Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierjeudi 27 juin 2013 à 17h21

Les prix de l'immobilier restent stables à Paris


Des ventes en berne, mais des prix qui résistent en Ile-de-France
Des ventes en berne, mais des prix qui résistent en Ile-de-France
Des ventes en berne, mais des prix qui résistent en Ile-de-France (©dr)

Peu affectés par la baisse des transactions, les prix de l’immobilier parisiens font de la résistance depuis le début de l’année, selon le dernier pointage des notaires franciliens. Ils devraient se maintenir aux alentours de la barre des 8 250€/m² cet été.

(LaVieImmo.com) - Rien de nouveau, depuis janvier du moins, sur le front des prix de l’ancien à Paris. Loin de la tendance baissière observée dans la deuxième moitié de 2012, la dernière note de conjoncture des notaires de Paris Ile-de-France fait état d’une stabilité entre janvier et avril 2013, notant tout juste -0,2 % sur cette période, à 8 280€/m² à fin avril*. D’après leurs indicateurs avancés, les avant-contrats de vente, les notaires franciliens ne prévoient guère de mouvement prochain : « les prix se maintiendraient cet été aux alentours de 8 250€/m² ». Sur un an, toutefois, les prix marquent un repli de 1,4 %.

Soit peu ou prou le même mouvement qu’en Ile-de-France, où les tarifs de la pierre enregistrent une légère contraction de 0,2 % « tous logements confondus ». Dans le détail, les appartements se déprécient de 0,3 % entre janvier et avril, les maisons étant stables à 301 600€ en moyenne.

Gare au trompe-l’œil

Prix Immobilier

Les prix au m2 de votre ville

« Les prix sont toujours assez peu affectés par le faible nombre de ventes », analysent les officiers ministériels. Pourtant, celles-ci sont en hausse de 18 % à Paris sur un an entre février et avril 2013, tout comme dans les Hauts-de-Seine. L’Ile-de-France voit quant à elle son volume de ventes augmenter de 13 % sur cette période, à 29 400 unités.

Faut-il pourtant en conclure que le marché est reparti ? « Rien n’est mois sûr », disent les notaires. « En effet, l’amélioration de l’activité observée par rapport à l’année dernière doit beaucoup à la période de comparaison retenue en 2012 », février-avril. Période qui laissait voir une forte contraction des ventes, due à l’époque au durcissement de la fiscalité des plus-values immobilières.

Ventes de -10 à -20 %

Comparé à début 2011, les niveaux enregistrés restent en réalité faibles : « entre 10 et 20 % en dessous du niveau moyen de transactions constaté depuis 15 ans », conclut la note.

*Le nombre de ventes et les indices de prix sont calculés sur 3 mois : « avril* » correspond à la période février-mars-avril, « janvier* » à la période allant de novembre à janvier.

Estimez votre bien en quelques secondes : cliquez ici.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 01/07/2013 à 18:42 par MisterHadley

    Comme j'te sens grave mou du genou, je vais t'aider un chouia, parce que sinon, on y est encore à Noël, là, nan..?

    :D

    Tu achètes par emprunt un immeuble de rapport de 20 logements, par exemple...

    Un seul immeuble, n'est-ce pas..?

    Donc, un seul emprunt également... ;)

    Sur ces 20 logements, seuls 4 ou 5 sont en location effective, les autres sont actuellement VIDES...

    L'immeuble, unique, peut donc voir se déduire les intérêts d'emprunt ayant servi à l'acquérir... et le reste tout aussi classiquement... puisque l'immeuble en lui-même est bien "en location"... 4 ou 5 de ses logements sont bien loués actuellement, les autres, VIDES, sont bien destinés à la location, mais ne sont pas occupés pour une raison X comme une remise aux normes, des améliorations, etc, etc... qui peuvent donc se voir réalisées avec tout le temps nécessaire pour l'être... et en déduisant également dans la foulée ce qui est fiscalement déductible dans ce genre de cas...

    C'est aussi bête que ça, et c'est ce que font donc les banques, les assureurs, les institutionnels, les gestionnaires de fortunes, etc, etc...

    Et donc, cela crée ce que l'on appelle bien un "déficit" fiscal, même si les logements sont VIDES...

    CQFD.

    Sur ces bonnes paroles...

    ;)

    Message édité 01/07/2013 à 18:59

  • 2 Reco 01/07/2013 à 18:06 par MisterHadley

    Ou l'art de la déformation, par "hé-hé" le bien nommé...

    :D

    Alors, il suffit de relire, et encore une fois, comprendre, ce que j'aurai écrit, et non de le déformer, pour ne faire que constater, une fois de plus, le coté "à coté d'la plaque" du bien nommé en question...

    Sinon, non, ça n'a rien de nouveau du tout, il y a juste que tu ne raisonnes qu'en tant que particulier...

    Une SCI, par exemple, ou autre, déduit bien gentiment tout un tas de belles choses, y compris lorsque les logements sont VIDES...

    Apparemment, tu n'étais donc pas au courant...

    Maintenant, bah tu l'es, sacré veinard..!

    ;)

    Message édité 01/07/2013 à 18:08

  • 0 Reco 01/07/2013 à 15:09 par hé-hé

    le prix est en rapport direct de la solvabilité des acheteurs. En zone tendue. Cette dernière est en berne et restera en berne pour longtemps. Un vendeur qui veut vendre maintenant doit baisser le prix.

    Ce n'est pas les pretentions qui sont affichées dans les chiffres mais le prix CONSTATE. Et Century 21 couvre suffisamment de bien de toutes les surfaces à Paris. Dire que C21 ne vendent que des parking est une niaiserie. Les autres n'ont pas encore parlé mais les stats globales on peut voir dans les courbes de friggit.

    En attendant le taux monte. cf. empruntis.

    Sur ce .. bonne chance !
    PS : un bien VIDE rapport de l'argent ! C'est nouveau. Les intérêts d'emprunt sont defiscalisé seulement quand il y a un locataire dedans.

  • 2 Reco 01/07/2013 à 13:28 par MisterHadley

    Je rajoute également que si tel ou tel réseau ne vend que des parkings à 30000 euros, évidemment, ça ne correspondra jamais à la réalité de la tendance...

    Si un parking intra muros fait 10 m², les "chiffres" de ce réseau affirmeront alors que sur telle période, ils en auront fourgués X unités, et que le prix moyen constaté est donc en moyenne de 30000 euros / 10 = 3000 euros...

    Devrons nous alors en déduire que les prix "parisiens" sont en moyenne de 3000 euros le m²..?

    ;)

    En bref, encore et toujours ces éternels faux débats, affirmations, "certitudes", et autres niaiseries de chiffres qui ne veulent pas dire grand chose...

    Heureusement que l'immobilier n'est pas aussi réducteur... il y aurait sinon pléthore de pieds nickelés qui s'y fourvoiraient...

    ;)

    Message édité 01/07/2013 à 13:29

  • 1 Reco 01/07/2013 à 13:22 par MisterHadley

    Un réseau d'AI ne peut parler que des transactions qu'il réalise lui-même, alors que les notaires enregistrent TOUTES les transactions passées... ;)

  • 0 Reco 01/07/2013 à 13:19 par troll'Immo

    Marrant, la note de conjoncture de C21 dit le contraire : -3,2% sur Paris sur un an!

    16000€ de PERDU sur un bien à 500 000€ ! OUCH! ca fait mal!

  • 0 Reco 27/06/2013 à 20:26 par franckblack

    Déficit foncier... après on vient vous dire que le locataire est le Roi du pétrole.
    SVP Mr Le contrôleur des impôts est ce que je peux déduire de mes frais réel le joint de culasse de ma voiture qui ma salement lâchée sur le trajet du travail et me déduire du même coup le manque à gagné du à mon absence sur mon salaire que ma répercuté mon patron?

  • 0 Reco 27/06/2013 à 19:31 par citoyen ordinaire

    Visiblement MH n'a pas eu droit récemment au contrôle fiscal.
    Attention ! L'imputation des déficits n'est acquise que si vous continuez à louer le logement durant trois ans après la première déclaration déficitaire.

  • 0 Reco 27/06/2013 à 19:13 par Super Spéculator

    déficit fiscal sur justificatif. ( travaux...)

  • 2 Reco 27/06/2013 à 18:14 par MisterHadley

    Ah bon..? J'aurais donc "un bien de 500000 euros à vendre", maintenant..?

    Bah tu m'auras au moins appris quelque chose, alors...!

    LOL

    Sinon, ce que tu dis est faux, et n'importe quel professionnel de l'immobilier, entre autres, banques, investisseurs, institutionnels, gestionnaires de fortune, etc, etc, le sait:

    Un bien "vide", comme tu dis, génère justement de l'argent, malgré ce que tu crois...

    En déficit fiscal, qui aura donc pour vocation d'amoidrir tes impôts...

    Comme quoi, hein...

    :D

    Message édité 27/06/2013 à 18:28

  • 0 Reco 27/06/2013 à 18:10 par hé-hé

    si le prix reste stable ça veut dire qu'il se fait bouffer par inflation. 1.

    2. Le bien non vendu VIDE est à la charge de son propriétaire, aucun rendement que les dépenses.
    3. Le chômage grimpe, l'activité se contracte, le pouvoir d'achat baisse, en même temps le taux REMONTE !!! Aucun espoir pour un vendeur gourmand... )

    PS : MH ? T'en es où avec ton bien à 500 000 euros à vendre ? Il n'est pas encore répertorié sur petitscailloux dans la catégorie des biens MORTS ?

  • 2 Reco 27/06/2013 à 18:02 par MisterHadley

    Le bon peuple aura bien retenu la leçon qu'il aura apprise en 2008: sécuriser son patrimoine, sans ne rien avoir à demander à personne, ni intermédiaires...

    Tu n'es pas tout transi de pur bonheur, l'antoine..?

    Une bonne nouvelle, hein..?

    ;)

  • 0 Reco 27/06/2013 à 17:42 par antoine

    quand les ventes continuer de chuter, on maintient les prix et on ferme boutique!

    Le vendeur parigot préfère être cocu (80% d'entre eux) que de baisser le prix!

    que voulez vous.. LOL


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...