?! la noria est épuisée!!?? je croyais que les arbres montaient jusqu'au ciel, que les salaires en constante augmentation permettaient aux gens de s'endetter indéfiniment et de construire des châteaux en Espagne!!? Que tout allait bien pour le meilleur des mondes avec une croissance continue, un modèle social sans anicroche, une mondialisation heureuse qui permet aux pays riches et industrialisés de ne s'attacher qu'au design pour faire faire dans des pays moins bien lotis , une espèce de colonisation par la supériorité intellectuelle, ... bref, tout va bien dans le meilleur des mondes des pays occidentaux riches !!

      ok ok, j'arrête... on va siffler la fin de la partie : ça a été la débandade générale pour essayer de se protéger en misant tout sur l'immobilier, mais comme tout mouvement de foule pas du tout maîtrisé, au contraire, les pouvoirs publics, les médias, les investisseurs, les particuliers, tous, tous, tous ont alimenté la spéculation, on va assister à des drames individuels, le dernier rempart illusoire contre la dure réalité économique va s'effriter et s'effondrer.