Paris
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 25 novembre 2010 à 09h01

"Les prix de l'immobilier parisiens vont continuer de monter"


Frédéric Labour
Frédéric Labour
Frédéric Labour (©dr)

Maître Frédéric Labour est notaire à Corbeil-Essonnes et membre de l’équipe de conjoncture immobilière à la Chambre des Notaires de Paris-Île-de-France. Pour LaVieImmo.com, il commente les chiffres présentés ce matin, et la nouvelle hausse des prix des logements dans la capitale.

(LaVieImmo.com) - Les prix des appartements anciens à Paris ont progressé de 14 % au troisième trimestre 2010. Cette hausse vous étonne-t-elle ?

Frédéric Labour : Je ne vois là rien d’étonnant… Ces chiffres confirment ce que l’on sait, et que l’on répète depuis plusieurs mois, à savoir que l’immobilier francilien - et plus particulièrement à Paris intra-muros – est un marché tendu. La demande solvable y est très forte, pour tout un tas de raisons, tandis que l’offre de logements disponibles, elle, y est insuffisante. Ce qui est rare est cher...

Le prix au mètre carré a atteint un nouveau record, à plus de 7 000 euros…

Frédéric Labour : Vous savez, cela fait déjà plusieurs années que les « records » tombent… J’ai commencé à travailler à Paris en 1998. A l’époque j’officiais dans le 15ème arrondissement, et je me souviens d’une transaction à 19 000 francs du mètre carré (environ 2 900 euros, NDLR) qui avait étonné tout le monde, y compris au sein de mon étude. Qui aurait pu soupçonner que le même type de bien se négocierait trois fois plus cher, autour de 9 000 euros du mètre carré, une dizaine d’années plus tard à peine ?

Il n’est donc pas exclu que la tendance se poursuive ?

Frédéric Labour : Il est très difficile de faire des prévisions. Tout va dépendre de la capacité de financement des acheteurs, qui bénéficie à l’heure actuelle du niveau très bas des taux d’emprunt, mais n’est pas infinie. Dès que les acheteurs ne pourront suivre la progression des prix, le marché se régulera, s’équilibrera. Néanmoins, le marché parisien est dans une dynamique haussière, et un retournement est peu probable à l’heure actuelle.

On a pourtant connu des baisses de prix en 2008-09…

Frédéric Labour : Effectivement. Mais ces baisses sont restées minimes en comparaison du coup d’arrêt observé à la même période sur les transactions. Les baisses de 2008-09 sont les conséquences d’une crise financière, pas immobilière. On l’a bien vu, dès que les banques ont recommencé à prêter, les prix sont repartis, dans le sillage des transactions. Celles-ci ont d’ailleurs renoué avec leurs niveaux de la période 1999-2007. A moins d’une nouvelle catastrophe financière du style de celle qu’on a connu il y a deux ans, une baisse de prix de l’immobilier à Paris semble à l’heure actuelle peu probable.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 27/11/2010 à 14:24 par aquilegus

    je suis tout à fait d'accord avec steflale - ce n'est pas normal que les notaires - qu'on ne peut pas contourne, et pour lequel il n'y a aucun concurrence sont rémunérée encore plus fort pour quelque-chose qu'ils sont déjà trop rémunérée - dû au prix qui n'a absolument rien a faire avec leurs prestation.

    Alors, il est ou M. Sarkozy pour répondre à ce question bien impliqué dans la crise et le croissance?

  • 1 Reco 25/11/2010 à 23:16 par steflale

    C'est dommage que la rémunération des notaires soit lié aux prix de l'immobilier.
    Cela ôte à l'analyse une part de sa crédibilité.
    Il est regrettable également que personne ne s'interroge sur le niveau de rémunération des notaires parce que je crois qu'il y aurait beaucoup à dire.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...