Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierjeudi 9 septembre 2010 à 12h53

L'immobilier parisien de moins en moins abordable


Les prix atteignent des niveaux records dans 13 des 20 arrondissements
Les prix atteignent des niveaux records dans 13 des 20 arrondissements
Les prix atteignent des niveaux records dans 13 des 20 arrondissements (©dr)

Nouveau record de prix pour l’immobilier parisien. Selon les Notaires, le m² se négociait en moyenne à 6 680 euros au 2è trimestre (un plus haut historique), la pénurie de biens tirant les valeurs vers le haut. En hausse de près de 40 % sur un an, le nombre de ventes n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la crise.

(LaVieImmo.com) - Demande excédentaire, offre insuffisante… Les raisons de l’envolée des prix de l’immobilier parisien ne sont pas inconnues. La dernière note de conjoncture des Notaires de Paris – Île-de-France, dévoilée jeudi, fait état d’une hausse de 9,8 % du prix au mètre carré dans la capitale, à 6 680 euros. « La demande d’acquisition de logements se heurte à une pénurie de l’offre, structurelle en Île-de-France », commente la Chambre. Une pénurie qui s’est même « renforcé(e) récemment », le nombre de biens remis en vente restant « très insuffisant au regard du dynamisme de la demande », tandis que le nombre de logements neufs est, en valeur absolue, toujours « très faible ».

Une fourchette de prix très large

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Dans le détail, les prix varient dans une fourchette de 4 840 euros du mètre carré pour le quartier du Pont des Flandres, dans le 19ème arrondissement (+2,8 % sur un an), à 12 440 euros pour Saint-Germain-des-Près, dans le 6ème (+7,8 %). Le 6ème qui enregistre une hausse de l’ordre de 4 % seulement, mais conserve son titre d’arrondissement le plus cher de la capitale, avec un prix de 9 900 euros du m². Les prix ont atteint un niveau record dans treize des vingt arrondissements : le 1er (8 690 euros/m²), le 2ème (7 820 euros), le 3ème (8 230 euros), le 4ème (9 560 euros), le 7ème (9 730 euros), le 8ème 8 450 euros), le 10 ème 6 120 euros), le 11ème (6 410 euros), le 13 ème (6 270 euros), le 17ème (6 410 euros), le 18ème (5 900 euros), le 19ème (5 350 euros) et le 20ème (5 450 euros). Les hausses les plus vertigineuses s’observent à la fois dans les arrondissements centraux, qui sont également les plus chers (+19,3 % pour le 2ème, +17,6 % pour le 3ème, +14,9 % pour le 1er), et dans le 19ème (+15,2 %), qui reste le plus abordable avec un m² à 5 350 euros.

Le phénomène n’est pas uniquement parisien : les prix ont progressé de 7,8 % en moyenne dans la région, de 5,2 % dans la grande couronne (2 900 euros/m²) et de 7,7 % dans la petite couronne (3 860 euros/m²). Avec, là encore, d’importantes disparités d’une commune à l’autre, entre la baisse de 3,4 % sur un an observée à Livry Gargan (2 720 euros/m²) et la hausse de 12,1 % de Levallois-Perret (6 330 euros/m²).

Volumes en hausse de 38 % sur un an

Côté transactions, les Notaires ont recensé près de 45 000 ventes dans la région au deuxième trimestre 2010, soit 38 % de plus qu’à la même période de l’année dernière, quand le marché tournait encore au ralenti. Plus significative, la comparaison avec le deuxième trimestre 2008 fait apparaître une croissance de 5 % des ventes. « La plupart des segments de marché sont désormais animés, commente la Chambre. Les acquéreurs sont autant des investisseurs pour les biens neufs ou anciens que des secundo-propriétaires qui revendent leur bien pour en acquérir un nouveau, ou encore des primo-accédants » - l’ensemble des clientèles profitant du niveau historiquement bas des taux d’intérêt et des différents dispositifs financiers et fiscaux.

A noter cependant que les volumes restent inférieurs de 8 % au niveau moyen atteint pendant les deuxièmes trimestres de la période 1997-2007, qui combinait à la fois forte activité et progression de prix.

Les prix ne devraient plus progresser

Prudente dans ses prévisions, la Chambre ne s’avance sur aucune donnée chiffrée. Si les données déjà disponibles pour le mois de juillet laissent penser que « le second semestre s’ouvre sur un marché immobilier toujours actif en termes de volumes », les Notaires n’oublient pas que la « vive incertitude quant à l’avenir » qui pèse sur la situation économique financière et sociale en France menace également le secteur immobilier. « Par ailleurs, c’est d’abord le manque de biens mis en sur le marché qui contribue à accroître le déséquilibre entre l’offre et la demande non satisfaite, en poussant celle-ci à accepter un prix d’acquisition élevé », poursuivent-ils, prédisant pour les prochains mois une modération du rythme de la hausse des prix. « Même si les taux d’intérêts sont appelés à rester faibles au cours des prochains mois, la solvabilité des acquéreurs sera vite érodée au rythme actuel de hausse des prix. Les sommets actuels devraient donc en toute logique constituer un plafond pour les prix immobiliers ». Avant une nouvelle baisse ?

Les 5 quartiers les plus abordables (prix médians) :

Pont de Flandre (19ème) : 4 840 euros/m² (+2,8 % sur un an)
La Villette (19ème) : 4 960 euros/m² (+7,8 %)
La Goutte-d'Or (18ème) : 5 000 euros/m² (+12,1 %)
La Chapelle (18ème) : 5 080 euros/m² (+16 %)
Amérique (19ème) : 5 310 euros/m² (+12 %)

Les 5 quartiers les plus chers (prix médians) :

Saint-Germain-des-Près (6ème) : 12 440 euros/m² (+7,8 % sur un an)
Saint-Thomas-d'Aquin (7ème) : 11 800 euros/m² (+13,9 %)
Monnaie (6ème) : 11 540 euros/m² (+13,4 %)
Odéon (6ème) : 10 480 euros/m² (+15,3 %)
Les Invalides (7ème) : 10 200 euros/m² (n.s.)

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 29/10/2010 à 13:14 par DéDé

    @ bigormix
    C clair que 350K€ c pas un gros budget pour Paris. Par contre tu conviendras surement que c'est une grosse somme.

  • 0 Reco 03/10/2010 à 09:20 par bigornix

    Bonjour,

    Moi je suis employé, ma copine aussi, on a des salaires moyen de 1600€ chacun, et pourtant nous avons pu acheter un 2 pieces dans le 18eme. Bon c'est pas un loft mais pour nous deux, ça va très bien. 179 000 EUR pour 32m2, quartier calme, petit balcon, exposé ouest.

    On avait 27 000 EUR d'apport, on a utilisé tous les prets à taux zéro possible (Etat, ville de Paris) et on a réussi à convaincre notre banque qu'il fallait nous suivre.

    Cela fait un an que nous sommes proprio, et ben le plus dur est DEVANT nous. Je m'explique: c'est bien beau de vouloir acheter, mais on oublie souvent la multitude des charges qui s'accumulent derrière le seul remboursement d'emprunt immo. Pensez au charges de copropriété, aux appels de fonds pour des travaux dans l'immeuble, aux petites réparations imprévues (le ballon d'eau chaude qui lâche par exemple), les impôts, taxe foncière, taxe d'habitation, redevance télé, etc... C'est dur dur ! Parfois on regrette d'avoir acheté et on se dit que pour des petits budgets c'est mieux la location. Aujourd'hui, on met 3 fois moins d'argent de côté qu'auparavant, on doit faire attention, on va moins au resto, au ciné, en voyage etc...

    Mais en y réfléchissant bien, nous avons fait le bon choix. C'est peut etre dur, mais dans 20 ans, ce sera à nous et d'ici là, j'espère que les prix auront encore augmenté (désolé pour ceux qui veulent acheter). Notre ancien propriétaire nous a confié qu'il avait acheté l'appart il y a 17 ans pour 179 000 FRANCS et il nous l'a vendu avec le meme chiffre mais en EUROS ! Je reve de pouvoir faire la meme chose dans 20 ans :-)

    Bref, à tous ceux qui veulent acheter à Paris, soyez modestes dans vos prétentions, à moins que vous ayez gagné au loto ou un salaire de dirigeant du CAC40, sinon, il faudra vous contenter d'une petite surface. Ca me fait marrer les acheteur qui croient que 350 000 EUR est un gros budget à Paris !!

    A bon entendeur...

  • 0 Reco 10/09/2010 à 20:40 par DéDé

    pardon je me suis trompé en parlant du deuxième message intéressant, je voulais parler de celui d'aujourd'hui 10/09 à 07H16.

  • 0 Reco 10/09/2010 à 20:37 par DéDé

    Pour finir de mon côté j'ai juste voulu préciser mes messages car je pensais que tu interprétais mal mes propos, je ne me suis pas attaqué à toi ou à tes valeurs (d'ailleurs par rapport à mes valeurs des quelles parles-tu, tu semble bien me connaître apparemment?)

    En fait j'essayai juste de compléter mes propos et oui bien sur le sujet parlais de PARIS et oui j'ai dit que du coup moi je ne cherchais pas à PARIS mais en sous entendu en banlieue et oui j'ai dit que si je devais j'irai ailleurs en France et oui j'ai ajouté que si il le fallait il y a encore ailleurs en Europe....

    J'aurai bien voulu que tu parles de ton second message que je trouvais intéressant mais tu as préféré te focaliser sur ma personne sur le fait que je sois ingé etc. alors j'ai voulu te répondre là dessus. Je ne sais d'ailleurs pas ce qu'il y a comme problème d'être ingé ou pas de faire des heures sup ou pas. je me demande pourquoi tu te focalise la dessus.

    Pour ton dernier message je ne sais pas comment le prendre, car au contraire de ce que tu affirmes je n'ai jamais dit que je connaissait tout à la vie comme tu le dis, bien au contraire.
    d'ailleurs si tu décides de reparler d'immobilier je te lirai volontiers en me gardant bien de répondre ou te poser des questions par contre vu que ça te dérange et c'est dommage.

    bon week end qd même.

  • 0 Reco 10/09/2010 à 19:25 par MisterHadley

    Ah... et inutile de préciser une fois de plus ce que tu sais déjà, en tant que "ingé info" qui "fait des heures sup", n'est-ce pas..?

    Mais si, allez... je ne partage toujours pas tes valeurs... quel que soit les pseudos que "l'ingé info" prend et prendra encore... :)

    La vie, quoi...

    Bon week-end.

  • 2 Reco 10/09/2010 à 19:22 par MisterHadley

    Sachant donc que j'ai repris tes propres "données", c'est intéressant de voir que tu les contredis maintenant, après les avoir pourtant sorti toi-même... :)

    Sinon, il y a aussi le fait que tu ais dit que tu ne parlais pas de Paris, et que maintenant, tu ne parles donc pas non plus de la France...

    Puis-je te suggérer de relire l'article et son sujet, dans ce cas, parce que là...

    ... à part te focaliser sur ce que moi je peux dire, on voit pas trop l'intérêt de tes remarques, sinon.

    Sur ce, tout est dit.

  • 0 Reco 10/09/2010 à 15:46 par DéDé

    "Je lis ce que tu marques, et lorsque l'on précise comme tu le fais le coté "ingénieur" et "augmentation de 48%" de ton salaire, c'est que c'est donc pour toi important."
    => et bien non, c'était pour décrire ma situation, si j'avais été vendeur, ouvrier ou trader j'aurai écrit vendeur, ouvrier ou trader.

    "Pour quelqu'un qui interprète mon message comme "chargé émotionnellement", surtout après son propre message de 0h33, y a de quoi se marrer, non..?"
    => j'y parle seulement d'immobilier: ce n'est pas un message à charge contre toi et puis j'apprécie ton message de 07h16

    "En attendant, interprète ce que je dis comme il te plaira, mais ça ne change rien à la situation, tu sais, celle qui "te choque"..."
    => c'est une "lapalissade"

    "Et dire que les prix ont donc augmenté de +6% sur un an sur la France entière en moyenne... Tsss... ;)
    Ailleurs, quoi..."
    => une moyenne qui cache bien des disparités (y a pas que la france dans le monde : c'est une lapalissade aussi dsl mais ça aura le mérite, j'espère, d'être clair)

    "Ne parler que de "salaire", et de taux d'endettement, encore une fois, est une erreur définitive."
    => on parle ici du fait que l'immobilier soit abordable ou non et ces deux paramètres entrent en ligne de compte car il en constituent des limites. Il y a certe d'autres aspects a prendre en compte lors d'un achat immo mais rendent-il l'achat plus abordable?

    pour le reste des deux messages, je suis tout à fait d'accord avec toi. Entre autre sur le fait qu'il y a plein d'ingé info etc... ;-)

  • 0 Reco 10/09/2010 à 14:02 par MisterHadley

    Et dire que les prix ont donc augmenté de +6% sur un an sur la France entière en moyenne... Tsss... ;)

    Ailleurs, quoi...

    Enfin, bref..

  • 0 Reco 10/09/2010 à 14:00 par MisterHadley

    Pour quelqu'un qui interprète mon message comme "chargé émotionnellement", surtout après son propre message de 0h33, y a de quoi se marrer, non..?

    :)

    En attendant, interprète ce que je dis comme il te plaira, mais ça ne change rien à la situation, tu sais, celle qui "te choque"...

    Je lis ce que tu marques, et lorsque l'on précise comme tu le fais le coté "ingénieur" et "augmentation de 48%" de ton salaire, c'est que c'est donc pour toi important.

    Et c'est là que se trouve l'erreur...

    Le "salaire est une chose, tout comme ce que tu appelles le "taux d'endettement"...

    Et la façon dont il faut depuis quelque temps déjà envisager l'immobilier en est une tout autre...

    Ne parler que de "salaire", et de taux d'endettement, encore une fois, est une erreur définitive.

    Sinon, va donc voir ailleurs si l'herbe est plus verte, oui, pourquoi pas...

    Après tout, des "ingénieurs" informatiques, ça ne manque pas, et ça peut "travailler" de n'importe où, alors, ne te prives pas... ;)

  • 0 Reco 10/09/2010 à 12:47 par DéDé

    Après si je vois que ça me prends trop la tête j'irai voir ailleur si l'herbe est plus verte et je partirai. Au bout du compte le tout est de sentir bien où l'on vit... ;-)

  • 0 Reco 10/09/2010 à 12:34 par DéDé

    MisterHadley, tu as du mal me comprendre,
    1) perso je m'en fous d'être ingénieur c'était pour situer et pareil pour le salaire
    2)je ne me plains pas je m'étonne, je mesure ma chance par rapport à d'autres autour de mois et je les plains.
    3) je ne cherche pas dans PARIS intramuros
    4) je debute ma recherche
    5) je cherche un bien avec plein de travaux
    6) j'ai dit qu'il était idiot de parler de crack au vu du déséquilibre entre offre et demande en id

    C'est pas parce qu'on fait un constat qu'on pense que tout nous est dû ou qu'on est abattu. Perso j'ai toujours dû me bouger pour tout car ma famille n'a jamais été en mesure de m'aider et c'est comme ça que ça va se passer pour mon bien immo. En plus comme je l'ai dit je mesure ma chance par rapport à ma situation et puis je ne suis qu'au début de ma recherche.
    Par contre on peu faire le qd même le constat que l'évolution des salaires par rapport au prix de l'immobilier n'ont pas suivis la même courbe (idf) et comprendre que des gens éprouvent des difficulté. Je ne dis pas que le prix de l'immobilier et des salaire ont, ou doivent avoir qqch en commun mais on est tous limité par le taux d'endettement.

    Je n'ai rien contre toi et je trouve ton message de 06h53 bien chargé emotionnellement, par contre ton message juste après je le trouve bcp plus intéressant.

    Cordialement,
    DéDé

  • 2 Reco 10/09/2010 à 07:16 par MisterHadley

    Je rajoute une dernière chose vite fait sur ton tout dernier message, dédé...

    La deuxième vague de "bonnes affaires" aura bientôt lieu lors de la transition 2010-2011 cet hiver...

    Bien moins "bonnes affaires" que la période précédente qui aura eu lieu d'octobre 2009 à avril-mai de cette année, elle reste malgré tout intéressante pour les retardataires...

    Pourquoi..? Parce que les avantages fiscaux sont revus à la baisses, y compris pour les performances énergétiques, et en 2011, l'étiquetage "Grenelle de l'environnement" sera en vigueur"...

    Donc, "deuxième démarque" en perspective éventuellement possible pour les plus aguérris et surtout motivés, il va y avoir, même en intramuros parisien, encore de "bonnes affaires" à tenter, mais pas pour tout le monde, les conditions de ces "bonnes affaires" étant différentes par rapport à celles de la saison précédente...

    Donc, à 325000, y a franchement poyen de moyenner un tas d'gravas en pleine capitale, et d'en faire ensuite une vraie merveille pour qui sait ce qu'il fait et pour qui sait être motivé et ultra réactive...

    Faut être très 21ème siècle, quoi... ;)

    A partir d'octobre, traquez les gouffres énergétiques.

    Bonne journée.

  • 2 Reco 10/09/2010 à 06:53 par MisterHadley

    Dédé, "ingénieur" ne veut rien dire non plus...

    Quant à ton augmentation de salaire de 48 %, ça ne veut rien dire non plus...

    Et un budget de 325000€ pour Paris intramuros, ce n'est pas d'aujourd'hui que c'est petit bras.

    Là où tu ne fais que réagir de façon dramatiquement classique et obsolète, comme l'auront fait jusqu'ici tout ceux qui se sont plantés avec leur "krach" qui n'est jamais arrivé, c'est que tu "compares" les "prix de l'immobilier", avec "le niveau des salaires", ce qui est une erreur définitive.

    Les temps ont changés, et il n'est plus possible de revenir sur "avant".

    Et pendant que tu te plainds que ton "budget" ne te permette pas d'acheter ce que tu voudrais en intramuros parisien, et malgré que tu estimes donc "normal" que ta qualité "d'ingénieur" fraichement sorti de l'école doivent te permettre d'habiter où tu veux dans la capitale, surtout avec ton "budget" de 325000, d'autres qui ne sont pas "ingénieur" ne se plaignent pas et y parviennent...

    Je l'ai déjà dit, chacun ses choix de vies, chacun ses ambitions...

    Que celles et ceux qui estiment que tout leur est dû et c'est bien normal continuent donc d'attendre que tout leur soit dû en ce plaignant, pourquoi pas, que ça n'arrive pas assez vite...

    Les plus humainement ambitieux auront par contre l'intelligence de s'adapter après avoir compris que les cartes de l'immobilier, et de l'économie, auront été redistribuées et que pour jouer aussi chèrement maintenant, les règles auront donc changées...

    C'est ainsi.

    Mais je conçois que les mentalités orgueilleuses puissent ne pas s'y faire avant encore quelques années...

    Ceci dit, fort heureusement, tout le monde n'est pas pétri d'orgueil non plus... ;)

    Sur ce...

  • 0 Reco 10/09/2010 à 00:33 par DéDé

    enfin au delà du prix c'est surtout la qualité et le nombre des bien en vente par rapport à leur prix qui me choquent.

  • 0 Reco 10/09/2010 à 00:28 par DéDé

    @ ca marche:
    bravo a toi mais 170 000 ça veut rien dire tout dépend de la surface, du lieu etc... pour ma part j'ai un budget de 325 000 et je cherche encore sachant que je suis un peu bloqué en terme de zones de recherche a cause de mon lieu de travail. enfin c'est le début de ma recherche

  • 2 Reco 10/09/2010 à 00:02 par ca marche

    j'ai quitté ma famille a 18ans
    j'ai payé mes etudes moi meme
    j'ai monté ma societe seul
    je n'ai eu aucun capital de personne
    et je viens d'acheter un appartement a 170000eur à 33 ans.
    quand on veut, on peut.

  • 0 Reco 09/09/2010 à 22:30 par Ras_la_casquette_de_la_suffisanc

    Avec un salaire de cadre à 51 ans et très bien payé je ne peux simplement pas offrir un toit à mon épouse et mes deux enfants en Ile de France.
    Je me bouge les miches tous les matins en train et en RER: 3 heures dans des transports pourris pour s'agglutiner à la Défense.
    Une seule constatation: les problèmes de logement comme ceux des transport n'intéressent aucun décisionnaire. Attention aux effets boomerang !!

  • 2 Reco 09/09/2010 à 21:49 par bonobob

    cela fait 6 ans que je viens sur ce site, 6 ans que l'on m'annonce que les prix sont dans le rouge et que cela va craquer résultat.... rien nada. cela monte et même dans les quartiers pourris de Paris

  • 1 Reco 09/09/2010 à 21:13 par DéDé

    @ MisterHadley:
    c'est pas parce qu'on déplore une situation qu'on ne se bouge pas les miches.
    perso qd je regarde autour de moi je vois plein de gens qui se lève très le tot le matin, qui se bougent qui sont mal payés au vu des prix de l'immobilier.
    Je pense que les prix sont réalistes si on regarde en terme d'offre et de demande et ceux qui attendaient un crack auraient du regarder à deux fois avant de parler
    Cependant si on compare les prix de l'immo par rapport aux salaires je trouve que c'est du n'importe quoi (en IdF). et même si les secondo accédants ont encore de la chance (pour combien de temps) les primo accédants (dont je fait parti) sont dans la panade sauf si ils sont aidés par un héritage par exemple.
    Je suis ingénieur je fait pleins d'heure supp + astreintes, j'ai commencé à bosser fin 2005 j'ai fait 48 pourcents de hausse de salaire (hors variable) depuis et je galère à trouver qqchose de potable même pas dans Paris mais je n'ai pas à me plaindre car je me demande comment les autres catégories peuvent s'en sortir.
    Donc en fait je pense me casser de France car la province c'est mort a moins que jaille près du Luxembourg ou de la Suisse.

  • 1 Reco 09/09/2010 à 18:06 par Auteuil

    Toujours le même problème avec le prix des notaires qui a un peu de retard par rapport au marché réel : http://www.lavieimmo.com/ interview-immobilier/les- notaires-ne-nous-apprenen t-rien-sur-l-immobilier-p arisien-8473.html

    Toujours est-il qu'on repart mais je me demande vraiment jusqu'où on peut aller... Si on rejoind nos voisins de Londres niveau prix notre capital devrait perdre quelques habitants !

  • 0 Reco 09/09/2010 à 17:06 par Lou F

    C'est vrai. Mais curieusement mes grands parents ne se sentaient pas particulièrement étranglés par des prix de logements aussi inatteignables qu'un road trip sur la lune, aujourd'hui.

    La galaxie du logement parisien, on aimerait pourtant bien y faire un tour.

  • 2 Reco 09/09/2010 à 15:42 par MisterHadley

    Il faut, il faut, il faut..!

    Tsss...

    Il faut arrêter de prendre ses désirs pour des réalités, surtout, et de façon urgente, il faut enfin admettre la réalité..!

    La situation immobilière sera toujours celle-ci, et ne "s'améliorera pas".

    Alors, "il faut" particulièrement changer de comportement et cesser d'attendre que tout soit dû, et se bouger les miches vite fait pour "pouvoir", et non simplement "vouloir" avec des "il faut", etc, etc...

    Nan, parce que les "il faut" des attentistes pathologiques ne logeront jamais personne, à commencer par eux-mêmes...

    Donc, deux solutions :

    Attendre le résultat des chimères de "il faut"...

    Passer à l'action de sa propre vie et de ses propres ambitions sans attendre que ça tombe tout cuit dans l'assiette sans se fatiguer...

    Simple, non..?

    ;)

    Et dire qu'il y en a qui prétendent toujours que nous sommes toujours en plein "krach" depuis déjà deux ans...

    Tssss...

    Réveillez-vous, hein...

    Enfin, moi j'dis ça comme ça, quoi... ;)

  • 0 Reco 09/09/2010 à 15:03 par Kramike18

    La crise immobilière a débuté en réalité dans les années 90. Suite à cette explosion des prix, ceux-ci ont continuellement augmenté et dans des proportions qui ne permettent plus aux gens de suivre. Si les salaires avaient augmenté dans les mêmes proportions, on n'en serait pas là. De plus l'Euro a accru la spoliation. Bref, il faut plafonner tout ça sans quoi nous aurons toujours plus de misère, une misère proportionnelle à l'accroissement sans précédent des richesses de quelques nantis.

  • 0 Reco 09/09/2010 à 14:58 par HibouduPin

    @copleboss
    C'est bien la première fois qu'on me dit que les bailleurs sont des philanthropes !
    Ces gens n'en ont strictement rien à faire des locataires : ils veulent du fric, du fric et encore du fric !
    Ce sont les parfaits représentants de cette société égoïste et malade de l'argent !

  • 2 Reco 09/09/2010 à 14:55 par copleboss

    "Il serait grand temps que les bailleurs atterrissent et commencent à ravaler leur orgueil et leurs prétentions délirantes !"
    Les bailleurs ne font qu'ajuster les loyers en fonction de la rentabilité locative, celle-ci tourne autour de 5% aujourd'hui ce qui correspond à un rendement faible avec un risque élevé (carence locative, travaux), c'est un placement financier comme un autre et heureusement qu'il y a encore des bailleurs eu égard au léger manque de logements...

  • 1 Reco 09/09/2010 à 14:46 par HibouduPin

    Mais enfin, cela fait belle lurette que le moindre placard à balai est strictement inabordable pour la majorité des Français !
    Quand plus de la moitié des gens doivent se contenter du smic et le plus souvent en cdd et à temps partiel, comment peut-on persister à imposer des loyers aussi scandaleux, équivalents à trois smic ??? Veut-on un 4 pièces à Paris ou en banlieue ? Il en coûtera trois ou quatre mois de salaire pour un seul mois de loyer !!!
    Il serait grand temps que les bailleurs atterrissent et commencent à ravaler leur orgueil et leurs prétentions délirantes !
    Le logement est la première des sécurités, il ne devrait donner lieu à aucune spéculation, il devrait correspondre à la réalité des salaires, tout simplement !
    Les salaires sont majoritairement très bas actuellement, il convient donc d'y adapter séance tenante les prix des logements !!!

  • 1 Reco 09/09/2010 à 14:19 par enghi

    bjr , ca devient debile , acheter 20m2 pour 150000 euros , je rappel que cela fais 1 million de francs . Je me dmande qui peux acheter , et quel metier ils exercent pour avoir des revenus qui leur permettent d'emprunter de pareil somme , surtout pour la valeur des 2 et 3 pieces?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...