Pau
LaVieImmo.com
InterviewInterviewlundi 19 avril 2010 à 18h57

"L'activité est à nouveau satisfaisante"


Jérôme Salevieille
Jérôme Salevieille
Jérôme Salevieille (©dr)

Jérôme Salevieille, de l'agence immobilière ERA BE-A-PY, dresse pour LaVieImmo.com l'état de santé du marché immobilier palois. Après une période difficile, les transactions repartent au bord du Gave.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte l’immobilier palois ?

Jérôme Salevieille : Il va plutôt bien. La fin de l’année 2008 et une bonne partie de 2009 ont été assez difficiles, comme partout je pense, mais depuis le début de l’année, l’activité reprend de manière très satisfaisante. Au mois de mars, nous avons même enregistré un de nos meilleurs chiffres mensuels depuis quatre ou cinq ans ! Le marché est peut-être un peu moins actif depuis deux semaines, probablement à cause des vacances… mais on ne se plaint pas.

Et en termes de prix ?

Jérôme Salevieille : Les prix ont baissé de manière raisonnable, de 5 à 10 % en moyenne par rapport aux records de l’année 2007. L’hypercentre n’a pas vraiment bougé, et dans les quartiers périphériques tout varie en fonction de la qualité et de l’emplacement des biens. Globalement, à Pau et dans les communes alentours, les produits à vendre ne manquent pas, l’offre est à nouveau dynamique. La demande est là également, mais les acheteurs ont des prétentions parfois un peu exagérées…

Diriez-vous que le marché immobilier de Pau bénéficie de la proximité du pays basque ?

Jérôme Salevieille : Directement, non. Le marché palois vit sa vie, sans se soucier de ce qui se passe au pays basque ou dans les Pyrénées. Bien sûr, dans la mesure où les prix sont en moyenne 20 % moins élevés ici qu’à Biarritz ou Bayonne, un grand nombre d’investisseurs basques préfèrent acheter à Pau, où la vigueur de la demande locative les met à l’abri d’une mauvaise opération. Mais l’inverse est également vrai : les palois qui investissent sur la cote pour leurs vieux jours ne manquent pas non plus ! Compte tenu de leur proximité géographique, les deux marchés sont liés, mais je ne dirais pas que l’un doit plus à l’autre que l’inverse.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...