Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliervendredi 10 décembre 2010 à 14h13

Prix de l’immobilier : Une évolution très disparate en province


Nice et sa Baie des Anges
Nice et sa Baie des Anges
Nice et sa Baie des Anges (©dr)

La Chambre des Notaires vient de faire part d’une nouvelle hausse de prix record dans la capitale, à 7 500 euros par mètre carré à la fin de l’année à Paris. Mais l’analyse de l’évolution des prix montre une progression très contrastée en France, avec même des régions qui stagnent, comme le grand-est.

(LaVieImmo.com) - +5,3 %, c’est la hausse globale du prix des maisons anciennes en province, selon l’indice Notaires-Insee. L’indice, qui a mesuré les prix sur 7 grandes villes de province, en tenant compte des avant-contrats, révèle pour certaines une hausse entre 10 et 15 % sur un an. A Lyon, il faut compter 3 000 euros par mètre carré, à Marseille, 2 500 ou à Rennes, 2 250 euros par mètre carré. Mais, à Brest, l’évolution ne se situe qu’autour de 5 %, soit 1 450 euros par mètre carré.

Nice décélère

A l’inverse, comme l’explique Pierre Bazaille, Président de l’Institut notarial de l’immobilier à LaVieImmo.com, « dans la région Grand-est, des villes comme Nancy ou Strasbourg n’ont pas suivi ces rythmes de hausse, et ont plutôt stagné ». Mais c'est une ville du sud pourrait bien impulser un nouveau mouvement : « Nice, qui obtient des prix parmi les plus chers de France a plutôt moins performé à la hausse cette année. On y note de surcroît une grande décorrélation entre les prix et les revenus. L’inversion de tendance n’est pas certaine, mais le phénomène est intéressant à observer », précise le professionnel.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

L’augmentation des prix devrait se poursuivre au premier trimestre 2011, selon les Notaires. Si Paris devrait atteindre les 8 000 euros par mètre carré à cette date, les écarts entre la capitale et la province pourraient se creuser : « Le rattrapage de la baisse des prix constatée en 2008-2009 est responsable pour moitié de la hausse des prix en province. A Paris, ce n’est que de la hausse pure », estime le professionnel. Et le niveau de construction n’y est pas étranger. « Les villes construisent encore intra-muros, contrairement à Paris, où le nombre de permis de construire est dérisoire, de l’ordre de quelques centaines », conclut M. Bazaille.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 15/12/2010 à 11:16 par poilagratter

    car ce n'est pas la maison à 300 000 qui est trop chère, c'est le Phénix à 200 000 ! comme quoi la mécanique de l'offre et de la demande aboutit souvent à des aberrations!!

  • 0 Reco 15/12/2010 à 11:13 par poilagratter

    .....90 m² à 200 000 euros qui se vend comme des petits pains et une maison traditionnelle de 200 m² à 300 000 euros mais sans acquéreur , allez faire comprendre au vendeur de la maison à 300 000 euros qu'il est trop gourmand....on en est là aujourd'hui....

  • 0 Reco 15/12/2010 à 11:08 par poilagratter

    le problème c'est qu'avec cette configuration actuelle du marché le delta de prix entre un pavillon Phénix de 90 m

  • 1 Reco 15/12/2010 à 00:54 par analyste financier

    Et puis surtout que le gouvernement arrête toutes ses aides, parce que ça pollue le marché.

    Après si vous ne vendez plus rien, et bien changez de secteur d'activité ! Quand on vend pas, c'est que c'est trop cher et puis c'est tout.

  • 0 Reco 15/12/2010 à 00:52 par analyste financier

    Ca ne vous rappelle pas un peu de début des années 90, quand ça flambait à Pais et dans quelques villes et puis brusquement ... plouf, plus rien, 10 ans de baisse ?

    Sinon, pour ramener les clients, il faut déjà solvabiliser ceux que vous avez déjà, donc faire baisser les prix. Si rien ne part au-dessus de 250, c'est qu'il faut tout mettre en dessous de 250 !

  • 0 Reco 14/12/2010 à 17:59 par poilagratter

    je suis en grande banlieue parisienne et c'est pas la joie non plus......le gros de la demande se concentre en dessous de 220 000 euros et on n'a rien à vendre ; par contre audessus de 250 000 euros on a un stock incroyable et pas d'acheteurs...on attend que les prix à paris et en proche banlieue devenus intouchables mettent en branle le jeu de dominos qui ramènera vers nous les clients ....allez, que tout cela ne nous coupe pas l'appétit pour les fêtes!!! un petit côteau de layon (tu connais....lol) pour accompagner le foie gras poelé....

  • 0 Reco 14/12/2010 à 17:20 par Agent I

    Vrai, poil à gratter. Je suis à Blois et c'est le calvaire.

  • 1 Reco 13/12/2010 à 17:09 par poilagratter

    à voir le peu de commentaires ici on voit que ce qui se passe en dehors du périph n'intéresse que peu de monde.....c'est bien là le problème....et comme les vendeurs de province s'imaginet que chez eux aussi c'est l'euphorie du marché immobilier ils continuent à s'accrocher à des prétentions de prix de vente totalement farfelus qui bloquent le marché depuis quelques mois.....mais ça évidemment, es medais et le lobby immobilier se grade bien d'en parler......une petite enquète aupres d'AI de province et même de grande banlieue parisienne en éclairera plus d'un...

  • 0 Reco 11/12/2010 à 06:53 par UFFA92

    La pénurie de biens étant une des causes de l'augmentation des prix en ile de france, il est grand temps que le gouvernement réoriente ses aides à l'achat par exemple ne plus favoriser fiscalement les investisseurs pour les achats dans l'ancien et réserver les aides pour l'achat dans le neuf. Ce n'est pas avec le nouveau PTZ + que le gouvernement arrirera à calmer la hausse des prix, ce nouveau PTZ + n'aura come cons"quence qu'une nouvelle hausse de prix.

  • 0 Reco 10/12/2010 à 19:35 par Sleeman

    Il ne faut surtout pas acheter a Nice alors...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...