Paris 4
LaVieImmo.com
DiversDiversvendredi 22 octobre 2010 à 13h20

Jeudi Noir : Fin du combat Place des Vosges


Manuel Domergue
Manuel Domergue
Manuel Domergue (©dr)

La décision de la Cour d’appel de Paris, prévue initialement à 17 heures, est tombée plus tôt que prévu, vers 11 heures ce matin : les étudiants « squattant » le domicile inoccupé de Béatrice Cottin situé Place des Vosges, doivent quitter les lieux « sans délai » .

(LaVieImmo.com) - Le couperet est retombé pour le collectif Jeudi Noir. La décision, très attendue, de la Cour d’appel, est sans équivoque : les étudiants doivent partir « sans délai », et restent expulsables de l’hôtel particulier de la Place des Vosges. Les occupants ont également été condamnés à verser à madame Cottin une somme de 8 000 euros au titre de l’indemnité d’occupation. Selon Manuel Domergue, journaliste et figure emblématique de l’association, contacté par LaVieImmo.com : « on s’y attendait. Mais la décision est moins dure que le premier jugement, l’indemnité étant moins forte ». Le jeune homme compte désormais sur « l’arrivée prochaine de la trêve hivernale, qui devrait on l’espère, retarder les expulsions et maintenir un certain niveau de tolérance, ce qui jusqu’alors a été le cas », explique-t-il.

Une bataille de perdue, mais un combat reconnu aux yeux de tous

La sympathie semble avoir gagné la justice. La Cour d’appel a, selon M. Domergue, « reconnu la légitimité du combat. En substance, elle nous dit que le Droit au logement opposable est un droit constitutionnel garanti, mais juste que ce n’est pas aux associations de la faire respecter », concède-t-il. Jeudi Noir peut compter avec ses alliés du Conseil régional, comme Jean-Paul Huchon (PS), qui manifeste son soutien depuis le début de l’affaire, fin 2009. « On attend de sa part qu’il concrétise ses engagements sur le logement en Ile-de-France, à savoir l’enveloppe de 1 milliard promise », conclut le militant.

Béatrice Cottin n’habitait plus dans les lieux depuis quelques années : « L’immeuble a fait l’objet d’une restauration complète, les travaux ayant eu lieu entre 1972 et 2007. Il y n’y a eu de latence qu’entre 2007 et 2009, date à laquelle ma cliente était convalescente », expliquait Me François Améli, avocat de la propriétaire, à LaVieImmo.com le 7 septembre dernier.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 23/10/2010 à 14:24 par MisterHadley

    L'article du Parisien sur leur expulsion de ce matin parle tout seul...

    Et en plus, ils se sont imaginés qu'ils rentreraient à nouveau dans ce même immeuble après en avoir été expulsés ce matin, 7h30, pour le squatter une seconde fois... TSSSS...

    Leur "combat" n'en est pas un.

    Leur "message" n'en est pas un non plus.

    Et s'ils devaient ne pas l'avoir compris depuis tout ce temps, c'est encore plus grave.

    Sans compter les 8000€ par mois d'occupation à devoir lacher...

    Sont vraiment pas finots, ces "djeuns"...

    Tout ce temps et ces thunes perdues pour rien...

    Message édité 23/10/2010 à 14:25

  • 0 Reco 23/10/2010 à 12:09 par Albert

    C'est vrai que ces petits cons d'étudiants n'ont leur place que dans la rue à crever de froid... Et l’hôtel des Vosges a pour vocation de rester vide sans que personne ne fasse vivre ses lieux...

  • 1 Reco 22/10/2010 à 18:23 par thebk

    dehors, dehors, dehors, Et vite ! Sans droit de propriété, il n'y a pas de démocratie.

  • 0 Reco 22/10/2010 à 17:54 par copleboss

    "Jean-Paul Huchon (PS), qui manifeste son soutien depuis le début de l’affaire, fin 2009. « On attend de sa part qu’il concrétise ses engagements sur le logement en Ile-de-France, à savoir l’enveloppe de 1 milliard promise », "
    Il y a vraiment des gens qui croient aux promesses des élus locaux? non sérieusement, avec 37 000 communes et 500 000 élus locaux à subventionner, vous pensez vraiment qu'ils ont les moyens d'investir.

    " substance, elle nous dit que le Droit au logement opposable est un droit constitutionnel garanti, mais juste que ce n’est pas aux associations de la faire respecter " Ca existe encore ca aussi le DALO? Ce droit qui permet de mettre des amendes à une municipalité, amendes qui sera versée au logement sociaux, ca ne sert à rien c'est juste pour créer des emplois fictifs et que tous les intermédiaires croquent au passage...

  • 0 Reco 22/10/2010 à 16:44 par Papy Mouzo

    qu'ils aillent au diable !

  • 2 Reco 22/10/2010 à 13:34 par MisterHadley

    Hou là là..!

    Oser vouloir rappeler les "promesses" pré-électorales et le petit milliard d'euros qui va avec, ça, oui, c'est "audacieux", c'est sur..!

    :)

    Message édité 22/10/2010 à 13:34


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...