Paris
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 24 juin 2011 à 09h58

Hébergement d'urgence : La gauche accusée de "manipulation"


Polémique sur l'hébergement d'urgence à Paris
Polémique sur l'hébergement d'urgence à Paris
Polémique sur l'hébergement d'urgence à Paris (©Google Street View)

La droite réagit, après la présentation par des élus de gauche hier d’un « Manifeste pour une autre politique de l’hébergement en Île-de-France ». Le secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, dénonce « une tentative d’instrumentalisation de la question des sans abris ». Le groupe UMMPA, mené par l’ancien ministre Jean-François Lamour, parle lui de « mensonges »...

(LaVieImmo.com) - La question de l'hébergement d'urgence échauffe les esprits, après la présentation du Manifeste de la gauche. Dans un entretien à LaVieImmo.com, Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Île-de-France et cosignataire du manifeste, a dénoncé hier « l’attitude de L’Etat qui a le devoir et l’obligation légale de proposer à toute personne en errance une mise à l’abri immédiate avec un suivi social et sanitaire adapté à chaque situation. A la place de quoi L’Etat ferme massivement des places d’hébergement, alors qu’il manque près de 13 000 places en Île-de-France ! »

« Récupération politicienne »

Mais pour le gouvernement, il s’agit avant tout de « récupération politicienne des Partis socialiste et communiste sur un sujet aussi sensible et important qu’est l’hébergement et la prise en charge des personnes sans abris ». Ce qui est « non seulement inacceptable mais indigne de responsables élus », a appuyé Benoist Apparu. La gauche déplore la réduction des structures d’accueil et demande « un moratoire sur les fermetures de places d’hébergement et le rétablissement des crédits d’urgence dédiés aux 115 et au Samu Social ». Or, selon le ministre, « le nombre total de places d’hébergement en Île-de-France n’a jamais été aussi élevé avec 43 000 places, soit +65 % en 5 ans ».

Même teneur chez les élus de la droite d'Île-de-France. Le groupe UMPPA mené par M. Lamour condamne « les mensonges professés (…) par la gauche francilienne » dans un communiqué. Et le groupe de renvoyer la balle dans le camp du PS : « le département de Paris a imposé une nouvelle condition à l’allocation de l’aide sociale à l’enfance (ASE) : la durée de résidence sur le territoire parisien doit désormais être égale ou supérieure à trois mois ; une condition difficile à remplir pour une famille hébergée chez des amis ».

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...