Saint-Denis
LaVieImmo.com
DiversDiverslundi 25 mars 2013 à 12h04

Saint-Denis : Un "marchand de sommeil" dans le viseur de la justice


La rue Gabriel Péri, à Saint-Denis
La rue Gabriel Péri, à Saint-Denis
La rue Gabriel Péri, à Saint-Denis (©Wikimedia Commons)

Le maire PC de Saint-Denis, Didier Paillard, a décidé de porter plainte contre les propriétaires de l’immeuble du 31, rue Gabriel Péri pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Une première dans la commune.

(LaVieImmo.com) - A quelques mètres du 39, rue Gabriel Péri, immeuble dans lequel trois personnes avaient péri dans les flammes en septembre 2012, se trouve un autre « condensé de toutes les dérives du mal-logement », indique Le Parisien. L’édifice situé au numéro 31de la même rue souffre de maux similaires à son sinistre voisin : pièces de moins de 9 m², vétusté, suroccupation, squats et risque d’incendie important, à cause de fils électriques apparents et non fixés. Et cela, comme le rapporte le quotidien citant un PV dressé par le service d’hygiène de la ville, sans compter les « ventilations insuffisantes pouvant entraîner de l’asthme et des pathologies pulmonaires ».

Après plusieurs départs de feu, et constatant l’inertie des propriétaires, les sociétés Gapéri et Soliphie, le maire Denis Paillard a donc décidé d’agir en prenant un arrêté d’évacuation, précise Le Parisien.

En 2012, les remises de cet immeuble racheté en 2008 ont été transformées en « soi-disant appartements », alors que de nombreux lots ont été divisés, « portant le total de logements de 24 à 45 ». Et un an plus tard, le procureur de la République a été saisi par la ville pour « hébergement de personnes vulnérables contraire à la dignité humaine ». Une première à Saint-Denis, selon le quotidien. Un rapport de Plaine Commune évoque une reprise à l'époque présentée comme prometteuse, mais qui s'est avérée désastreuse, laissant voir une détérioration du bâtiment telle que « cette copropriété est aujourd’hui sous administration judiciaire ». Le « marchand de sommeil » percevait pour ses taudis entre 700 et 800 euros de loyer par mois, conclut Le Parisien.

André Figeard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...