Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliervendredi 3 février 2012 à 18h05

Chasse aux meublés de courte durée : "La Mairie se trompe de cible"


La bataille s'engage autour du meublé de courte durée à Paris
La bataille s'engage autour du meublé de courte durée à Paris
La bataille s'engage autour du meublé de courte durée à Paris (©dr)

La Fnaim Ile-de-France déplore l’interdiction des locations meublées de moins d’un an dans la capitale, décidée par la Mairie sans « concertation ». Le groupement de professionnels en appelle au secrétaire d’Etat au Logement, « pour sauver ce secteur stratégique du logement à Paris et ses 2 000 emplois directs et indirects ».

(LaVieImmo.com) - « Je demande l’arrêt immédiat des poursuites engagées par la Mairie de Paris à l’encontre des propriétaires bailleurs, dont je constate qu’elles visent en majorité des petits propriétaires-occupants, contrairement aux déclarations de la Mairie », explique dans un communiqué Gilles Ricour de Bourgies, président de la Fnaim-Ile-de-France. La Mairie aurait exercé des poursuites à l'encontre de 200 personnes environ, indiquait mi-janvier Le Figaro.

Ce sont « près de 20 000 logements qui ont ainsi été soustraits du marché locatif traditionnel », indique l'Hôtel de Ville. La réglementation vise principalement à endiguer la pratique de « la location meublée touristique, à la nuit ou à la semaine essentiellement, (…) particulièrement développée à Paris ». Elle s’applique uniquement aux résidences secondaires, et conditionne cette activité à l’obtention d’une autorisation par la Mairie.

Erreur de «cible et de priorité »

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Or, pour Gilles Ricour de Bourgies. « la Mairie se trompe de cible et de priorité ». Selon le patron de la Fnaim, « depuis 10 ans, les professionnels de la location meublée ont permis le retour au secteur locatif de 20 000 appartements qui seraient demeurés vacants et qui risquent de le redevenir », ajoute-t-il. « Il reste 116 000 logements vides à Paris, auxquels s’ajoutent 80 000 résidences secondaires ».

« Ce secteur stratégique du logement à Paris » représente, selon la Fnaim, un chiffre d’affaires annuel de 250 millions d’euros. Le groupement en appelle au secrétaire d'Etat au Logement afin de soutenir les 17 000 familles propriétaires dont 2/3 de propriétaires–occupants et 2 000 emplois directs (agences spécialisées) concernés par cette mesure.

André Figeard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/02/2012 à 12:17 par JCD39

    Il est temps que la Mairie de Paris fasse respecter la loi. Les locataires parisiens en ont assez.

  • 0 Reco 06/02/2012 à 09:07 par midève

    @Igloo
    Pendant quelques années quand j'étais étudiante et donc assez désargentée, j'ai habité en Essonne et n'en suis pas morte.
    Et s'il le fallait je le referai sans problème mais je choisirai plutôt Saint-Denis en raison du métro tellement plus pratique que le train et ses horaires.
    Si je suis contre "cette chasse aux meublés orchestrée par la Mairie de Paris" c'est simplement que je trouve cette mesure complètement contre productive: il faut offrir aux touristes de longues durée notamment le "tourisme "d'affaires ou les étudiants étrangers à fort pouvoir d'achat, un choix le plus varié possible en matière de d'hébergement que l'hôtellerie classique dont le taux de remplissage avec la cohabitation des meublés est déjà de plus de 80%.
    Nul doute que si la Mairie de Paris interdit la location meublée, les capacités d'accueil à Paris vont se réduire considérablement.
    Et si les touristes au sens larges ne trouvent plus d'hébergement, que croyez-vous qu'ils se produira?
    Ils iront ailleurs évidemment.
    Notamment à Londres où l'offre de locations meublées est beaucoup plus importante.
    Non seulement ce sera quantité de devises en moins mais aussi quantité de'argent en moins. Et avec la crise, bonjour les dégâts!
    Et tout cela pourquoi?

    Pour une bonne raison:

  • 0 Reco 05/02/2012 à 18:41 par MoiDieu

    C'est du tout bon ça, dehors les parasites!

  • 0 Reco 04/02/2012 à 14:23 par MisterHadley

    Ce sont les deux "producteurs à la mode" qui vont pas être contents, là...

    Yannick, si tu nous lis... ;)

  • 2 Reco 04/02/2012 à 14:11 par Analyste

    « Il reste 116 000 logements vides à Paris, auxquels s’ajoutent 80 000 résidences secondaires » : il faut donc pour ces 116 000 logements vacants décupler la Taxe sur les Logements Vacants (TLV)...

    « Ce secteur stratégique du logement à Paris » représente, selon la Fnaim, un chiffre d’affaires annuel de 250 millions d’euros. Le groupement en appelle au secrétaire d'Etat au Logement afin de soutenir les 17 000 familles propriétaires dont 2/3 de propriétaires–occupant s et 2 000 emplois directs (agences spécialisées) concernés par cette mesure" : et si ces 2000 escrocs et 17 000 fraudeurs fiscaux respectaient les règles et de rentraient pas en concurrence illégale avec les hôteliers et les restaurateurs, ça créerait combien d'emplois de gens honnêtes et travailleurs dans l'hôtellerie et la restauration ? Réponse : Probablement plus de 6000 créations d'emplois à Paris ....

  • 0 Reco 04/02/2012 à 13:06 par MisterHadley

    Chacun ne voit, et sURTOUT, ne veut QUE voir, son petit intérêt et confort strictement PERSONNEL...

    Et c'est malheureusement "humain"...

    Voila pourquoi l'immobilier ne s'effondrera pas, une fois encore...

    Et voila pourquoi, SURTOUT, il est plus que grand temps de reprendre les choses en main, parce qu'avec les "spécialistes" du périmée, sinon, on n'est pas près de sortir de l'auberge, là... ;)

  • 0 Reco 04/02/2012 à 13:04 par MisterHadley

    Est-ce les "cadres" qui sont dehors..?

  • 1 Reco 04/02/2012 à 12:48 par Pas tout à fait d'accord

    20 000 logements ! Dans une zone tendue, c'est inadmissible. Les cadres n'arrivent plus à se loger à proximité de leur lieu de travail ! Désolé mais on peut investir dans tous les domaines, l'immobilier c'est fait pour se loger. Les loyers sont assez chers comme ça, si en plus certains détournent des logements pour louer plus cher à des touristes, c'est de la spéculation sur une matière vitale ! Si vous voulez vous consacrer au tourisme, ouvrez un hôtel ! Je soutiens, pour une fois, l'action de la Mairie de Paris !

  • 0 Reco 04/02/2012 à 11:42 par marc19

    Des riches habiter chez les "pauvres" , cela n'existera jamais et le contraire aussi ............
    Il faut faire avec , alors c'est un voeu pieux ......la mixité .!

  • 0 Reco 04/02/2012 à 09:59 par Igloo

    Tiens Midève, on vous pensait dégoutée du site et partie pour toujours. C'est ce que vous annonciez à grand bruit dans vos derniers posts.
    Alors, vous la tentez quand la mixité à St Denis que vous conseillez aux autres?

  • 0 Reco 03/02/2012 à 19:10 par midève

    Les touristes et les résidents étrangers font la fortune de Paris, de la France et de l'Etat, donc la nôtre.
    Il faut être comme Delanoé et comme les socialistes en général (c'est-à-dire pétris d'idéologies) pour vouloir changé mettre fin àun système qui fonctionnait et rapportait à tout le monde.
    Regardez sur "se loger" la location d'appartements à Saint-Denis, ville universitaire et très bien desservie par le métro, vous trouverez des biens à des prix tout à fait raisonnables.
    La mixité sociale, ce n'est pas forcément des pauvres qui veulent loger dans les beaux quartiers, ce serait aussi aux "riches" d'habiter un peu chez les pauvres.
    Donc laissons Paris où elle se trouve et ne lui cherchons pas des poux dans la tête.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...