Paris 7
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 18 août 2011 à 09h55

"Le 7ème est essentiellement composé de secundo-accédants"


Philippe taboret, directeur général adjoint de Cafpi
Philippe taboret, directeur général adjoint de Cafpi
Philippe taboret, directeur général adjoint de Cafpi (©dr)

Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier en crédit Cafpi, revient sur l’état du marché immobilier du 7ème arrondissement de Paris. Un marché qui compte « essentiellement des secundo-accédants ». Et pour le recours au crédit, résiduel dans le 7ème, « l’apport personnel ne descend jamais en-dessous de 400 000 euros ».

(LaVieImmo.com) - Comment évoluent les prix dans le 7ème ?

Philippe Taboret : Nous notons une progression importante des prix dans cet arrondissement. Ce que montrent les enveloppes de financements : en 2009, pour un prix d’achat moyen de 900 000 euros, le financement était de 520 000 euros. Aujourd’hui, pour un prix moyen d’achat de 1,1 million d’euros, l’enveloppe est de 770 000 euros. Les prix au mètre carré observés actuellement se situent dans la fourchette de 10 000/12 000 euros, la plupart du temps, il est vrai, pour de très beaux logements.

Quel type de clientèle est attiré par cet arrondissement ?

Philippe Taboret : Ce sont essentiellement des secundo-accédants, les prétendants à l’accession ne représentant qu’une faible part de la demande. Car sur le plan du crédit, les emprunteurs débloquent toujours entre 400 000 et 500 000 euros d’apport. La clientèle de Cafpi est composée de personnes âgées de 44 ans en moyenne, et est plutôt de type familiale. Une tendance que l’on retrouve dans le type de biens les plus prisés : les appartements de 100 mètres carrés en moyenne. Chez les plus jeunes, c’est souvent une importante donation qui permet devenir propriétaire. En revanche, bien que les étrangers soient très demandeurs, ils sont quasiment absents sur le marché du crédit.

Quels sont les quartiers les plus prisés ?

Philippe Taboret : Invalides et Ecole Militaire sont sans conteste les plus recherchés. Mais aussi la proximité de la Tour Eiffel, ou des quais. Ce sont ces endroits qui attirent le plus, bien entendu, les étrangers. En règle générale, l’arrondissement possède un nombre important d’hôtels particuliers, comme vers la rue du Bac, qui peuvent faire l’objet de ventes mémorables en termes de prix. Pour les biens les moins chers, il faut se tourner vers la frontière avec le 15ème arrondissement.

Propos recueillis par Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...