Rouen
LaVieImmo.com
InterviewInterviewjeudi 22 septembre 2011 à 09h25

"Le centre de Rouen reste très dynamique"


Liliane Diez, de l'agence Diez Immobilier
Liliane Diez, de l'agence Diez Immobilier
Liliane Diez, de l'agence Diez Immobilier (©dr)

Passionnée d’immobilier, Liliane Diez est responsable de l’agence Diez Immobilier, rue Général Giraud, depuis plus de 40 ans. Pour laVieImmo.com, elle décrit « un marché à deux vitesses », qui pourrait bien pâtir des conséquences de la réforme de la fiscalité sur les plus-values immobilières.

(LaVieImmo.com) - Comment se porte l’immobilier rouennais ?

Liliane Diez : Nous travaillons sur un marché à deux vitesses. Rouen intra-muros et sa proche banlieue restent dynamiques, avec un nombre toujours important d’acquéreurs et des biens qui se vendent facilement. Les appartements du centre-ville, très recherchés, peuvent partir en moins d’une semaine, sans négociation pour peu qu’ils soient dotés d’un ascenseur ou d’un parking. A l’inverse, les maisons mises en vente dans les communes un peu éloignées du centre peuvent rester sur le marché plusieurs mois. Avec la hausse du prix du carburant, la distance effraie, et il n’est pas rare que les vendeurs soient contraints d’accepter de baisser leur prix avant de trouver un acheteur. Nous venons par exemple de vendre une belle maison vers Barentin, à une vingtaine de kilomètres au nord de Rouen, pour 270 000 euros net vendeur. Elle avait été mise en vente il y a un an pour un peu moins de 400 000…

Vos clients sont-ils plus prudents qu’avant ?

Liliane Diez : Sans aucun doute ! Les craintes sur la situation économique européenne et la perspective d’une hausse des taux d’emprunt ont freiné les ardeurs des candidats à l’achat. Nous organisons beaucoup de visites, mais les clients se décident moins rapidement qu’avant. L’annonce du durcissement de la fiscalité sur les plus-values immobilières, il y a quelques jours, n’a bien évidemment pas arrangé les choses !

Avez-vous des témoignages de propriétaires inquiétés par cette réforme ?

Liliane Diez : Plus d’un ! Certains de nos anciens clients propriétaires d’une résidence secondaire ou d’un bien locatif nous ont déjà contacté pour le remettre en vente le plus rapidement possible. Leur but est de signer la vente avant le 1er février 2012, pour ne pas être imposé sur le montant de la plus-value qu’ils vont réaliser – quitte à rogner sur le prix.

La distinction entre les rives droite et gauche de la Seine reste-t-elle d’actualité ?

Liliane Diez : Traditionnellement, la rive droite, sur laquelle on trouve ne centre-ville et le centre historique de Rouen, est plus recherchée, et donc plus chère de quelques centaines d’euros au m² que la rive gauche. Néanmoins ces différences tendent à s’estomper avec le temps.

Propos recueillis par Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...