Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 6 avril 2011 à 12h46

Prix de l'immobilier : Fin de la hausse généralisée en IDF


Tendance brouillée sur l'immobilier francilien
Tendance brouillée sur l'immobilier francilien
Tendance brouillée sur l'immobilier francilien (©dr)

Le site MeilleursAgents.com observe une interruption du « mouvement de hausse généralisée des prix franciliens de 2010 », dans son dernier baromètre des prix en Île-de-France. Une baisse de la demande et une décélération dans les prix, même si la tendance ne touche pas l’ensemble de la petite couronne, et échappe à la capitale (+2 % en février).

(LaVieImmo.com) - Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com, note qu’en Ile-de-France, « presque partout la demande est un peu moins forte qu’il y a six mois ». Le phénomène s’est répercuté sur les prix en Seine Saint-Denis (-1,2 %), mais pas le Val-de-Marne (+1,6 %), ni les Hauts-de-Seine (+0,5 %), où les prix continuent de monter. Paris reste quant à elle marquée par un « surplus d’acheteurs par rapport aux vendeurs », et affiche une hausse de 2 % en février, selon l’expert. La capitale obtient un prix médian de 7 908 euros par mètre carré au 1er mars 2011, contre 7 753 euros le mètre le 1er février.

Les 1ers effets du PTZ+ et du DPE

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

L’effet PTZ+ s’est fait sentir au début de l’année, particulièrement dans les départements franciliens « où les prix au mètre carré sont inférieurs à 3 000 euros, notamment le 77, le 91, le 93 ou le 95 ». Une fois de plus, Paris et la première couronne restent à l’écart de ce dispositif. En ce qui concerne le disgnostic de performance énergétique (DPE), les premiers effets sont eux aussi visibles, commente l’expert : « dans l’ancien, on note une forte concentration de la demande sur les biens dont le DPE est entre A et D », soit les meilleures performances.

« Hasardeux d'anticiper de fortes hausses »

Face à l’incertitude qui règne sur le marché parisien, MeilleursAgents.com indique aux vendeurs qu’ « il est encore possible de tirer parti des hausses passées, mais il devient hasardeux d’anticiper de fortes hausses à venir ». Les acqéreurs, eux, peuvent toujours « réaliser de bonnes affaires en banlieue à condition de ne pas perdre de temps ».

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 28/04/2011 à 17:50 par geros

    L'inflation arrive suite à la crise. En France les taux sont fixes donc moindre risque. Tout le monde veut éviter la dévalorisation de son PEL ou Livret A malgré la fameuse indexation annuelle. Par conséquent les ménages continueront d'investir dans l’immobilier afin de combattre l'inflation.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 13:48 par UFFA92

    Si c'est le moment de vendre, ce n'est pas le moment d'acheter !

  • 1 Reco 06/04/2011 à 17:29 par Friand

    «Les acquéreurs, eux, peuvent toujours « réaliser de bonnes affaires en banlieue à condition de ne pas perdre de temps »
    Je pense plutôt qu'il ne faut pas se presser, on est quand même au sommet de la bulle => pas bon.
    *** BADABOUM ***
    C'était quoi ce bruit ?
    L'immo qui se casse la gueule...

  • 0 Reco 06/04/2011 à 16:19 par Dadi

    le marché d'ile de france n'est pas du tout homogène tout dépend où vous cherchez...

  • 5 Reco 06/04/2011 à 15:05 par K-louffe

    Ok tout le monde le dit. moi qui cherches à acquérir je le vois pas :(

  • 1 Reco 06/04/2011 à 13:40 par midève

    Tous en banlieue! Là, les Al ont de quoi pourvoir à la demande puisqu'ils ont en stock davantage de biens.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...