Paris 6
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 12 avril 2012 à 09h30

"Dans le 6ème, l'exceptionnel a de beaux jours devant lui ..."


Inès Fonteneau, directrice de l'agence Daniel Féau à Saint-Germain Des Prés
Inès Fonteneau, directrice de l'agence Daniel Féau à Saint-Germain Des Prés
Inès Fonteneau, directrice de l’agence Daniel Féau à Saint-Germain Des Prés (©dr)

Inès Fonteneau, directrice de l’agence Daniel Féau à Saint-Germain Des Prés, parle à LaVieImmo.com du marché immobilier dans le 6ème arrondissement. Dans ce quartier privilégié où « la demande a toujours été supérieure à l’offre », les prix comme les exigences des acquéreurs sont au plus haut.

(LaVieImmo.com) - Un mot pour décrire le marché immobilier dans le 6ème arrondissement ?

Inès Fonteneau : Actif est le premier mot qui me vient à l’esprit. Le marché est très dynamique, car tout est à la hausse : les prix, et les attentes des acheteurs. La demande ne faiblit pas, car le 6ème est un arrondissement qui représente le parfait « glamour » parisien, grâce à son charme, ses immeubles historiques, l’église phare de Saint-Germain, les deux Magots… La demande est d’autant plus forte qu’elle nous vient non seulement des Français, mais aussi des riches clients de l’international, amoureux de Paris. Nous remarquons cependant un fait intéressant : comme toujours, nous avons une immense demande pour une offre moins importante. Mais à présent, les acquéreurs hésitent, et préfèrent souvent attendre avant d’acheter, en espérant que les prix, qui ne cessent de grimper, s’adouciront.

Quels prix peut-on justement attendre ?

Inès Fonteneau : Les prix sont hauts partout, mais très variables cependant. Ils gravitent autour de 12 à 15 000 euros le m² dans l’ensemble du quartier. Dans les zones les plus demandées, à savoir le boulevard Saint-Germain ou ce que l’on appelle le « noble 6ème », la rue de l’Université et la rue de Grenelle, les prix iront de 15 à 22 000 euros le m². Ces prix que j’indique concernent des biens « classiques », se situant dans le cœur de cible, à savoir des appartements familiaux d’environ 150-200 m², avec plusieurs chambres. Par exemple, nous avons vendu récemment un appartement de 241 m² rue Stanislas, dans un superbe immeuble haussmannien, pour 16 200 euros au m² (soit un coût total de près de 4 millions d’euros). Un autre bien s’est vendu moins cher, car situé en rez-de-chaussée. Il s’agissait d’un appartement de 150 m², tout près de la rue du Bac, donnant sur un jardin, qui a été acquis pour 10 800 euros le m², soit un revient total d’environ 1,6 million d’euros. Il s’agit là d’une « belle affaire », car ce prix est le moins cher que l’on puisse espérer trouver dans le 6ème !

Qu’en est-il des prestations de grand luxe ?

Inès Fonteneau : Dans le 6ème, l’exceptionnel a de beaux jours devant lui… Les prix s’envolent pour les biens de luxe, répartis entre hôtels particuliers et appartements de très grand standing. Pour ces derniers, il faudra compter entre 35 et 50 000 euros le m². Mais les exigences, comme les prix, se font plus dures : l’immeuble doit être magnifique, le bien doit offrir une vue, de beaux volumes, des espaces de réception, et un état irréprochable. Un appartement répondant à tous ces critères se vendra très cher, comme celui que nous avons vendu quai Anatole France. D’une superficie de 250 m², il s’est vendu pour plus de 50 000 euros le m², soit près de 13 millions d’euros. Pour les hôtels particuliers, il sera plus difficile d’estimer le prix au m², car cela dépend de chaque bien. Par exemple, nous avons réalisé une transaction à 32 millions d’euros pour un magnifique hôtel particulier situé rue de l’Université. D’une surface globale de 1 200 m², il possède notamment une cour intérieure et un jardin.

Propos recueillis par Marielle Davoudian - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 12/04/2012 à 13:31 par Pas tout à fait d'accord

    "Dans le 6ème, l'exceptionnel"
    Et alors que le nombre de transactions est en fort recul partout, que la bulle est en train de crever, on nous refait le coup du luxe qui se porte bien.
    99,99 % du marché se situe hors du 6ème et de l'exceptionnel.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...