Saint-Cloud
LaVieImmo.com
BureauBureaumercredi 6 octobre 2010 à 12h30

Paquebot : Le Pen se dit victime de "pressions politiques"


Jean-Marie le Pen en 2007
Jean-Marie le Pen en 2007
Jean-Marie le Pen en 2007 (©dr)

Selon Jean-Marie Le Pen, des « consignes » politiques sont à l’origine des difficultés du FN à céder le Paquebot, son ancien siège social de Saint-Cloud. Le parti d’extrême droite viendrait malgré tout de signer une promesse de vente avec un acquéreur potentiel.

(LaVieImmo.com) - Les difficultés du Front National à céder son ancien siège social seraient-elles d’origine politique ? C’est en tout cas ce que semble croire Jean-Marie Le Pen. Dans un entretien au Parisien, le leader frontiste estime que « les désengagements de certains candidats à la reprise étaient trop surprenants pour qu’il n’y ait pas eu des consignes ». Et s’il ne dit pas de qui elles auraient pu émaner, M. Le Pen « n’exclu[t] pas des pressions politiques ».

Une clinique ou une maison de retraite

Une manière comme une autre d’expliquer pourquoi cet imposant bâtiment de Saint-Cloud, mis en vente début 2008, reste encore sur les bras de ses anciens occupants, partis pour Nanterre dès le printemps de la même année. Parmi les candidats au rachat pressentis, on se souvient de cette université de Shanghai, avec qui une promesse de vente avait été signée en août 2008 mais qui n’avait plus donné de nouvelle « du jour au lendemain », comme nous l’avait expliqué Wallerand de Saint-Just, avocat du parti d’extrême droite. Depuis, plus grand-chose de sérieux… Mais la situation pourrait se débloquer prochainement. En début de semaine, le quotidien Libération indiquait qu’une nouvelle promesse de vente « assortie d’une clause suspensive » venait d’être signée, « pour un montant de 11 millions d’euros ». Soit, soit dit au passage, 4 à 5 millions de moins que les estimations fournies début 2008 par le Front National. Toujours selon Libération, les acquéreurs potentiels attendraient encore « des autorisations administratives pour pouvoir transformer ce bâtiment en clinique ou en maison de retraite ».

Interrogé sur ce point par Le Parisien, Jean-Marie Le Pen préfère jouer la prudence. « Il y a des choses en cours…Mais je ne le considèrerai comme vendu que lorsque j’aurai le chèque », indique-t-il, visiblement échaudé par plus de deux ans et demi de tentatives infructueuses.

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 06/10/2010 à 15:16 par antisark

    c est ca ! ! le complot judéo-maçonnico-cosmopo juif est derrière tout ça! Le paquebot doit devenir des hLM !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...