Paris
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliervendredi 25 novembre 2011 à 12h40

Sursaut des prix de l'immobilier à Paris en octobre


Dernière hausse de prix avant la baisse à Paris ?
Dernière hausse de prix avant la baisse à Paris ?
Dernière hausse de prix avant la baisse à Paris ? (©dr)

L’immobilier parisien a renoué avec des prix en hausse au mois d’octobre, selon le baromètre publié par Meilleursagents. Une augmentation de 1,5 %, « conséquence inattendue et temporaire de la réforme fiscale », estime le réseau.

(LaVieImmo.com) - Les indices immobiliers se suivent et ne se ressemblent pas toujours… Ou devrait-on dire toujours pas ? Comme c’est le cas depuis de nombreux mois déjà, les conclusions du baromètre du groupe MeilleursAgents diffèrent assez sensiblement de celles des Notaires : quand la dernière note de conjoncture de la chambre, dévoilée jeudi, fait état d’une stabilisation des prix parisiens depuis le mois de juillet, MeilleursAgents, lui, évoque une hausse de 1,5 % sur un mois en octobre, après trois baisses consécutives de juillet à septembre.

On le sait, les différences entre les deux indicateurs tiennent avant tout au fait qu’ils ne couvrent pas la même période. MeilleursAgents communique sur les promesses de vente passées au mois d’octobre, quand les Notaires regardent les actes signés sur la période juillet - septembre, correspondant, donc, à des promesses passées trois mois plus tôt. Un écart qui fait dire au groupe que son baromètre anticipe les variations de l’indice des Notaires d’au moins trois mois.

Des vendeurs « pressés de vendre »

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Sébastien de Lafond, président du groupe, voit dans le rebond du mois d’octobre une conséquence de l’annonce du durcissement de la fiscalité appliquée aux plus-values immobilières. « Pressés de vendre avant l’échéance du 1er février 2012, et donc de signer une promesse avant la fin octobre, de nombreux propriétaires ont décidé de mettre leurs studios et deux pièces sur le marché » plus rapidement que prévu, explique le dirigeant. Ces biens de petite taille, qui ont représenté plus de 60 % des transactions du mois d’octobre, ont vu leur prix grimper de 2,2 % en moyenne sur un mois, quand les appartements plus grands, de trois pièces et plus, n’ont progressé que de 0,5 %. Ces biens de petite taille vendus à la hâte se sont principalement retrouvés sur le marché du centre de Paris, et « ont fait monter les prix de 3,5 à 4 % dans les 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème, 6ème, 7ème et 8ème arrondissements », poursuit Sébastien de Lafond. Les arrondissements traditionnellement moins plébiscités, comme les 18ème,19ème et 20ème ont, eux, soit stagné soit baissé légèrement.

Un contexte toujours à la baisse

Selon toute logique, cette hausse des prix ne devrait être que temporaire. Selon MeilleursAgents, la tendance structurelle du marché parisien reste baissière : une fois passé l’effet de la réforme des plus-values, la conjoncture économique incertaine, le durcissement du marché du crédit et la suppression du prêt à taux zéro (PTZ+) dans l’ancien promettent de limiter le nombre de candidats à l’achat. « En conséquence, les stocks de produits à vendre [va continuer d’augmenter], sur un marché qui se stratifie de plus en plus entre des biens de très bonne qualité et très bien situés qui se vendent, et les autres qui restent de plus en plus longtemps en vitrine », conclut Sébastien de Lafond.

Léo Monégier et Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 29/11/2011 à 13:30 par poilagratter

    ok, j'ai oublié de préciser que tout finit par se vendre...à son prix! autant pour moi...

  • 0 Reco 29/11/2011 à 12:11 par Kraaach en vue.

    "au final, tout se vend....plus ou moins vite, mais se vend!"
    Je peux t'assurer que ce n'est pas qu'une question de temps. J'en ai parlé à deux AI récemment, le verdict est unanime : à Paris, un bien se vend au prix du marché dans les 3 semaines ou alors il ne se vend pas, a fortiori dans un marché en baisse. En 2010, le vendeur trop gourmand n'avait qu'à attendre pour être rattrapé par les prix, aujourd'hui le temps travaille contre eux. On peut attendre le pigeon dans un marché sous-évalué, mais à 8000/m2, il ne faut pas compter qu'un naïf se pointera pour t'offrir 10000 : rares sont ceux qui disposent de telles sommes et s'ils en disposent, c'est qu'ils ont le sens des affaires.

  • 0 Reco 29/11/2011 à 11:50 par poilagratter

    bien sûr, le marché immobilier a la forme d'une pyramide...à la base les produits les moins chers et qui sont les plus vendus...à la pointe les produits les plus chers où il y a évidemment beaucoup moins d'acheteurs en face....mais au final, tout se vend....plus ou moins vite, mais se vend!

  • 0 Reco 28/11/2011 à 16:00 par Kraaach en vue.

    @poilagratter
    Peu importe le nombre de demandeurs, ce qui compte c'est leur solvabilité et au delà d'un certain chiffre, il y a un inévitable tarissement.
    Par contre tu as raison sur un point, même avec une baisse de 30 %, beaucoup de vendeurs feraient encore une très belle plus value.

  • 0 Reco 28/11/2011 à 09:22 par poilagratter

    Paris sera toujours Paris avec une pénurie chronique de logements par rapport à une demande pas prêt de se tarir....la crise et le contexte international du moment calment un peu le jeu à Paris , un peu plus en banlieue, beaucoup plus en province...mais après une hausse de plus de 150% des prix en 10 ans, voire plus dans ceratins quartiers, même si on chute de 20 ou 30% dans les mois à venir, peut on vraiment parler de krach ou de simple et salutaire retour à un peu de raison dans un marché qui s'était emballé à contre courant du reste de l'économie?

  • 0 Reco 27/11/2011 à 18:07 par Kraaach en vue.

    "Ces biens de petite taille vendus à la hâte se sont principalement retrouvés sur le marché du centre de Paris"
    Sachant que les prix des petites surfaces et des arrdts centraux sont largement plus chers que la moyenne du m2 parisien, rien d'étonnant à ce que le prix moyen du m2 vendu augmente en apparence. On devrait même avoir une hausse moyenne très supérieure. En réalité, le reste est invendable à 8000 euros le m2 et plus. On n'a que l'illusion statistique d'une hausse.

  • 0 Reco 26/11/2011 à 09:12 par marc19

    Plutôt un soubressaut.............. ..avant la mort . Parce que des logements "ordinaires" à des prix débiles , cà va forcément craquer ...........

  • 0 Reco 25/11/2011 à 23:12 par antoine

    :)

    les primos viennent de perdre 30,000 euros en zone A de pouvoir d'achat cheer "nimporte quoi"

    cest pas les primos qui vont relancer l'immo!!!! quand les secundo auront fini leur transactions, il restera qui? a ton avis?

  • 1 Reco 25/11/2011 à 20:20 par nimportequoi

    Et vous y croyez à la baisse ? Béééééh.....

  • 0 Reco 25/11/2011 à 19:42 par antoine

    les notaires ont toujours entre 3 et 5 trains de retard!!!! a coté de la plaque ces notaires!

  • 1 Reco 25/11/2011 à 18:16 par Pipoujade

    c'est ça achete donc en Grèce avec les promoteurs maffieux en plus d'être verreux !

  • 0 Reco 25/11/2011 à 18:07 par Friand

    Quelqu'un achète encore à Paris avec ces prix ?
    Faites comme moi, investissez dans les pays en crise où l'immo est à bas prix.

  • 0 Reco 25/11/2011 à 17:59 par UFFA92

    C'est la preuve que l'immobilier en france est purement spéculatif et n'a été maintenu qu'avec ces aides à la pierre (PTZ+ etc) et des cadeaux fiscaux (Scellier). En 2012 nous y verrons plus clair sur un marché qui sera moins alimenté artificiellement.

  • 0 Reco 25/11/2011 à 14:22 par antoine

    cest l'effet d'aubaine pour profiter des derniers scelliers et ptz+ dans l'ancien.

    en 2012, ce sera mort et enterré!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...