Paris
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitermardi 17 février 2015 à 12h18

Travaux dans les copropriétés : Peut mieux faire


Les travaux d'économie d'énergie délaissés
Les travaux d'économie d'énergie délaissés
Les travaux d'économie d'énergie délaissés (©dr)

Si les copropriétaires de la capitale estiment que leur immeuble est plutôt en bon état, la majorité d'entre eux sont conscients du besoin de travaux. Mais ils peinent financièrement à les réaliser...

(LaVieImmo.com) - Ils sont anciens, certes, mais pas si délabrés qu'on le prétend. D'après une étude de l'Adil 75, 64 % des immeubles parisiens ont été construits avant 1949, avec en moyenne 38 lots par copropriété. Un peu plus d'une sur deux (56 %) est dotée d'un ascenseur, et 58% d’un chauffage collectif. Et selon l'enquête, « une très large majorité des copropriétaires interrogés » jugent que les immeubles sont plutôt bien entretenus : 5 % trouvent leur copropriété en très bon état, 48 % en bon état, 35 % dans un état moyen, et 12 % dans un état médiocre.

Des travaux d'entretien…

Primes éco énergie
Prime éco énergie

Calculez le montant de votre remboursement en euro :


m2

Mais malgré tout, le besoin de travaux se fait sentir, pour 93 % des copropriétaires interrogés. Le plus souvent, des travaux d'entretien sont votés : ravalement de façade, réfection de la toiture ou de la cage d'escalier ; tels sont les travaux les plus votés par la copropriété. L'explication : « les copropriétaires semblent attacher une grande importance à l’apparence de leur immeuble, qui est de toute évidence leur priorité. Selon eux, une façade entretenue, un hall d’immeuble fraîchement rénové apportent une plus-value esthétique à l’immeuble et peuvent faciliter une négociation en cas de revente », analyse l'organisme.

… au détriment des travaux d'économies d'énergie

Ces améliorations éclipsent bien souvent une autre nécessité : les travaux d’économie d’énergie, pourtant encouragés par les pouvoirs publics. Ainsi, 90 % des travaux réalisés « ignoreraient l’objectif de performance énergétique, qui apporte pourtant un confort certain aux occupants avec, à terme, une baisse réelle des charges ». En cause, un coût trop élevé, malgré les aides, et à 73 % financé par la seule épargne des copropriétaires. Mais l'Adil évoque d'autres freins : « le peu d’intérêt porté aux économies d’énergie par les copropriétaires qui acceptent la surconsommation de chauffage collectif, les relations parfois déséquilibrées entre les syndics, les exploitants de chauffage et les entreprises de travaux, les difficultés liées aux règles de vote des travaux, l’absence de mise en concurrence systématique des entreprises ».

Besoin d'aides mieux adaptées

L'Adil suggère en conséquence d'améliorer l'information des copropriétaires, qui seraient ainsi plus enclins à voter ces travaux. Mais aussi de mobiliser davantage le conseil syndical, qui accusé de ne pas suffisamment jouer « son rôle de « courroie de transmission » entre le syndic et eux en relayant les informations importantes ». Il s'agit enfin de proposer des aides financières adaptées. Par exemple, les travaux obligatoires de mise aux normes ne sont pas plus aidés. Or « ces travaux sont pourtant onéreux et réduisent la capacité financière des copropriétaires qui hésitent à engager d'autres projets».

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 17/02/2015 à 13:43 par MisterHadley

    Et c'est là que la magie opère... ;)

    Je suis en plein dedans ces jours-ci... et nous autres, c'est l'inverse : l'extérieur ne paye pas de mine, et se voit volontairement amoindri par de gros véreux bien visqueux afin d'espérer continuer leurs magouilles de toujours, alors que l'immeuble est de très grande qualité...

    On vient d'en prendre le contrôle, et on va bien gentiment booster tout ça en haut standing et ensuite, atteindre une vitesse de croisière ultra light en terme de charges...

    Le top du top... Un pur modèle de mise à jour immobilière, qui fait déjà baver de jalousie pas mal d'aigris par ici, mais en enchante le bon peuple, fort heureusement...

    Ceci dit, il est vrai que c'est titanesque de tout reprendre depuis le début du début et en quelques semaines ou mois... Mais, no pain, no gain...

  • 0 Reco 17/02/2015 à 13:36 par Friand

    Le côté bling bling typiquement français.
    D'apparence ça a l'air bien mais à l'intérieur c'est pourri.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...